[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
One-Punch Man Tome 25 en édition Collector : ...
Voir le deal
9.90 €
Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €

 

- [Terminé] Magda | Interminable moment... -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:40 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:41 )
Ce n’était pas ses affaires. Ses oignons. Ca ne la regardait pas du tout s’il voulait s’esquinter la santé. Bousiller ce cœur qui lui a été donné comme une seconde chance. Une autre chance de prendre sa revanche… Mais même ! Même si c’était pas son problème, Magda en faisait comme si ça l’était. Compassion ? Solidarité ? Inquiétude ? Ou juste un tel caractère de cochon qu’elle pouvait juste pas accepter qu’il se gâche la vie. Elle n’était pas parfaite Magda, s’autorisant du café, de manger gras, de ne pas toujours avoir une vie saine mais elle ne pouvait supporter ce bâton de nicotine, cette barrette de goudron qui poussait tout droit au cercueil. Alors oui, si son comportement devait lui pourrir la soirée autant que ce ne soit que sa soirée et pas son cœur. Il n’en pleut pas des cœurs de rechange, qu’elle sache. L’aurait-il oublier ? Et l’ancien bailleur de ce cœur, il dirait quoi, hein ? Un sauvetage partant en naufrage. Quel gâchis ! Désirait-il revenir à la case départ ? La case où elle se trouve elle-même à vivre avec un coeur qui parfois n'a plus envie de fonctionner normalement ? Lui, avait un peu plus de chance qu'elle de pouvoir continuer quand elle, elle était un peu plus proche de la fin. Malgré tout ce qui s'est passé, malgré tout : elle ne lui souhaitait pas qu'il revienne aux affres d'un coeur fatigué qui n'attend que le dernier battement fébrile. La femme ne parle pas, boude dans son coin et ce jusqu’à le lobby luxueux de l’hôtel où elle brise son vœux de silence. Tellement agacée qu’elle en oublie de regarder autour d’elle, qu’elle occulte sans le vouloir les bruits lointains des vagues venant s’échouer sur le rivage. L’idée de partager la même chambre l’agace grandement, fait naître une certaine nervosité en elle aussi. C’était pas prévu partager une sorte d’intimité. C’était pas du tout prévu et les imprévus, elle déteste, surtout quand elle ne peut pas avoir la main mise dessus. La métisse aurait aimé que Demetrio puisse faire ce qu’elle ne peut pas ce soir : faire un scandale et exiger une autre chambre ou juste changer d’hôtel mais rien. Rien de tout cela. Au lieu de ça, il accepte la situation et pire lui retire les doigts de la bouche. Non, mais sérieux ? « Et vous avez prévu de me fliquer toute la soirée pour m’empêcher de mettre mes doigts à la bouche ?! Se ronger les ongles n’a rien à voir avec se pourrir la santé avec votre satanée clope » Râler pour la forme, râler pour se défouler même si cela n’a aucun effet au final car son humeur ne s’arrange pas. Un grognement s’échappe de sa gorge lorsqu’il l’apostrophe comme le réceptionniste : Madame Clarizio. Pffff ! Il était vraiment obligé de rebondir dessus ? La saouler avec cette méprise qui en soit n’est pas étonnante. Fallait s’y attendre que les gens fassent ce rapprochement mais elle s’y était pas attendue du tout. « Ca me rassurerait encore plus si vous pouviez vous contenter de la banquette arrière de votre véhicule » Ton acidulé, c’est vache, c’est vrai mais Magda peut se montrer vache quand elle le veut, malheureusement. Pourtant, c’est lui qui payait tous les frais de leur séjour, il aurait très bien pu lui refiler le canapé et lui, prendre le lit qui devait être bien plus confortable. Fallait-elle qu’elle le remercie ? Son orgueil ne le lui permet pas de toute façon comme il ne l’aide pas à accepter la situation. Sans pouvoir y faire quoique ce soit, Demetrio la déleste du poids de son sac et se dirige vers l’ascenseur. C’était quoi cette galanterie, là ? Personne ne les voyait, il pouvait arrêter sa petite mascarade de petit ami parfait sous toutes les coutures. Surtout quand on sait ce qu’il traficote dans son dos avec sa connasse de chargé de compte. Sa silhouette s’enfonce dans l’ascenseur, les portes se refermant derrière elle en même temps qu’une mise en garde lui tombe dessus. « C’est censé m’intimider cette petite mise en garde, hum ? » Balance-t-elle, faisant un pas vers lui, le défiant. « Parce que ça fonctionne pas du tout. Je n’ai aucun remord et je le referais s’il le faut, sachez-le. Je vous le redis, mettez-vous au tricot pour vous calmer les nerfs. Ca vous irait bien le tricot tien. Je peux vous donner des cours » Elle se foutait un peu de sa tête aussi, oui. L’imaginer avec deux aiguilles et une pelote de laine avait quelque chose d’hilarant mais n’apaisait pas non plus son humeur pour autant, malheureusement. « Eh bien, continuez de fumer bêtement, il vous en poussera sûrement un de troisième bras » Son doigt appuie sur le chiffre de leur étage avant qu’elle ne recule et parte s’adosser contre la paroi froide de la machine qui monte. Lorsque les portes se ré ouvrent à leur étage, Magda lui passe devant mais sa hâte ne sert à rien car elle reste coincée à la porte de leur suite, la clé étant avec Demetrio. « Vous êtes lent » Bon, il portait tout : son sac et puis le sien. Le sien était lourd, qui plus est. Entre les chaussures, les différentes tenues et tout le panel pour être présentable. Elle le savait qu'il devait se traîner je ne sais combien de kg sur les bras mais ne pouvait se refuser ce petit plaisir de râler.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:42 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:43 )
En face de Magda, une tête à claque. Pas une petite tête à claque non. Une grosse tête à claque. La jeune femme se mord la langue, tente de tenir une certaine contenance pour ne pas perdre un calme très fragile. Pour ne pas se laisser emporter par cette vague d’agacement qui semble prendre des allures de colère. « J’en vous apporterai prochaine fois des aiguilles. Vous pourriez essayer de les fumer tiens, tant qu’on y est. Faites donc vous plaisir ! Pour ce que j’en ai à faire de votre petite vie » Qu’elle crache, se donnant une résolution : s’en ficher de sa vie, de ce qu’il peut bien faire endurer à son cœur en fumant clope sur clope. Ils sont pas liés, il a raison et elle, elle avait tort de s’en mêler. Ce n’est pas son problème. Ca ne devrait pas l’être. « Et moi, je ne suis pas votre bouffon pour amuser la galerie donc venez pas me dire de me calmer, c’est clair ?! » Non mais ça allait de donner des ordres à tout va. Il voulait aussi lui dicter son comportement ? Ses façons de réagir ? Mais merde. Qu’il aille au diable voir si Elvezia y est. Elle y est sûrement d’ailleurs. Ils s’engouffrent dans la chambre et l’ambiance s’alourdit davantage lorsqu’il engage la discussion sur le sujet qu’elle voulait éviter. Éviter car elle avait peur de ce qu’il pourrait dire. Car elle avait peur de ses propres réactions, de ces émotions qui pourraient sortir, bruts. Magda voudrait qu’il s’arrête de parler, l’étouffer en lui faisant avaler un des oreiller du canapé mais ca voudrait dire le toucher et à ce moment précis, elle n’en a pas envie. « Parce que maintenant, c’est moi la méchante parce que je vous en veux ?! Mais vous pouvez vous la mettre où je pense votre ironie à deux balles ! » Son calme s’envole, la fatigue n’aidant en rien à tenir le fil de cette échange houleux. Et si Magda était prête à lui tenir tête, à ne pas battre en retraite, ses résolutions tombent à l’eau, s’y noient. « Q…Quoi ?! » Il venait de dire quoi, là ?! Que c’était sa façon de ne pas s’attacher à lui ? Mais pour qui se prenait-il ? Comment osait-il lui balancer ça ? Son corps fait un pas en arrière, percée à jour malgré elle. Son regard devient sombre, la colère inondant ses iris brisant ses chaînes grâce aux mots qu’il continue de lui balancer. Ses reproches en latence de croire Elvezia et pas lui. Cette façon qu’il a de se défendre, de s’expliquer et qui ne donne absolument pas envie de lui accorder le bénéfice du doute. Ces mots n’apaisent pas du tout ses doutes, ils les font voler en éclats. « TU m’emmerde » Vouvoiement qui se perd, pas pour placer une proximité mais plutôt pour exprimer un manque de respect exacerbé par la vulgarité qu’elle utilise. Vulgarité qui démontre bien qu’elle perd le contrôle, que la colère prend le dessus et malheureusement les émotions qui vont avec. Lui tournant le dos, ses bras attrapent son sac, l’adrénaline de la colère lui faisant oublier sa lourdeur et se dirige vers la chambre, battant en retraite. Cependant, son corps, devenu fébrile pile net et fait marche arrière, revenant sur ses pas. Sa main saisit la télécommande de la télévision posée sur le meuble près d’elle et la balance violemment contre le mur derrière Demetrio, le ratant lamentablement. « Fais chier ! J’étais censée faire quoi, moi ? hein ? Croire qu’elle disait des mensonges quand elle m’a balancé que vous avez ris de moi le lendemain au bureau, que vous lui avez raconté les détails sordides de l’après-fête ! Ca vous est pas venu à l’esprit, que peut-être je me suis sentie perdue ? Et p’être blessée ? » Ses yeux lancent des éclairs mais ses mains qui tremblent décrédibilisent totalement cet air de dure à cuire qu’elle veut se donner. « Vous avez été témoin de quelque chose que je ne montre à personne. JAMAIS ! Vous pouvez pas à un putain de moment vous essayer d’être à ma place ? Non. Vous êtes vexé parce que je ne vous ai pas accordé le bénéfice du doute ?! Bouhouhouhou ! Pauvre Demetrio » Son index le pointe, accusateur. « Je n’ai rien à me reprocher moi non plus ! Vous voulez qu’on parle de la parfaite et sympathique Elvezia, parlons-en dans ce cas » Ses iris noircis par la colère se plantent dans ses yeux, une sonnette d’alarme commence à retentir dans sa tête mais elle ne l’écoute pas, s’entête dans ce règlement de compte. « A cette soirée de présentation, elle m’a balancé tout un tas de saloperies à la figure. Que je ne vous arrive pas à la cheville, que je ne suis qu’un parasite en bas d’une échelle quand vous êtes tout en haut. Ca, encore, je peux faire l’impasse. J’ai pas besoin d’elle pour avoir une basse opinion de moi mais j’ai tenu bon. Je n’ai à AUCUN moment fait de scandale parce que vous m’avez demandé d’être correcte, que vous comptiez sur moi et je voulais vous montrer que vous pouviez me faire confiance. Je ne vous ai pas laissé tomber, Demetrio. Pas un seul instant ! » Deuxième sonnette d’alarme mais qu’elle continue de ne pas écouter, son cœur s’emballe. Palpitation qui déraille. Un pas vers le point de non retour. « Je me suis contentée d’exploser un foutu verre entre mes doigts alors que j’aurais pu faire bien pire après qu’elle ait osé me parler de ma sœur. Oui, elle a osé me parler d’elle en me rabâchant les circonstances de sa mort. Me répétant que ma sœur a été violée et torturée. Je… » Une douleur vive dans la poitrine lui coupe la parole, la faisant reculer de quelque pas. Pas maintenant, cœur déglingué, pas maintenant. Elle n’a pas fini. Elle n’en a pas fini. Mais son coeur semble en avoir décidé autrement. Sahar est le point de non retour. « J’ai p… pas fini … » Par réflexe, sa main se porte à sa poitrine, agrippe le tissus de sa robe comme si ce geste pouvait apaiser d’une quelque façon que ce soit sa douleur. Geste inutile car son cœur n’en fait qu’à sa tête, lui intime l’ordre de s’arrêter en s’emballant trop vite, la forçant à s’appuyer contre le mur derrière elle pour ne pas tomber. Son bras se lève pour lui faire comprendre qu’elle gère, que tout va bien. Il suffit qu’elle se calme pour que son cœur en fasse de même. Il suffit juste de ça mais le faire est une autre histoire. Un gémissement de douleur s’échappe de ses lèvres malgré elle, malgré son envie de ne rien montrer. Ses yeux se ferment pour tenter de retrouver son calme. Inspiration. Expiration. Cadence qu’elle tente de garder en suppliant son cœur de se calmer. De ne pas la laisser tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:44 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:45 )
Trop entêtée pour entendre raison. Trop orgueilleuse pour avouer des torts qu’elle partage avec Elvezia, à moindre intensité toute de fois. Elle avait tenu sa position comme un soldat encerclé qui ne veut pas baisser les armes. Il avait raison depuis le début Demetrio, c’était plus facile de le croire coupable qu’innocent. C’était plus facile de pouvoir cracher sur ce lien qui se tisse sans qu’elle puisse y faire quoique ce soit. Quelque part, croire aux mensonges d’Elvezia l’arrangeait bien malgré la blessure vive qui découlait de ces mensonges. Y croire c’était se saboter, détruire ce qui se construisait au fur et à mesure qu’elle apprenait à le connaître. A la base, rien ne devait se construire si ce n’est qu’une collaboration professionnelle. Là tout dégringole, perdant totalement le contrôle même sur ce cœur qui n’en fait qu’à sa tête. Qui tambourine douloureusement. Malgré cette tentative pour le maintenir à l’écart, Demetrio s’approche d’elle, pose ses mains sur ses épaules. Muette par cette douleur qu’elle connait par cœur, Magda secoue la tête en tout réponse. Elle ne prend rien, pas en ce moment. La métisse passe par phase où elle suit son traitement sérieusement et d’autre où elle l’abandonne, refusant de vivre accrochée à des pilules qui ne sauvent rien mais lui font juste grignoter un peu plus de temps. Elle voulait croire, s’aveugler qu’elle pouvait gérer son cœur d’elle-même, le contrôler et gagner sans d'aide médicamenteuse mais ce soir, il lui avait encore prouvé que c’est lui qui menait la danse, qui gagnait la bataille à chaque fois. Les bras de Demetrio se referment autour d’elle et l’enveloppent d’une tendresse qui l’apaise mais dont elle tente de se défaire, de l’éloigner piquée dans sa fierté. Encore une fois, il était témoin de sa fragilité. La voir en larme n’avait pas suffit ? Fallait-il qu’il la voit en pleine crise aussi ? Le destin avait envie de s’acharner sur elle apparemment. Sa résistance ne dure pas : les forces lui manquent mais surtout la tendresse de Demetrio finit par avoir raison d’elle. Vaincue par la détresse de ce cœur déglingué, Magda se laisse aller dans ses bras, posant sa front sur son épaule. Sa respiration saccadée trouve un semblant de tempo moins désorganisé, moins rapide. Sa main vient agripper un pan de sa chemise, s’y accrocher, la froissant au passage. Elle serre, serre et serre à la même intensité que son cœur semble lui être douloureux. L’odeur de Demetrio, cette même odeur qui avait su la tranquilliser lors de leur première sortie, inonde ses sens et semble apaiser le supplice que son cœur lui fait vivre. Les yeux toujours clos, la voix et la douceur de Demetrio deviennent un phare en plein nuit noire et l’oriente vers un état bien plus calme qu’il y a quelque minutes. Si une tempête s’était réveillée, elle commençait désormais à se rendormir. Au bout de longues minutes, sa douleur s’étiole et sa main relâche du leste sur la chemise de l’homme qui la soutient dans ses bras, l’empêchant de glisser au sol lamentablement. Son muscle cardiaque, maintenant apaisé, reprend son rythme normal, ses yeux se ré ouvrent et voient la dépouille éclatée de la télécommande. Instinctivement, son index se coince entre ses dents, se calant sur sa lèvre inférieure tandis qu’elle se défait lentement des bras du brun. « C’est bon … Je suis calme » murmure-t-elle avant de se racler la gorge. Son corps glisse le long du mur pour se poser sur le sol. « Ca va. Je vais bien … J’ai juste besoin de … me poser un moment » Complètement lessivée par cette crise de ce cœur capricieux, sa tête s’appuie contre le mur. « Est-ce que je pourrais avoir quelque chose à boire, s’il vous plaît ? » Demande-t-elle gênée, ramenant ses jambes contre elle, les recouvrant de sa robe qui ne ressemble plus trop à rien à être aussi froissée. « Juste ça et ensuite vous pourrez aller prendre votre douche. Je vais bien, je vous assure » Un semblant de sourire se tente sur son visage pour donner plus de véracité à ses propos. « Je suis vraiment désolée » De l’avoir inquiéter avec cette petite crise ? De s’être emportée aussi violemment ? De ne pas l’avoir cru ? De ne pas avoir communiqué avec lui plus tôt ? Magda ne le précise pas. Peut-être parce qu’elle s’excuse pour tout cela à la fois au fond, ne sachant pas le faire correctement mais étant sincère. Elle les pensait ces quatre mots et pour une fois, ça ne lui avait pas écorcher la langue de le lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:46 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:47 )
Ses doigts viennent tapoter distraitement ses lèvres, le regard perdu sur ce tapis couleur chair. Magda ressemble à un naufrage sur le sol, une chevelure un peu en pagaille après tant d’agitation. Les bras de Demetrio viennent la rattraper dans sa dérive et la soulever du sol pour la poser sur le canapé, sa veste retrouvant ses épaules comme des retrouvailles. Sans se cacher cette fois-ci, Magda saisir le col du vêtement et le colle à son visage, se berçant dans cette odeur qui l’apaise tant. Système B aussi pour se planquer un peu plus, son être commençant à être rongé par la honte, la gêne d’être aussi exposée. Cet homme qu’elle détestait au tout début de leur rencontre bousculait son quotidien avec cette comédie qu’ils devaient jouer mais surtout en étant là pour elle, en se montrant présent alors qu’ils se connaissaient à peine. Que leurs vies n’étaient pas liées d’une quelque façon que ce soit comme il le lui avait dit. L’espace d’une semaine, il avait assisté à tous les travers de sa misérable vie : ses faiblesses, les caprices de ce cœur qu’elle déteste tant. Sa tête acquiesce quand Demetrio s’excuse à son tour, lui fait part de son regret et quelque part ça lui fait du bien de les entendre bien que c’est elle la fautive dans toute cette histoire. Elle qui a tout commencé. Elle qui s’est emportée sans se retenir en sachant très bien la fragilité de son muscle cardiaque. Elle qui n’a pas voulu écouter ce qu’il tentait de lui dire depuis le début. « Vous excusez pas. Vous ne faisiez que répondre au comportement d’une sale teigne » Et ce n’était pas faux, Magda se connaissait parfaitement, elle pouvait être une chieuse horripilante quand elle voulait l’être et le problème se trouvait là : elle avait souvent envie de l’être. Ses yeux se redressent, surpris vers lui quand sa peau sent le contact de sa main sur sa joue, ce pouce qui vient caresser sa joue. Sa tête sonne une sonnette d’alarme, lui intime l’ordre d’arrêter ce qui se trame de suite mais son cœur, mis à rude épreuve, s’y refuse. Ce contact, cette tendresse soudaine lui fait du bien comme il marque sa peau qui n’a pas l’habitude. Qui ne l’a jamais eu. Ca lui fait du bien comme ça la blesse d’une certaine façon, lui rappelant ce qu’elle n’a jamais eu mais qu’elle aurait dû avoir. Face à ses propres lacunes, la brune se laisse aller n’ayant ni la force ni la volonté de rompre le contact, trouvant une sérénité dans cette affection qu'il lui témoigne, faisant gonfler son cœur d’un sentiment de bien-être. Sa peau se met à mémoriser chaque geste, chaque parcelle en contact avec lui, ses doigts dans sa chevelure, ses lèvres sur son front. Elle mémorise tout pour ne pas oublier. Pour pouvoir s’en souvenir lors des nuits trop dures, quand elle se sent seule, douloureusement seule. Juste un moyen de se sentir comme ce soir : que quelqu’un est là pour elle, avec elle. Sa main qui s’était posée sur son torse quitte son emplacement quand il s’écarte, lui laissant un goût de trop peu, la laissant encore embrumée dans ce moment qu’ils venaient de partager. Le contact du verre froid la ramène sur terre, sa raison lui murmure des avertissements. La prévenant qu’il faut éviter ce genre de rapprochement. Que c’est mauvais pour elle. Elle prend le risque de trop apprécier et de ne plus pouvoir s’en passer. De rendre la présence de Demetrio nécessaire, d’avoir besoin de lui et il ne fallait pas. Il ne fallait surtout pas. Le liquide frais glisse le long de sa gorge et la jeune femme se demande un instant si ses avertissements ne sont pas en retard. Si le processus n'a pas déjà commencé malgré elle … « C’est pas vrai … » Lâche-t-elle, le regard qui se tourne vers la baie vitrée comme une gamine à qui on venait de dire que le père Noël était là. Elle était tellement embourbée dans son agacement, sa colère qu’elle n’avait même pas fait attention à ce détail qui pourtant aurait pu faire la différence tant elle adore l’océan, la plage. « Allez-y ! Vite vite ! » Elle lui tapote la cuisse pour le presser répondant à l’affirmative malgré elle à la proposition de Demetrio. Plus vite il ira à la douche, plus vite il en sortira et plus vite ils pourront aller sur la plage. La patience, ça n’a jamais été son fort. Jamais. Demetrio disparaît dans la salle de bain, lui laissant le loisir de s’allonger de tout son long sur le canapé, sur le ventre, la tête reposant sur l’accoudoir. Son regard se pose sur la plage à portée de main, la lune s’y reflète et cette vision lui fait grand plaisir, encore plus de savoir qu’ils pourront y aller parce que malgré qu’elle soit crevée de chez crevée, elle voulait s’y rendre sur cette plage. Elle n’avait rien à voir avec celle de Naples. Une autre différence et pas des moindres venait s’imposer à elle : Demetrio serait avec elle ce soir. Un détail qui arrive à lui arracher un sourire sur le visage. Impatiente et retrouvant un semblant de vie, la jeune femme se presse vers son sac de voyage, troquant sa robe pour une autre. Une moins longue et plus appropriée pour se rendre sur une plage. Ses gestes sont rapides pour pas tomber nez à nez avec Demetrio en sous vêtement, lui sortant de la salle de bain. Prête, elle s’installe sur le canapé, essayant de ne pas piquer du nez. Son regard passe de la baie vitrée à la salle de bain. Salle de bain dont la porte s’ouvre enfin après des heures et des heures d’attente. Non, c’est pas vrai mais c’est ainsi qu’elle vécu l’attente. « Je suis prête, on peut y aller ? » Sans lui laisser vraiment le temps de sortir de la salle de bain. Sa main lui fait signe de la rejoindre, le pressant davantage. Elle allait mieux, ça se voyait. «Alleeeez »
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:47 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:48 )
« Oui, oui » Demetrio ne lui laisse même pas le temps de saisir la veste elle-même et va la chercher pour la lui poser sur ses épaules, à sa place, faut-il croire. « Détendez-vous ! Je vais bien, ok ? C’est pas la première fois que ça m’arrive et ça ne sera certainement pas la dernière » Magda tente de rassurer ses inquiétudes qui ne semblent pas s’en aller. Il semblait s’en faire plus qu’elle pour sa propre dégaine, bien qu'elle devrait s'en faire avec les risques qu'elle prend. Le trajet les conduisant vers la plage lui semble long, pourtant la plage n’est pas très loin mais elle trépigne d’impatience. Retrouver les flots salés, les grains de sable sous la voûte de ses pieds. L’ascenseur s’ouvre enfin, la délivrant de ce voyage entre les étages presque interminable. Devant elle, au lointain, se dessine cet océan qu’elle aime tant sans pouvoir se l’expliquer. Ses yeux s’y détournent cependant un instant, profitant que Demetrio la dépasse de quelque pas pour greffer son attention sur sa silhouette, le regardant des pieds à la tête, s’attardant sur la ligne de ses épaules, sa nuque. Si elle le trouvait attirant dans un costume 3 pièces, une tenue plus décontractée lui allait tout aussi bien. Le regard de Demetrio se pose sur elle, la forçant à dévier son regard sur l’horizon, cachant le faite qu'elle était entrain de le regarder et d'apprécier ce qu'elle voyait. A la question qu’il lui pose, Magda devient pensive. La dernière fois … Elle s’en souvient comme c’était hier. Précieux souvenir qu’elle garde au fond d’elle comme un trésor « Ca remonte à l’été 2013. Le dernier été que j’ai pu passer … avec ma sœur aînée » Nostalgie dans le regard, les souvenirs qui lui remontent à la mémoire : les bains de minuit, la course pour finir sa glace à l’italienne, les éclats de rire, les promenades bras sens dessus dessous et toutes ces choses qu’elle ne pourra plus revivre. Du moins, plus avec Sahar. La brune avait essayé de retourner à la plage mais seule quel était l’intérêt ? Seule, elle n’y arrivait pas. A ses côtés, Demetrio s’arrête et commence une phrase qui reste en suspens, accrochant de suite l’attention de Magda qui reste pendue à ses lèvres, attendant une suite qui peine à venir. Le sable à quelque pas d’elle, ses mains viennent se déchausser en attendant qu’il mette fin à ce suspense. Quand il termine enfin sa phrase, c’est sur les fesses qu’il l’envoie. Au tapis directement. La métisse ne s’y attendait tout bonnement pas, mais alors pas du tout. « De rien. Tout le plaisir était pour moi » S’essaie-t-elle à faire un trait d’humour, rendre ce moment moins solennel car elle le voit bien, ces mots n’ont pas été facile à prononcer. « Comme je vous l’ai dit, Demetrio, je le referais s’il le faut » Déclaration sérieuse cette fois-ci, son faux compagnon pouvait oublier ce plaisir de s’en griller une en sa présence parce qu'elle ne voulait pas qu'il s'abîme la santé. Distraitement, la brune se mordille la lèvre inférieure, sachant qu’elle a participé à rendre cette journée infernal pour son collaborateur. Si sa journée était déjà mauvaise, elle n’avait fait qu’empirer la chose en étant injustement en colère contre lui, lui balançant des horreurs qu’elle regrettait désormais. C’est sûrement poussée par cette culpabilité en latence qu’elle se penche en avant pour tenter un contact oculaire, trouver son regard bleu. Elle provoque ce contact en posant sa main sur sa joue, l’obligeant à la regarder. « Et alors ? » Elle peut percevoir qu’il ressent une sorte de culpabilité à céder à ce vice et ne peut le blâmer, comprenant parfaitement ce sentiment. Elle aussi s’en veut, face à sa glace, la lame à la main, ses mutilations qui lui sautent à la figure lui offrant cette sensation d’être un être pathétique, misérable. « Ne soyez pas si dur avec vous-même. Avec l’horrible journée que vous avez eue, pas besoin d’en rajouter plus sur vos épaules. Tout le monde a un petit vice, j’en ai moi-même et ça peut se comprendre qu’on puisse y céder. Je comprends … je vous comprends … Parfois, on ne peut faire autrement que … d’y plonger. C’est humain, nous ne sommes pas des êtres parfaits même si nous le désirons tellement » Un sourire se dessine sur son visage dans l’unique but d’essayer de le réconforter. Se hissant à son niveau, son visage se rapproche du sien, pose ses lèvres vers sa tempe, près du coin de son œil, n’atteignant pas son front même sur la pointe des pieds. C’est qu’il la dépassait quand même d’une dizaine de centimètres, elle ne s’en était pas rendue compte jusqu’à maintenant, portant toujours des talons en sa présence. Reprenant sa position initiale, face à la mer, sa tête hésite un moment puis cède à cette envie qui lui prend, possède, elle lui doit bien ça, après toute cette mascarade : sa main s’approche de la sienne, l'effleure doucement avant de s’y accrocher. Ses doigts s’enroulent autour des siens avant qu’elle ne l’entraîne avec elle, s’avançant dans le sable pour se diriger vers l’eau salée. « Voyez les choses d’une autre façon. Vous n’avez pas pu plonger dans votre vice ce soir et que ma sale manie de râler, de m’emporter peut avoir du bon, vous ne pensez pas ? » Son visage se tourne vers lui, lui lançant un regard par-dessus son épaule, un sourire en coin. Tentative d’humour pour lui arracher un petit sourire. « Ceci dit, vous voulez vous défouler de votre sale journée ? » Lui demande-t-elle, un trait de malice dans les iris. « Un bain de minuit. Ca ne vous dit pas ? C’est amusant, je vous assure »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 3 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Magda | Interminable moment... -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant