ISHBEL | We, in an ocean of suns

Revenir en haut
Aller en bas

-20%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
39.99 € 49.99 €
Voir le deal

 

- ISHBEL | We, in an ocean of suns -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Lungomare di Mergellina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mebahel BenizioLa myrtille, fruit obscure
Mebahel Benizio
https://www.ciao-vecchio.com/t8862-mebahel-benizio https://www.ciao-vecchio.com/t8884-mebahel-o-38-ans-o-pilote-pro-de-rallye-en-pause
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Diane Guerrero | tearsflight
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Sujets sensibles : Je n'ai pas de sujet sensible, suis ouvert.e à jouer de tout du moment qu'on en parle, qu'on sait où on va et qu'on instaure un espace safe.
Thème·s abordé·s : violence ; relation abusive ; agression ; sexisme
Messages : 173 ISHBEL | We, in an ocean of suns Giphy
Âge : 38 ans
Métier : Ancienne pilote professionnelle de rallye automobile, elle cherche des petits boulots ci et là.
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Mar 29 Juin 2021 - 12:17 )
ISHBEL ft MEBAHEL@Ishbel Tejeiro


Bravant les solitudes tant bien que mal quand le manteau de la nuit recouvre les terres bétonnées, Mebahel s'occupe, brode le temps. En fait des noeuds pour graver les pensées, les empêcher d'aller se calciner sur un passé escarpé. Pente glissante au sol fait de tessons de verre. Si les journées, elle efface les ectoplasmes d'une vie abandonnée dans son rôle de mère, s'y dédiant plus qu'avant, la brune se sent larguée maintenant qu'Osvaldo est en centre aéré pour les grandes vacances d'été. Ses doigts pianotent souvent contre les meubles de la maison, battant la mesure du temps qui passe jusqu'à l'heure fatidique pour récupérer son petit et démonter les ombres qui s'agrippent un peu trop à elle. Si le coeur a perdu foi et se meurt de trouver l'ataraxie tant recherchée, le corps, lui, s'échauffe. Réclame sa dose de survoltage pour s'apaiser, pour libérer l'esprit trop engorgé. C'est poussé par cette volonté mais aussi par un sms de son petit con de pote qu'Mebahel avait proposé à Ishbel de la rejoindre dans le quartier pour une balade en bord de plage. De quoi se gorger un peu de soleil, de bonne vibe et laisser un fin air salin se déposer sur la peau. Cela lui ferait du bien à elle mais à Ishbel très certainement au vu de ce que Cisco lui avait dit du bout des lèvres par sms interposés. Le dernier sms de Mebahel avait été adressée à Ishbel pour convenir du jour et de l'heure de leur moment entre fille. Depuis, la jeune femme avait éteint son téléphone pour le ranger dans son placard. Un besoin de se couper. Ou peut être plus un besoin de se préserver, de se rendre injoignable le temps de quelque jours comme pour disparaître de la surface de la terre. Se croire invisible face à Folco et se dire qu'il ne la retrouvera pas. Jamais. Sa plus grande peur était qu'il la retrouve et qu'il lui fasse payer le prix cher d'être partie comme une voleuse, emportant leur petit garçon avec elle. Quel choix avait-elle eu en découvrant qu'il avait été son bourreau le soir de son agression ? Le désespoir l'avait mené sur ces sentiers de perdition. Au loin, la silhouette qui lui paraît familière la sort de ses pensées et c'est tant mieux quand on voit la couleur opaque et sombre qu'elles arborent. La brune lève un bras pour lui faire signe avec un enthousiasme entraînant. Parce qu'elle est contente de prendre un peu l'air. D'être aussi en bonne compagnie car même si Mebahel est plus proche de Cisco, elle a toujours apprécié la soeur de ce dernier. « Salut ma belle ! » L'apostrophe-t-elle une fois qu'elle est à sa hauteur. « Je nous ai loué des vélos » Ce qui est obvious vu les guidons de vélos qu'elle tient dans chacune de ses mains. Un qu'elle tend vers Ishbel d'ailleurs, la détaillant de son regard de lynx. A la recherche d'un moindre signe qui trahirait les états d'âme de l'avocate. Une fois qu'une de ses mains se libère, Mebahel attrape la Tejeiro dans un bras et la serre contre elle, chaleureuse et justement aussi humaine que tactile. « Je suis si contente de passer du temps avec toi » Et de ne pas être seule mais Mebahel condamne ses mots dans sa poitrine et les laisse pourrir en elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel TejeiroLa myrtille, fruit obscure
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Natalie Portman @ Proserpine + bone_echo
Style RP :
Pronoms RP : Elle / Ishbel / Isa
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, dépression, consommation de cannabis, traumatismes liés à un accident de voiture.
Messages : 644 Âge : 40 ans
Métier : Avocate pour l'Ecurie Ferrari, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Dim 11 Juil 2021 - 13:11 )
Sergio était arrivé par surprise dans l’appartement, ayant certainement vu que Cisco n’était pas rentré. Ce soir, comme tous les autres. Il l’avait pris par surprise, ne lui avait pas laissé le temps de se défendre, de faire quoique ce soit. La violence de ses coups, de ses paroles, mais également de ses gestes avait laissé Ishbel marqué. Encore une fois. Les urgences l’avaient accueilli, comme tant d’autres fois. Contrairement aux précédentes visites, elle avait accepté qu’on appelle la police et qu’elle porte plainte. Avocate qui était de retour derrière les barreaux : elle saurait lui coller aux fesses une ordonnance restrictive. C’est qu’elle avait beau s’être fait abusée, elle n’était plus la femme qui se laissait faire. Ishbel connaissait ses droits et n’avait plus peur de traîner Sergio en justice. Enfin… Si, elle était absolument terrorisée, mais elle savait que si elle retournait dans la spirale infernale de l’abus : jamais elle n’en ressortirait.

Cloîtrée chez elle, cela faisait maintenant quelques jours qu’elle avait appelé malade et avait arrêté d’aller à la maison de retraite. Pourtant, et pourtant, voir Rafael rendrait le tout moins lourd. Mais elle ne voulait pas qu’il la voie avec des marques sur son visage. Elle en avait honte. En recevant le message de Mehabel lui rappelant l’heure et l’endroit où se trouver, son premier réflexe fut d’écrire à la va vite qu’elle ne pouvait plus. Pourtant au moment de l’envoyer, son doigt fut incapable de presser l’écran. Devait-elle réellement fuir ? Se terrer dans l’appartement et attendre que la douleur passe ? Si elle faisait ça, elle laissait Sergio gagner. Elle retombait dans le quotidien qu’elle avait fui. Alors, elle effaça ce qu’elle venait d’écrire et confirma le rendez-vous avant de jeter nonchalamment le portable sur le canapé et se glisser sous la douche.

L’eau était douloureuse sur sa peau meurtrie et bleus. Son visage avait à peu près été épargné, mais un hématome continuait sa course sur le côté droit de sa mâchoire. Alors, quand son corps fut séché, elle entreprit de cacher ce dernier, mais aussi les marques de doigts autour de son cou qu’un foulard en soie viendrait terminer de cacher. Elle enfila un jean et un t-shirt simple puis son cardigan bleu marine. Ses cheveux mi-longs détachés et encore humides, elle reprit son portable et ses clés

Ishbel n’eut aucun mal à reconnaître Mehabel au loin. Les signes qu’elle lui faisait décochèrent un sourire sur son visage. Après des jours sans réussir à étirer une simple risette : cela était agréable. La bonne humeur de son amie fut comme une bouffée d’air frais et un petit : “Hey.” Viens répondre à la phrase de Mehabel. Des vélos. Elle qui avait déjà mal en marchant n’osait pas imaginer, cependant, elle sourit : “C’est une excellente idée.” Elle attrapa un des deux d’ailleurs. L’étreinte de son ami est douloureuse, pourtant, elle y répond et se raccroche à la chaleur qui se dégageait du corps de la belle. “Moi aussi, ça fait longtemps.” Ishbel appuya ce fait en déposant un baiser sur la joue de son rencard avant de s’éloigner. “Comment tu vas ? Et Osvaldo ?” Elle qui n’avait pas d’enfant, aimait garder ceux des autres même si c’était un douloureux rappel que jamais elle n’en aura un à elle. Ishbel devra toujours se contenter d’être la tante super cool.


Silver lining
Comme quoi, une femme sans amour c’est comme une fleur sans soleil, ça dépérit.by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Mebahel BenizioLa myrtille, fruit obscure
Mebahel Benizio
https://www.ciao-vecchio.com/t8862-mebahel-benizio https://www.ciao-vecchio.com/t8884-mebahel-o-38-ans-o-pilote-pro-de-rallye-en-pause
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Diane Guerrero | tearsflight
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Sujets sensibles : Je n'ai pas de sujet sensible, suis ouvert.e à jouer de tout du moment qu'on en parle, qu'on sait où on va et qu'on instaure un espace safe.
Thème·s abordé·s : violence ; relation abusive ; agression ; sexisme
Messages : 173 ISHBEL | We, in an ocean of suns Giphy
Âge : 38 ans
Métier : Ancienne pilote professionnelle de rallye automobile, elle cherche des petits boulots ci et là.
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Dim 12 Sep 2021 - 23:49 )
Les sourires qu’elle décoche, couches faites de sincérité mais aussi de ces mensonges qu’elle façonne entre ses mains, Mebahel. Planquer les angoisses et le coeur meurtri. Prier pour que le téléphone ne sonne plus jamais. Espérer qu’au bout de ce dernier, ne jamais entendre le timbre de Folco qui lui susurre l’avoir retrouver. La peur la réduit à cet être qu’elle déteste être : si faible, si chétive. Cette peur viscérale qu’il la retrouve comme il a toujours su la retrouver s’en rend compte-elle aujourd’hui. A l’époque, après l’agression dont il a été le bourreau. Et toutes les fois où il avait su la retrouver pour l’arracher à une vie sociale qu’il cherchait à condamner du mieux qu’il pouvait pour la contrôler, pour la garder rien que pour lui. Mebahel, sa chose. Mebahel, sa victime. Elle se sentait brisée de tous les côtés, entaillée par les vérités qui n’étaient finalement que des mensonges, ce quotidien qui était le sien, qu’elle pensait être bonheur n’était qu’une dentelle de mensonges, de faux semblant. Dans le creux de leur amour, elle pensait avoir créer la plus belle œuvre : la vie. Son fils. Mais il était né d’un amour sale, toxique, violent et malsain. Plus que sa propre douleur, la culpabilité de n’avoir rien vu, rien senti. D’offrir un tel père à son fils, une telle vie de vadrouille. Alors elle sourit Mebahel, si fort et si intensément. Elle bouche toute les fêlures comme elle peut ainsi, se tient entière sans s’effondrer pour l’instant. Elle se le permet pas, ne se l’autorise pas. Pour Osvaldo. Pour elle. « C’est vrai ? » La brune avait hésité, réfléchi pour finir par trouver que lier le pratique à l’agréable serait une bonne idée. Elle avait toujours eu besoin de faire du sport pour s’aérer la tête, se défouler. Le sport et l’adrénaline avait toujours été un exécutoire pour elle. « Si tu veux faire autre chose, tu me dis. L’essentiel c’est que l’on soit ensemble » Oui, c’était le plus important. Qu’elles combattent ensemble les orages qui explosent dans leurs vies, bien qu’elle n’était pas très au courant de ceux qui assombrissaient le ciel de son amie. Elle creuserait plus tard sans faute. L’étreinte se referme sur elle et le contact chaleureux lui fait du bien, dure pas assez à son goût mais c’est déjà bien, c’est déjà mieux que rien. Mebahel roule des yeux et prend la moue d’une personne qui rougit et glousse après le baiser qu’elle dépose sur sa joue avant de rire doucement. Pour une fois. « Oh la la la la un bisou de la part de la plus belle fille de Naples » et c’était un compliment pas du tout exagéré car elle le pensait. Elle avait toujours vu Ishbel comme une femme merveilleuse, si belle, dégageant quelque chose. Un quelque chose qu’elle trouvait comme fané aujourd’hui avec ce je ne sais quoi qu’elle n’arrive pas à décrire dans le fond de son regard. Elle ne brillait pas comme d’habitude, elle ne brillait pas tout court s’en rend-t-elle compte. « Ca va » Banale comme réponse qu’on sert tout réchauffé et bancale, parfois un mensonge. Avait-elle envie de mentir aujourd’hui ? Elle reste immobile, absorbée dans ses pensées quelque secondes qu’elle ne voit pas passer. « … Pas tout le temps. Y’a des moments où ça va pas » S’entend-t-elle avouer et le dire à voir haute enfin, après l’avoir enterrer tant de fois en elle, faisant l’autruche parfois, c’est bizarre. A la fois libérateur mais aussi très effrayant de se sentir si abruptement vulnérable, comme visible, sans moyen de se planquer. Plus maintenant. « Osvaldo va très bien lui. Il adore Naples et sa vie napolitaine. La rentrée est pour cette année et il a plutôt hâte » S’attachant les cheveux dans un chignon lâche, Mebahel grimpe sur son vélo, tant qu’à faire. « Et toi ? Comment tu vas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel TejeiroLa myrtille, fruit obscure
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Natalie Portman @ Proserpine + bone_echo
Style RP :
Pronoms RP : Elle / Ishbel / Isa
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, dépression, consommation de cannabis, traumatismes liés à un accident de voiture.
Messages : 644 Âge : 40 ans
Métier : Avocate pour l'Ecurie Ferrari, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Lun 20 Sep 2021 - 22:55 )
Ishbel avait trop tendance à se protéger derrière une carapace. Offrir un visage, un faux sourire était bien plus facile que de regarder la vérité en face. Pourtant, Mehabel n’était pas une inconnue, ni une personne en qui elle ne pouvait pas avoir confiance. À plusieurs reprises, elle avait prouvé qu’elle était quelqu’un sur qui l’avocate pouvait compter. S’ouvrir serait donc la solution. Lui dire. Tout dévoiler. Enlever un peu de son maquillage. Qu’aurait-elle à perdre ? Rien. Mais elle avait peur d’alourdir la conversation et elle ne voulait pas accabler les autres de ses problèmes. Mehabel était comme Ishbel : en plein combat. Si l’une s’effondrait, est-ce que l’autre pourrait tenir ? Une autre question à se poser, à ne pas attendre de réponse. Ne pas ouvrir la boîte de Pandore. On ne savait pas ce qu’il y avait dedans.

“Oui, moi qui ne prends pas la voiture et très peu les bus ou autre : le vélo reste mon moyen de prédilection pour bouger. J’ai plus de contrôle.” Et la voiture l’avait à jamais traumatisé. La mort de sa maman puis celle d’Helmut avait été décisive. Un comble quand on sait son travail. “Ensemble, oui.” Parce qu’elles étaient plus fortes toutes les deux. Cela était évident. Elles devaient se serrer les coudes.

Dans ses bras, Ishbel se ressource un peu. Elle prend le temps de récupérer un peu de sa chaleur.

“La plus belle, je n’en suis pas certaine. Tu es aussi dans cette ville après tout.” Et comment rendre l’appareil à un compliment. Elle n’avait jamais été fortiche pour accepter ce genre de mots adorables. Helmut en lui disant tout le temps, Sergio un peu au début. Juste de quoi tromper Ishbel.

En entendant le ‘ça va’ de Mehabel, l’avocate comprends qu’elle n’est pas la seule à avoir un petit moral. Est-ce que cela arrivait pour une ‘bonne chose’ qu’elles se soient rencontrés aujourd’hui ? Un signe du destin pour qu’elles partent ?

“Toi aussi…” Souffla-t-elle pour son amie et seulement elle. Une façon de dire à demi-mot qu’elle aussi était dans le même panier. Elles auraient peut-être d’autres occasions d’en parler. “Je suis certaine qu’il va s’adapter, c’est un garçon qui est débrouillard : tu lui as donné les bonnes clés.” Ishbel ne pouvait pas imaginer Osvaldo bloquer au pied du mur. Montant sur le vélo, elle grimaça bien malgré son envie. À sa question, elle avala sa salive. “Pas tout le temps…” Pour utiliser les mots de son amie. “Pour tout te dire…” Elle perdit son regard au loin alors que les pédales tournaient : “Sergio est revenu.” Ishbel n’aurait pas besoin d’ajouter plus pour que Mehabel comprenne. Cela n’était pas quelque chose de bien.


Silver lining
Comme quoi, une femme sans amour c’est comme une fleur sans soleil, ça dépérit.by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Mebahel BenizioLa myrtille, fruit obscure
Mebahel Benizio
https://www.ciao-vecchio.com/t8862-mebahel-benizio https://www.ciao-vecchio.com/t8884-mebahel-o-38-ans-o-pilote-pro-de-rallye-en-pause
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Diane Guerrero | tearsflight
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Sujets sensibles : Je n'ai pas de sujet sensible, suis ouvert.e à jouer de tout du moment qu'on en parle, qu'on sait où on va et qu'on instaure un espace safe.
Thème·s abordé·s : violence ; relation abusive ; agression ; sexisme
Messages : 173 ISHBEL | We, in an ocean of suns Giphy
Âge : 38 ans
Métier : Ancienne pilote professionnelle de rallye automobile, elle cherche des petits boulots ci et là.
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Dim 2 Jan 2022 - 10:36 )
Se perdre dans le flot de ses pensées, dans des océans d’incertitudes et de doutes. Pour elle, Mebahel était certaine d’avoir fait le bon choix car Folco n’avait finalement été qu’un poison à sa vie. Le murmure du serpent à son oreille faisant du bourreau l’homme en sourire qui a trompé son monde mais elle aussi. Pour elle, c’était une question de vie ou de mort. Mais pour Osvaldo ? Ozzy qui avait besoin de son père et ce dernier n’avait jamais montré le moindre signe de violence ou d’instabilité à son égard. Il avait été le plus souvent un bon père. Si Mebahel pouvait avoir des doutes quant à son amour pour elle, la brune ne pouvait douter de son amour paternel pour ce fils. Fils dont il s’occupait avec tendresse et la seule chose qu’elle pourrait lui reprocher était sa sévérité ambiante, cette envie d’en faire un homme, un vrai. Aussi cette façon d’utiliser Osvaldo contre elle, comme un instrument de manipulation, de chantage. C’était l’arme qui fonctionnait le plus et elle le lui avait enlevé des mains. Justement parce qu’elle le lui avait ôté des mains, elle savait qu’Folco allait venir la chercher, les chercher. Lui reprendre Osvaldo avant d’essayer de la posséder à nouveau et elle craignait qu’il puisse y arriver. Qu’il puisse à nouveau la soumettre à son influence. « Le vélo me semble être le meilleur moyen de locomotion de toute façon mais avec un Osvaldo plein de trop d’énergie, c’est difficile de le garder attaché à son siège » Le gamin était toujours tenté d’attraper une branche qui passe, accostait parfois les passants. C’est mignon en soi mais ça déstabilisait souvent Mebahel sur son vélo qui devait faire attention de ne pas perdre l’équilibre déjà bien précaire avec un Ozzy qui bouge sans arrêt. « Hahaha … nous sommes les plus belles dans ce cas » Rire de circonstance mais qui résonne un peu avec sincérité. Accueillir le compliment rendu avec humour même si son coeur n’y croit pas. Ou plus. Pas en la sincérité d’Ishbel mais plutôt en sa propre beauté que ce soit intérieur ou extérieur. Folco a tout détruit sur son passage jusqu’à sa propre vision d’elle-même et la jeune femme ne savait plus du tout comment se reconstruire ni si cela en valait la peine si c’était pour tout détruire à nouveau dans des océans de tristesse. Les iris se baissent légèrement vers ses pieds, s’alourdissent de honte momentanément. « Oui, moi aussi » L’aveu fait de syllabes trop pesantes et qui semblent résumer le tout. Moi aussi je suis en souffrance. Moi aussi je suis avec toi. Un sourire triste et à la fois gorgé d’espoir s’accroche à ses lèvres à l’entendre parler d’Osvaldo. Un éclair vif et trop rapide zèbre son regard et l’émotion passe en la bousculant de toute part. « Merci de dire cela » De dire qu’elle avait donné les bonnes clés à son petit garçon. De dire à demi mots qu’elle est une bonne mère. Tout ce dont elle doute aujourd’hui, ayant l’impression d’avoir briser sa famille, d’en avoir priver Osvaldo. Singeant sa comparse, Mebahel avance et fait avancer son vélo de quelque coups de pédales non sans remarquer la grimace de son amie mais ne relève pas. Pas de suite. « Quoi ? » Il suffit que le prénom diabolique sorte de sa bouche pour que Mebahel relève et donne un coup de guidon franc pour couper la route de son amie. « Est-ce que j’ai bien entendu ? » C’est donc pour cela que Cisco lui avait demandé de passer du temps avec elle ? « C’est pour ça que tu as grimacé en montant sur ton vélo ? » La latina pose un pied à terre bien décider à ne pas continuer cette balade. « Il t’a fait quoi cette fois-ci ? » Parce que ces hommes là, Sergio ou Folco ou bien d’autres, ils font toujours quelque chose aux femmes. Même quand ils promettent qu’ils ont changé, qu’ils ne sont plus les monstres d’avant : ils le restent. Le seront pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel TejeiroLa myrtille, fruit obscure
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Natalie Portman @ Proserpine + bone_echo
Style RP :
Pronoms RP : Elle / Ishbel / Isa
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, dépression, consommation de cannabis, traumatismes liés à un accident de voiture.
Messages : 644 Âge : 40 ans
Métier : Avocate pour l'Ecurie Ferrari, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le Dim 2 Jan 2022 - 22:59 )
Ishbel était consciente que dans son malheur, elle était chanceuse. Après tout, de son mariage, aucun enfant n'avait vu le jour. Cela était une différente histoire pour Mebahel. Osvaldo était dans l’équation. Une jeune âme, c’était précieuse et en tant que mère, elle devait prendre des décisions. Qu’importent ses choix, elle aurait le soutien d'Ishbel, même si elle était hantée par des démons. Enfin des. Seulement un. Fort heureusement. C'était déjà bien assez. Cette balade à vélo était la meilleure façon de faire le point, de savoir comment elle allait et de se confier, mais pas tout de suite. Après tout, combien de personnes connaissait son passé ? Son présent ? Sa détresse et les travers qu’elle traversait. Des amis comme ça, elle n’en avait pas beaucoup.

“Ce qu’il vous faut, c’est un vélo en tandem : où il pédale comme ça il se fatigue et il dort bien la nuit.” Voilà une idée de cadeau pour Noël qu’elle nota dans un coin de son cerveau. Elle rigola avec Mebahel. Inutile de creuser, Ishbel se doutait que les deux partageaient les mêmes idées. Des hommes avaient enlevé la confiance en elle. La retrouvée était difficile. Une chose qui semblait impossible. Pourtant, l’avocate avait cru que Sergio était son passé et s'était prit à imaginer Rafael comme son avenir.

C’est donc naturellement qu’elle fit comprendre à son amie que le mal était partagé. Qu’elles souffraient toutes les deux. En silence. Ishbel croyait dur comme fer que malgré la situation : son amie avait donné la meilleure éducation à Osvaldo et qu’il était chanceux de l’avoir comme maman. Il devait s’estimer heureux même. À ses yeux, Falco n’en avait rien à faire de son fils. C’était un pourri. Comme Sergio. Tous dans le même panier, un qui devrait être envoyé en enfer.

La confiance en cette femme était sans limite. C’est pourquoi elle osa prononcer le nom maudit. Mebahel comprendrait. Elle saurait. Elle pressa les freins pour s’arrêter. Elle baissa la tête. Honteuse.

“Oui.” Timide. Soufflé. Comme si le dire trop fort ferait abattre la foudre sur elles. Ishbel descendit de sa monture. “Il m’a pris par surprise.” Sa salive passa difficilement. “La même rengaine… Le même refrain. Mais pas que…” Le dire faisait encore plus mal que les marques sur son corps. Elle comprendrait. Sa tête était toujours baissée. “Mais ne pas venir te voir… Ça serait le laissé gagner hein ?” Après tout, Mebahel comprendrait. “Je ne peux pas rebrousser chemin, pas maintenant, pas alors que j’ai enfin trouvé quelqu’un qui m’apaise.” Finalement, elle se décida à relever ses yeux. “Je ne voulais vraiment pas gâcher notre rendez-vous avec ça.”


Silver lining
Comme quoi, une femme sans amour c’est comme une fleur sans soleil, ça dépérit.by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
ISHBEL | We, in an ocean of suns Empty
# Sujet: Re: ISHBEL | We, in an ocean of suns ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- ISHBEL | We, in an ocean of suns -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Lungomare di Mergellina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut