ISHBEL | We, in an ocean of suns

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -10%
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
Voir le deal
179 €

 

- ISHBEL | We, in an ocean of suns -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Lungomare di Mergellina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mebahel BenizioToujours frais après un litre de café
Mebahel Benizio
https://www.ciao-vecchio.com/t8862-mebahel-benizio https://www.ciao-vecchio.com/t8884-mebahel-o-38-ans-o-pilote-pro-de-rallye-en-pause
ID : Hitirere
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Diane Guerrero | Longani
Style RP : Rp hot : ok si pas de mots crus -- FB : ok avec plaisir même -- Longueur : ca m'est égale. Tant que tu me donnes de la matière et moi je brode selon mon inspi.
Je suis une joueuse escargot qui aime prendre son temps. Je répond pas souvent du tac au tac, même si ça peut m'arriver. Aussi, dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout

Thème·s abordé·s : violence ; relation abusive ; agression ; sexisme
Messages : 124 - Points : 200
ISHBEL | We, in an ocean of suns Tumblr_n0lg4xBBjb1s391qwo1_250
Âge : 38 ans
Métier : Ancienne pilote professionnelle de rallye automobile, elle cherche des petits boulots ci et là.
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Mar 29 Juin 2021 - 12:17 )
ISHBEL ft MEBAHEL@Ishbel Tejeiro


Bravant les solitudes tant bien que mal quand le manteau de la nuit recouvre les terres bétonnées, Mebahel s'occupe, brode le temps. En fait des noeuds pour graver les pensées, les empêcher d'aller se calciner sur un passé escarpé. Pente glissante au sol fait de tessons de verre. Si les journées, elle efface les ectoplasmes d'une vie abandonnée dans son rôle de mère, s'y dédiant plus qu'avant, la brune se sent larguée maintenant qu'Osvaldo est en centre aéré pour les grandes vacances d'été. Ses doigts pianotent souvent contre les meubles de la maison, battant la mesure du temps qui passe jusqu'à l'heure fatidique pour récupérer son petit et démonter les ombres qui s'agrippent un peu trop à elle. Si le coeur a perdu foi et se meurt de trouver l'ataraxie tant recherchée, le corps, lui, s'échauffe. Réclame sa dose de survoltage pour s'apaiser, pour libérer l'esprit trop engorgé. C'est poussé par cette volonté mais aussi par un sms de son petit con de pote qu'Mebahel avait proposé à Ishbel de la rejoindre dans le quartier pour une balade en bord de plage. De quoi se gorger un peu de soleil, de bonne vibe et laisser un fin air salin se déposer sur la peau. Cela lui ferait du bien à elle mais à Ishbel très certainement au vu de ce que Cisco lui avait dit du bout des lèvres par sms interposés. Le dernier sms de Mebahel avait été adressée à Ishbel pour convenir du jour et de l'heure de leur moment entre fille. Depuis, la jeune femme avait éteint son téléphone pour le ranger dans son placard. Un besoin de se couper. Ou peut être plus un besoin de se préserver, de se rendre injoignable le temps de quelque jours comme pour disparaître de la surface de la terre. Se croire invisible face à Folco et se dire qu'il ne la retrouvera pas. Jamais. Sa plus grande peur était qu'il la retrouve et qu'il lui fasse payer le prix cher d'être partie comme une voleuse, emportant leur petit garçon avec elle. Quel choix avait-elle eu en découvrant qu'il avait été son bourreau le soir de son agression ? Le désespoir l'avait mené sur ces sentiers de perdition. Au loin, la silhouette qui lui paraît familière la sort de ses pensées et c'est tant mieux quand on voit la couleur opaque et sombre qu'elles arborent. La brune lève un bras pour lui faire signe avec un enthousiasme entraînant. Parce qu'elle est contente de prendre un peu l'air. D'être aussi en bonne compagnie car même si Mebahel est plus proche de Cisco, elle a toujours apprécié la soeur de ce dernier. « Salut ma belle ! » L'apostrophe-t-elle une fois qu'elle est à sa hauteur. « Je nous ai loué des vélos » Ce qui est obvious vu les guidons de vélos qu'elle tient dans chacune de ses mains. Un qu'elle tend vers Ishbel d'ailleurs, la détaillant de son regard de lynx. A la recherche d'un moindre signe qui trahirait les états d'âme de l'avocate. Une fois qu'une de ses mains se libère, Mebahel attrape la Tejeiro dans un bras et la serre contre elle, chaleureuse et justement aussi humaine que tactile. « Je suis si contente de passer du temps avec toi » Et de ne pas être seule mais Mebahel condamne ses mots dans sa poitrine et les laisse pourrir en elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel TejeiroBon pour te remonter le moral
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Natalie Portman @Dorianna the Lovely + bone_echo
Style RP :
Pronoms RP : Elle / Ishbel / Isa
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, dépression, consommation de cannabis, traumatismes liés à un accident de voiture.
Messages : 605 - Points : 1489
ISHBEL | We, in an ocean of suns Original
Âge : 39 ans
Métier : Avocate pour l'Ecurie Ferrari, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Dim 11 Juil 2021 - 13:11 )
Sergio était arrivé par surprise dans l’appartement, ayant certainement vu que Cisco n’était pas rentré. Ce soir, comme tous les autres. Il l’avait pris par surprise, ne lui avait pas laissé le temps de se défendre, de faire quoique ce soit. La violence de ses coups, de ses paroles, mais également de ses gestes avait laissé Ishbel marqué. Encore une fois. Les urgences l’avaient accueilli, comme tant d’autres fois. Contrairement aux précédentes visites, elle avait accepté qu’on appelle la police et qu’elle porte plainte. Avocate qui était de retour derrière les barreaux : elle saurait lui coller aux fesses une ordonnance restrictive. C’est qu’elle avait beau s’être fait abusée, elle n’était plus la femme qui se laissait faire. Ishbel connaissait ses droits et n’avait plus peur de traîner Sergio en justice. Enfin… Si, elle était absolument terrorisée, mais elle savait que si elle retournait dans la spirale infernale de l’abus : jamais elle n’en ressortirait.

Cloîtrée chez elle, cela faisait maintenant quelques jours qu’elle avait appelé malade et avait arrêté d’aller à la maison de retraite. Pourtant, et pourtant, voir Rafael rendrait le tout moins lourd. Mais elle ne voulait pas qu’il la voie avec des marques sur son visage. Elle en avait honte. En recevant le message de Mehabel lui rappelant l’heure et l’endroit où se trouver, son premier réflexe fut d’écrire à la va vite qu’elle ne pouvait plus. Pourtant au moment de l’envoyer, son doigt fut incapable de presser l’écran. Devait-elle réellement fuir ? Se terrer dans l’appartement et attendre que la douleur passe ? Si elle faisait ça, elle laissait Sergio gagner. Elle retombait dans le quotidien qu’elle avait fui. Alors, elle effaça ce qu’elle venait d’écrire et confirma le rendez-vous avant de jeter nonchalamment le portable sur le canapé et se glisser sous la douche.

L’eau était douloureuse sur sa peau meurtrie et bleus. Son visage avait à peu près été épargné, mais un hématome continuait sa course sur le côté droit de sa mâchoire. Alors, quand son corps fut séché, elle entreprit de cacher ce dernier, mais aussi les marques de doigts autour de son cou qu’un foulard en soie viendrait terminer de cacher. Elle enfila un jean et un t-shirt simple puis son cardigan bleu marine. Ses cheveux mi-longs détachés et encore humides, elle reprit son portable et ses clés

Ishbel n’eut aucun mal à reconnaître Mehabel au loin. Les signes qu’elle lui faisait décochèrent un sourire sur son visage. Après des jours sans réussir à étirer une simple risette : cela était agréable. La bonne humeur de son amie fut comme une bouffée d’air frais et un petit : “Hey.” Viens répondre à la phrase de Mehabel. Des vélos. Elle qui avait déjà mal en marchant n’osait pas imaginer, cependant, elle sourit : “C’est une excellente idée.” Elle attrapa un des deux d’ailleurs. L’étreinte de son ami est douloureuse, pourtant, elle y répond et se raccroche à la chaleur qui se dégageait du corps de la belle. “Moi aussi, ça fait longtemps.” Ishbel appuya ce fait en déposant un baiser sur la joue de son rencard avant de s’éloigner. “Comment tu vas ? Et Osvaldo ?” Elle qui n’avait pas d’enfant, aimait garder ceux des autres même si c’était un douloureux rappel que jamais elle n’en aura un à elle. Ishbel devra toujours se contenter d’être la tante super cool.


Silver lining
Comme quoi, une femme sans amour c’est comme une fleur sans soleil, ça dépérit.by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
- ISHBEL | We, in an ocean of suns -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Lungomare di Mergellina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut