Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-10%
Le deal à ne pas rater :
-370€ sur le nouveau PC portable gamer MSI GS66 Stealth 10UH-058FR
3330 € 3699 €
Voir le deal

 

- Feu de joie | Mebahel & Rafael -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Les Îles :: Ischia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mebahel BenizioToujours frais après un litre de café
Mebahel Benizio
https://www.ciao-vecchio.com/t8862-mebahel-benizio https://www.ciao-vecchio.com/t8884-mebahel-o-38-ans-o-pilote-pro-de-rallye-en-pause
ID : Hitirere
Faceclaim : Diane Guerrero | Longani
Style RP : Rp hot : ok si pas de mots crus -- FB : ok avec plaisir même -- Longueur : ca m'est égale. Tant que tu me donnes de la matière et moi je brode selon mon inspi.
Je suis une joueuse escargot qui aime prendre son temps. Je répond pas souvent du tac au tac, même si ça peut m'arriver. Aussi, dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout

Thème·s abordé·s : violence ; relation abusive ; agression ; sexisme
Messages : 72 - Points : 60
Feu de joie | Mebahel & Rafael  Tumblr_n0lg4xBBjb1s391qwo1_250
Âge : 38 ans
Métier : Ancienne pilote professionnelle de rallye automobile, elle cherche des petits boulots ci et là.
Feu de joie | Mebahel & Rafael  Empty
# Sujet: Feu de joie | Mebahel & Rafael ( le Jeu 10 Juin 2021 - 12:21 )
EVENEMENT : Feu de joieRafael & Mebahel


Coeur émietté par les souvenirs, par les mauvais choix de toute une vie. Chose flétrie qui s’abîme contre les nuits remplies de néants et de ces cauchemars en pagaille. Mebahel a le regard plein de vie, quand tout se meurt en elle, quelque part entre l’âme et les os. Mebahel a le sourire cousu sur des lèvres, plastique fait de mensonges et d’effort. Et pourtant … Pourtant, à cet instant précis et unique où son regard apostrophe celui de Rafael, c’est un nouveau souffle qui gorge ses poumons. C’est un sentiment de légèreté qui s’infiltre dans chaque expiration, relâchant tout le venin, toute cette lourdeur qui pèse sur ses épaules, contre son esprit. Elle se sent mieux en sa présence sans arriver à se l’expliquer, à le comprendre. Si,  souvent, ce sentiment la laisse perplexe, l’agace par instant, aujourd’hui elle n’a pas envie de se torturer les méninges en vain. D’essayer de comprendre ce qu’elle n’arrive pas depuis que ses pieds ont foulé le sol Napolitain. « J’aurais plus dit Mufasa, Simba est un petit jeune » Taquinerie spontanée qui passe la barrière de ses lèvres avant qu’Olsvaldo intervienne du haut de sa folle énergie enfantine. « Oh non ! Mufasa, il meurt ! Et moi je veux pas que Tonton Rafael meurt » Mais merci à la concentration des enfants, l’attention du petit rebondit direct sur la couronne de fleurs qui orne la tête de Rafael désormais, ravi d’être couronné comme lui. « Comment vous êtes trop beaux » Regard qui pétille à les regarder tour à tour et ces instants sont purs délices. Devenu rares depuis que la vérité a éclaté, depuis que Mebahel a du mal à poser son regard sur son fils, lui qui lui rappelle trop son père, trop l’horreur qui s’ourle autour de lui. Un sourire zèbre son visage à entendre le mot marshmallows pendant que le petit, bien plus expansif, saute de joie en s'égosillant. « On adore ça, t’as touché en plein dans le mille » Gourmandise d’un ventre sur patte qui peut tout gober, limite capable de dévorer un paquet à lui tout seul. Mebahel fera une exception pour cet évènement et laissera Osvaldo manger du sucre pendant la soirée. Elle lâche la bride, son père lui manque trop pour qu’elle lui impose des règles trop sévères. Depuis qu’ils sont à Naples, elle essaie de se la jouer plus cool pour lui faire oublier le vide que représente son père. « Vas-y fais voir le mode d’emploi ? » Sans vraiment attendre, la brune la lui prend des mains pour déchiffrer l’énigme. Osvaldo reste entre leurs pattes, jouant avec une branche. « Avec mon papa, on allait souvent camper et on brûlait plein de marshmallows sur le feu, c’était trop chouette. J’ai hâte de pouvoir voir mon papa et repartir camper avec lui et maman » Se planquer derrière le mode d’emploi pour ne pas que le petit voit sa mâchoire qui se contracte, les iris qui virent dans des teintes plus sombres, là où il n’y a plus de comètes ni de constellations. Parfois elle aimerait le secouer, lui hurler que son père n’est qu’un enfoiré, un sale type, une horreur et qu’il devrait arrêter de le quémander, de vouloir de lui mais elle n’en a pas le droit. A la place, elle se contente hocher la tête et s’arme d’un sourire de linceul, façonné de ce courage qui ne l’a jamais abandonné et encore heureux, sans ce dernier, elle serait sûrement déjà six pieds sous terre. « Déplions ce machin, à deux, on finira bien par trouver comment monter cette tente. Tu l’utilises pas souvent ta tente ? » Apprendre à connaître cet homme, cet ami de la famille comme une soif de vérité. Vouloir en savoir plus sans pour autant montrer sa grande curiosité et son besoin de le connaître. Parce que tout cela la dépasse et qu’elle ne comprend pas ces émois. « T’aime camper, Rafael ? » Rafael, faire rouler ces syllabes contre sa langue avec cette sensation de déjà vu. Comme si elle l'avait déjà fait bien avant, un long moment. Comme des années ? Un voile, sensation mirage et pourtant n'avoir rien, rien qu'une brume qui se dissipe aussi vite qu'elle est venue.

@Rafael Da silva
Revenir en haut Aller en bas
 
- Feu de joie | Mebahel & Rafael -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Les Îles :: Ischia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut