[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4

Revenir en haut
Aller en bas

-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
19.91 € 31.99 €
Voir le deal
-47%
Le deal à ne pas rater :
FEBER Happy House – Maison de jeux pour enfants de 2 à 6 ans
47.93 € 89.99 €
Voir le deal

 

- [Terminé] Magda | Interminable moment... -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:48 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:49 )
Ses vices à elle ? Ils étaient entrain de parler de lui, y’a à peine quelque secondes. Pas d’elle, non ? Mal l’aise que les projecteurs se braquent sur elle subitement, risquant de l’exposer, la brune reste stoïque, droite comme un piquet. Elle ne dira rien sur son vice. Une personne est déjà au courant et c’est déjà bien assez. Bien assez trop d’ailleurs. Elle ne voulait pas en rajouter une qui serait conscient de sa connerie, de la bassesse de ses instincts sombres. Cet exutoire qui la soulage tellement sur le moment mais qui lui offre un tel sentiment de honte et de culpabilité par la suite. Amplifiant toujours un peu plus ce dégoût envers elle-même, cette haine omniprésente. Ses épaules se haussent et le silence devient sa seule réponse. Il n’obtiendra rien ce soir, ni maintenant ni plus tard. Par contre, ce qu’il semble acquérir, c’est une autre facette d’elle. Plus tendre. Plus douce qui jure avec son côté froid et agressif qu’elle s’entête à montrer à tout le monde comme un chien montrant ses crocs pour dissuader les autres d'approcher. « Non ! Effectivement » A sa remarque, sa main perd un peu de sa poigne autour de la sienne, sa bouche fait la moue. Ce contrat, purée, elle l’avait complètement oublié pendant un instant. Ses yeux se posent un instant sur leurs mains imbriquées et des relents de regret la prennent. Ce n’était pas une bonne idée du tout de se laisser aller, d’écouter ses envies sans queue ni tête. Qui venaient d’on ne sait où. Malgré tout cela, toutes les raisons et les arguments qui se bousculent dans sa tête, sa main ne lâche pas prise. Ne rompt pas ce contact, feignant de ne pas connaître la raison principale : que ça lui fait du bien. « Juste ce soir » Une clause qui se négocie à demi-mots, signature qui se greffe par leurs mains qu’elle garde enlacées. Juste ce soir, rien que ce soir. Puis tout reviendra à la normal une fois le soleil levé, chacun rentrera dans sa coquille, laissant l’autre dehors. La nuit, celle là en particulier, elle leur appartient. « Vous savez bien que même sans ça, je râlerai de nouveau. Vous allez finir par vous y faire et même l’apprécier, vous verrez » Plaisante-t-elle, ne pensant bien entendu pas un mot de ce qu’elle venait dire. Si Magda se rencontrait elle-même, elle foutrait une claque au bout de quelque minute à peine. Mais c’était une facette de sa personnalité qu’elle a été obligée d'aiguiser pour mieux attaquer, n’attendant pas de se faire assiéger pour réagir. L’attaque, c’est la meilleure des défenses, non ? « Mais non … Je flirte pas ! » Magda s’offusque, rompant le contact de leurs mains, ne comprenant pas pourquoi il lui dit ça. Qu’avait-elle pu dire qui lui donne cette impression. Rapidement, elle fait défiler ses mots mais n’y trouve aucune trace de flirt, pas pour elle. « Ben … Bain de minuit. Une baignade le soir comme l’expression l’indique littéralement. Mais faites ! Faites ! Dessinez donc dans le sable qu’on voit si vous savez dessiner » Sauf que ce n’est pas sur le sable que les doigts de Demetrio viennent dessiner. Non. C’est dans sa chevelure qu’il esquisse un croquis, ses doigts traçant un trait imaginaire qu’il prolonge sur sa joue, son menton, son cou avant de se finir sur l’arrondi de son épaule, un doigt fermant la boucle de cette ébauche sur la bretelle de sa robe. Magda vit chaque trait comme un vide qui s’ouvre un peu plus sous ses pieds. Un vide où elle plonge, ne sachant pas ce qui se passe réellement. Perdue entre une multitude de sentiments et d’émotions qui se déclenchent en elle comme un feu d’artifice. Son corps se paralyse sur place, ses pieds s’enfonçant dans le sable comme si elle prenait racine. Son cœur s’emballe et malgré elle, sa poitrine se soulève et s’abaisse un peu plus rapidement. La phrase, scindée en deux, qu’elle réunit dans son esprit ne l’aide pas à calmer ce tumulte. Figée dans les secondes qui s’étiolent, sa tête lui crie de réagir, de faire quelque chose, ne pas lui montrer qu’il l’a complètement déstabilisé, qu’il l’a fait frissonner d’une nouvelle façon, d’une manière totalement différente de ce qu’elle avait connu jusqu’à maintenant. Et ça, elle ne l’acceptait pas mais ce qu’elle n’admettait encore moins c’est le faite que cela lui aie plu. Son épaule a un mouvement brusque de recul, le forçant à lâcher sa bretelle. « Ce n’est pas du tout ce à quoi je pensais, figurez-vous » La brune tente de se défendre et de retrouver une certaine consistance, masquer ce trouble. Elle l’a mauvaise et cherche un moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce parce qu’il n’avait pas le droit de lui faire ressentir tout cela. C’est elle qui devait avoir le contrôle de ce qu’elle pouvait ressentir, pas lui. « On s’enfiche de ça. Je m’en fiche. Moi ce que je me demande c’est plutôt : pourquoi pas ? Au fond, qu’est ce qui nous en empêche ? » La métisse se met à marcher autour de lui, le forçant à devoir tourner la tête pour la garder dans sa ligne de mire, échafaudant sa vengeance. « Notre cœur ? Vous ne pensez pas qu’il nous empêche déjà presque tout ? Dont vivre ! Vivre, Demetrio » Son bras désigne ce qui s’offre à eux ce soir, continuant sa ronde autour de lui. « Vous n’allez pas me dire que l’océan qui s’étend à perte vue et ce ciel sans limite ne vous donnent pas envie, même juste un minuscule instant, d’être comme eux : sans limite. Juste libre » Ses pas la placent sur son flanc gauche et sans réellement attendre de réponse parce qu’elle lui impose elle-même une réponse : ses bras encerclent sa taille et l’emportent avec elle vers l’eau salée. Tenter de bousculer 1m85 n’est pas une mince affaire et lui fait rapidement perdre l’équilibre, l’emportant dans sa chute avec elle. Leurs corps dégringolent dans l’eau, se retrouvant presque allongé l’un sur l’autre. Grisée par les petites vagues qui viennent s’écraser contre sa peau, par cet acte gamin mais qui l’amuse grandement, Magda n’arrive pas à retenir un éclat de rire. Un rire qui se renforce quand ses yeux se posent sur le visage de Demetrio et sa dégaine toute mouillée. « Le voilà votre bain de minuit habillé, Monsieur Clarizio » Se moque-t-elle pouffant de rire. « Si vous pouviez vous voir… » Et là, ils étaient quittes.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:49 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:50 )
Un débat se lance entre les deux esseulés de la plage : pour ou contre une baignade. Chacun a sa position, son argumentaire. L’un pour la liberté, l’ouverture des cellules, l’autre pour la sécurité. Les deux positions se valent mais pourtant, la brune, elle tient son parti avec une assurance qui se veut inébranlable. Image de surface, les doutes de Demetrio, elle les connait, elle les a vécu aussi. Par moment ils gagnent et la forcent à rentrer dans une case aseptisée, à devenir ce robot presque inhumain puis il y a des jours comme ce soir où les portes de sa cellule s’ouvrent, où elle s’enfuit de cette case qu’elle n’aime pas mais qui lui est nécessaire d’une certaine façon. Dualité qui entre toujours en bataille mais s’il y a un perdant, il n’y a cependant jamais de gagnant dans cette guerre froide. « Je le sais. Pourquoi ? Eh bien parce que ça serait prendre un risque mais ce n’est pas ça, vivre, justement ? » Question rhétorique et de toute façon, elle ne lui laisse pas le temps de lui répondre, lui coupe la parole en l’embarquant dans un geste impulsif bien que calculé dans une certaine vengeance. Sa robe couleur pêche, gorgée d’eau lui colle à la peau, forme comme un second épiderme, ses cheveux en bataille lui donne des allures de sauvageonne. Si en temps normal, Magda se soucie beaucoup de son image, à être tirée par quatre épingles, à cet instant précis, elle s’en fiche bien de la tête qu’elle a, de l’allure qu’elle donne. Malgré son rire moqueur, son regard ne lâche pas Demetrio une seule seconde, s’assurant qu’il va bien, que son cœur ne râle pas déjà : ce n’était que le début. La soirée était bien avancée mais pour la Saddler, elle venait tout juste de commencer. « Moi ? Me moquer de vous ? Je n’oserai jamais. » Fausse innocence, bien sûr qu’elle se moquait de lui, elle ne s’en cachait pas, y trouvant un malin plaisir. Il avait voulu la déstabiliser, il avait réussi, c’était maintenant à son tour à elle de susciter quelque chose en lui. « Provoquer ? Oui, je le fais souvent. Tout le temps » Affirmation qui tombe alors que sa tête se penche légèrement sur le côté comme si elle réfléchissait sur un point précis. « Pousser quelqu’un à faire ce qu’il ne fait pas normalement, non … C’est qu’avec vous, ça … » Aveu fait sur un ton neutre, qui se veut insignifiant mais qui, au contraire, signifie ce qu’elle ne veut pas dire, ne veut pas accepter : Demetrio, il est différent et en même temps si semblable à elle dans un certain sens, le rendant opposé et unique à la fois face à ce tout ce qu'elle a connu. Ce quelqu’un qu’elle n’avait jamais encore rencontré sur sa route. Cependant, le murmure de Demetrio lui ôte toute envie de rire, il lui coupe le sifflet en une phrase, 4 mots, 16 seize lettres. Elle lui faisait peur ? Mais en quoi ? Pas le temps de formuler ses interrogations, de laisser une surprise se fossiliser sur son visage, Demetrio inverse les rôles, la bascule sur le côté, l’eau encerclant son visage désormais. « Ce n’est pas une question d’insouciance ou d’inconscience, Demetrio. C’est une question de choix. Parfois, je n’ai pas envie de juste vivre me contentant du peu quand je peux avoir plus. Je veux vivre un peu plus fort, un peu plus vite, un peu plus passionnément. A quoi ça sert de voir un lendemain qui ressemble à tous les hier ? Mon cœur m’use et s’use surtout alors je fais ce que je peux, quand je le peux, pour donner du sens à tout cela » Donner du sens cette vie parfois sens dessus dessous puis parfois ne rien tenter, la laisser telle qu’elle l’était depuis le commencement: triste et fade entre deux battements de cœur raté. L’eau lui recouvre à moitié les oreilles, renfoncent l’écho de ses battements de cœur. Fait résonner plus fort le tic tac dépareillé de sa bombe à retardement. Son regard s’accroche au bleu de cet océan qui s’ouvre un peu plus à elle, croyant y voir presque un horizon flou, comprenant peu à peu l’homme et ses attitudes. Tout contrôler pour le plaisir de le faire en apparence, quand il cherche juste à brider cette peur. Magda se redresse sur ces coudes, elle l’entend mais continue sur sa voie de le pousser un peu plus. « Comment pouvez-vous savoir que c’est une bonne chose ou pas si vous n’essayez pas ? Vous n’êtes pas curieux ? Vous ne voulez pas savoir ? » C’était se découvrir d’une autre façon et cette idée lui plaisait. S’était-elle assez découverte ? A y mettre sa main à couper, il y avait d’autres zones en friche à découvrir mais là encore, il fallait une dose de courage pour avoir envie d’y mettre son nez. Magda bat en retraite cependant face à cette supplication qu’il lui adresse, s’affaisse sur ses coudes, des remords qui percent au loin. Était-elle allée trop fort ? Pour lui ? Et dans un sens, pour elle aussi ? « Juste ce soir » Réponse d’une voix douce, une entente, un accord passé oralement comme une promesse. La main de Demetrio revient se glisser dans ses cheveux, devant un point d’accroche face à la question qu’il lui pose, la faisant dériver un tantinet. Question qui vient confirmer à demi-mots ce qu’elle ressentait sur ce moment : Un moment perdu dans l’espace temps, fissure entre Naples et Gênes, où ils possédaient la nuit, tout à portée de main ne devant que la tendre. Un moment qui perdra de sa superbe dès le premier rayon du soleil là, dès qu'ils retourneront à Naples. A cette question, elle répond à l'affirmatif en hochant sa tête. Ses yeux se ferment lorsqu’elle sent le souffle de Demetrio sur son oreille alors que ses mots lui parviennent. Cette sensation de se brûler les ailes lui prend aux tripes mais son orgueil, éternel compagnon de vie, lui susurre dans l’oreille qu’il n’y a aucun incendie qu’elle ne puisse éteindre. Qu’elle ne puisse contrôler. Alors éteindre le souvenir d’une seule et unique nuit, bien-sûr, qu’elle le pouvait et elle y croit aux mensonges de cet orgueil un peu trop prétentieux. « Bien entendu. A défaut de contrôler le cœur, on est doué pour dominer, ici, non ? » Son index se dresse et se pose sur sa tempe, siège de leur forteresse. Puisqu’elle ne possède que cette nuit, puisqu’elle n’a que cette nuit pour le faire sortir de ses remparts, autant ne pas perdre de temps. Magda se redresse lentement, abattant la distance entre eux à chacun de ses mouvements. Ses lèvres près des siennes, sa main vient se poser sur son torse qu’elle repousse doucement pour se relever. « Juste pour ce soir … » La métisse reprend les rennes à son tour, se hissant sur ses genoux, le surplombant d’une tête. « Vous devient tu » Premier mur de défait, venant corrompre cette distance qu’il appréciait tant mettre entre eux, auquel il semblait tant tenir. Alors que son corps s’approche du sien, son cœur s’embourbe et cogne plus fort contre les parois de sa cage. Sa tête s’alarme, prend peur des gestes qu’elle esquisse vers lui pour faire tomber les murs de l’homme en face d’elle. Mais pas uniquement, ce sont les siens qui tombent aussi avec ceux de Demetrio, l’exposant. Ses doigts viennent caresser chaque trait de son visage : ses arcades sourcilières, l’arête de son nez, ses pommettes, le coin de sa mâchoire, ses lèvres. Son dos se courbe légèrement pour déposer ses lippes sur son œil droit, le forçant à le fermer, sur sa joue et puis à la commissure de ses lèvres, effleurant une frontière qu’elle n’ose pas encore franchir. « Tu veux que j’arrête ? » Ils n’ont que la soirée, juste ce soir mais le temps, elle le lui laisse tout de même, ne voulant pas le braquer sinon tout cela ne servirait à rien et pourrait devenir qu’un mauvais songe.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 7:51 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:19 )
C’est vrai qu’il y avait tout un monde entre vouloir savoir, vouloir découvrir et le faire, franchir le pas. Un monde à affronter fait de peurs et d’incertitudes. Magda ne s’était pas aventurée dans ce périple toute seule, pas plus que c’était elle qui s’était dit un beau matin : allons voir de l’autre côté de la barrière. Ses pas avaient été poussés par un courage qui n’était pas le sien, son cœur bousculé par l’envie de vivre d’une autre : Sahar. Sa sœur, ouais, avait été l’origine de tout. Si sa mère l’avait enfermée de force dans une cage froide et stérile, Sahar l’en avait libéré mais pas de la manière douce. A coup de disputes, de cris et le plus souvent de mots durs, rien que pour susciter quelque chose en sa petite sœur éteinte : une émotion, un ressenti, une pulsation, un stimuli quel qu’il soit. Magda a toujours été accompagnée sur ce chemin escarpé et périlleux vers une vie qui en vaille la peine, le coup. Sahar lui avait ouvert la porte, la forçant à s’autoriser tout ce qu’la cadette se refusait par peur, par doute : l’espoir. L’envie de jeter à bras perdus dans la vie. Mais désormais ce mentor n’était plus, d’un duo, Magda était passée à un « je » qui lui faisait l’effet d’un supplice. Avancer toute seule n’avait jamais été plus effrayant il y a 5 ans, ressentant cette solitude comme un poignard en plein cœur, comme mille crises en même temps. Pourtant, l’esseulée se battait, s’essayait à gratter un peu de sensation forte comme elle pouvait parce qu’elle était l’œuvre inachevée de sa sœur, qu’elle voulait donner plus de sens à celle qui n’était plus là. Lui redonner vie par moment à ses côtés. Le plus souvent, elle n’y arrivait pas Magda, se sentant incapable sans un guide, sans sa boussole. Alors ce soir, peut-être que oui, la jeune femme se faisait plus Sahar que Magda en bousculant Demetrio dans ses retranchements, en l’extirpant de sa cage dorée d’une manière douce en apparence mais qui se fait plus brute qu’une dispute ou des cris. Dans les iris céruléens qui la regardent, dans lesquels elle se perd, c’est une ancienne version d’elle qu’elle voit : celle qu’elle était et celle qu’elle redoute de redevenir en baissant les bras. « C’est mon but, oui » Aveu qui s’échappe malgré la boule qui se forme dans sa gorge, parfaitement consciente de l’imprégnation qui se déroule sous ses yeux, faisant l’amalgame perturbant : elle est Demetrio et Demetrio est elle, le temps et les périodes se mélangeant, devenant un ouragan du quel elle n’en sortira sûrement pas indemne. Face l’argument que Demetrio lui impose comme une montagne qu’elle ne peut ignorer, contourner en feignant d’être aveugle, c’est lui qui la repousse dans les limites d’une vieille logique qu’elle pensait immuable, pour toujours inchangeable. Ses dents s’enfoncent dans la chair remplie de sa lèvre inférieure, perturbée et à la fois ennuyée par ce doigt qu’il pose sur une faille de son refus d'une greffe, brèche qu’elle avait jusqu’à là jamais vu, su qu’elle était là. Il venait de la mettre face à elle et ça l'importunait. « Toute bonne chose a une fin. Ca, je l’ai accepté » Et la métisse s’était conformée à cette inévitable option en prenant la décision de ne pas accepter de greffe, de ne pas se sauver. Il fallait avoir une bonne raison de le vouloir et jusqu’à là, elle ne l’avait pas trouvé cette ultime et bonne raison de s’épargner et rallonger cette vie ponctuée de honte, de douleurs silencieuses, d’actes qu’elle ne savait pas comment expier. Ceux de son père jadis mais les siens aujourd’hui aussi après cette fusillade causée dans un sens à cause d’elle. Ce tutoiement, le tout premier depuis leur rencontre fait naître un mince sourire sur ses lèvres. Petite victoire sur une longue bataille, ignorant si, au fond, elle aura assez de temps pour la mener jusqu’à terme. Contrat de 3 mois, la fin de ce séjour ou juste sa vie plus proche de la fin que celles des autres, cela revient au même : le temps finit par ne plus pouvoir s’étirer comme on le voudrait. « Peut-être que oui. Peut-être que non » Restant vague sur les réelles intentions de ses caresses. Avouer qu’elle apprenait par cœur les traits de son visage, ça serait rompre le pacte qu’ils venaient de faire, ça serait dire que ce moment qui ne devait être qu’un instant anodin dans un coin de sa tête pourrait devenir un souvenir indélébile. Les pulsations bordéliques de son muscle cardiaque deviennent écho assourdissants quand la voix de Demetrio s’impose à elle. Un non qu’elle accepte. Un non qu’elle espérait entendre. Son pouls s’accélère davantage lorsque la main de Demetrio se pose contre la peau de sa nuque, l’attirant à lui encore et encore jusqu’à que leurs corps, frontières éloignées jusqu’à lors, ne deviennent qu’une seule et même ligne. Les lèvres du brun viennent revendiquer les siennes d’une impétuosité à laquelle elle ne s’attendait pas, brisant en un seul mouvement le seul mur qu’elle n’osait abattre car c’était raser le sien par la même occasion. Ne sentant plus aucun obstacle, plus aucune chaîne, Magda répond à son baiser avec la même fougue, ses mains venant emprisonner le visage de celui qui venait de lui rendre une liberté à laquelle elle n’avait pas goûté depuis … des années. Sahar lui avait répéter tant de fois qu’elle avait une flamme en elle qui lui fallait suivre, chose à laquelle Magda avait toujours douté, estimant qu’elle avait, à la rigueur, une étincelle à tout casser. Mais ce soir, cette flamme se révèle à elle, grandit de plus en plus, la laissant haletante lorsque d’un mince répit s’offre à elle, sa lèvre inférieure restant prisonnière de Demetrio. Tout son être semble en être prisonnière de toute évidence, leurs lèvres se retrouvant, sa main glissant sous la veste pour rencontrer sa peau, alimentant de plus en plus cette flamme qui devient incendie. Ses bras se glissent autour du cou de cet homme qui lui fait du bien, trop, au point que ça lui est presque insoutenable. Ses doigts viennent agripper le tissu de son t-shirt, peut-être un peu trop fort. Osera-t-elle suivre cette flamme ? Dépasser la peur de le faire ? Perdue mais ne pouvant faire marche arrière, ayant atteint le point de non retour, ses mains viennent saisir le bas de son vêtement pour le faire glisser vers le haut, effleurant la peau de son dos, la malmenant par moment de façon incontrôlé en laissant ses ongles s’y enfoncer malgré elle. Forcés d’interrompre ce baiser pour lui retirer cette première couche de vêtement, Magda profite de cette interruption pour se défaire de lui, emprisonnant juste sa main, l’emportant avec elle. La métisse le force à quitter le rivage, à s’enfoncer dans les eaux troubles avec elle. L’eau à niveau de sa taille, la brune s’arrête, passe ses bras autour de ses hanches pour le serrer contre elle, posant juste un instant son oreille contre son torse, juste pour entendre les battements de son cœur. Savoir s’ils sont aussi désordonnés que son palpitant à elle qui part en vrille.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:20 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:20 )
Et toujours se battre contre les fêlures. Pour ne pas les exposer. Pour ne pas se fracturer encore plus. Approfondir les cassures qu’il lui faut toujours protéger, camoufler. Feindre l’insensibilité, l’immunisation des émois qui finissent toujours trop vite avortés dans l’hiver d’un cœur froissé, chiffonné de naissance. Ne pas savoir parler le langage des émotions, c’est une lacune apprise par nécessité. Et ce soir, c’est se laisser aller. Étendre le pied au-delà des barrières jamais franchies, marcher dans le noir sans savoir où ses pas l’emmènent. Une seule balise en point de repère dans cette nuit aussi unique que clandestine. A aucun moment, Madga n’aurait cru que cette personne serait cette balise vers laquelle elle se dirige comme un insecte face à une source de lumière. Il y a encore quelque semaine, il n’était qu’un inconnu, juste une renommée établie dans le paysage économique. Puis d’un inconnu à un homme qui ne savait que l’agacer, lui donner envie de montrer les crocs pour les laisser s’abattre sur lui. Les jours défilant, les crocs ont fini par se ranger petit à petit dans leurs écrins de chair. Découvrir un tout autre homme, se tromper aussi sur son compte manipulée par un serpent rusé. Face à son erreur, il se révèle à elle une symétrie qui, en même temps, se trouve être complètement son opposé. La brune a cette sensation aussi agréable que pénible d’avoir jouer avec le feu, de s’en être trop approchée. Des points d’interrogations qui commencent à se perler, vite chassés par les bras de Demetrio qui reviennent l’envelopper, par ses lèvres qui se déposent contre son cou, ses doigts qui voyagent le long de son dos. Son corps reste collé à sa peau nue, la caressant du bout de son nez. « Oui, j’y tenais. Ca fait longtemps » répond-t-elle d’une petite voix. Caprice d’une gamine pourtant pas gâtée du tout. Les remous de la mer la berce, perd son cœur entre palpitation et apaisement, sensation bizarre. Demetrio lui fait quitter le sable, lui donnant d’autre choix que ceinturer sa taille avec ses jambes, passant ses bras autour de son cou. Son visage part se nicher dans le creux de sa nuque, sentant sa voix qui s’échappe de sa gorge alors qu’il reprend la parole. Ses mots la réconfortent dans l’idée qu’elle n’est pas la seule à apprécier ce qui se passe. Son honnêteté lui fait du bien mais la brune ne se sent pas aussi brave que lui à lui avouer la sienne de vérité. Elle se dit que ses gestes parlent pour elle, que sa présence encore contre lui, près de lui sont une sorte d’aveux, eux aussi. « Vaut mieux pas » La raison qui parle, quand le reste voudrait profiter jusqu’au bout. Son point de vue converge vers celui de Demetrio, parce que si cette fin de soirée est déraisonnable vu cette proximité qu’ils ont à ce moment précis, il leur fallait garder un semblant de raison. « Hmm … Jamais » Confirmation à moitié impassible, à moitié amère. Quelque part, une infirme partie d’elle aurait aimé atteindre cette frontière quand l’autre partie plus imposante la redoute, en a peur. Il n’est pas un homme de passage quelconque, de ceux qui traversent ses nuits pour finir aux oubliettes comme s’ils n’avaient jamais existé. De ceux dont elle s’enfiche bien. Demetrio, elle s’enfiche pas, plus maintenant. Ca pourrait signifier quelque de dépasser ce stade alléchant mais périlleux et donner du sens à ce lien qui se tisse, sa tête s’y refusait. Jamais, c’est bien, ça pose une limite, une barrière pour les tenir à l’écart. Une distance qui rassure dans ce grand n’importe quoi qui, pourtant, lui fait du bien parallèlement. Ses doigts tracent des arabesques abstraites dans le haut de son dos, ses yeux se fermant quand ses lèvres viennent se poser sur son menton, appréciant ce contact. « Je sais bien … J’aimerais éviter moi aussi. Nous avons assez de choses à régler chacun de notre côté » Légère amertume entre les syllabes, à Naples, tout est rendu compliqué pour la jeune femme entre les désastres qui surplombent son quotidien et ce cœur fatigué. Puis lui doit s’occuper du cas de Clara. Peut-être aussi d’Elvezia, elle ose l’espérer. « C’était bien, non ? » C’était bien. Pour ne pas dire sensationnel, extra, super, magnifique, merveilleux, grisant et affolant. Un adjectif moindre qu’elle use, un filet de sécurité se recousant malgré elle. « De rien » S’avance-t-elle, un mince sourire sur le visage, pas peu fière mais surtout cachant par ce sarcasme ce que cette soirée avait été pour elle : une bouffée d’air frais, se noyer dans un océan qu’elle n’avait que toucher du bout des pieds jusqu’à lors. Cependant, Magda n’en mène pas plus large quand elle se rend compte qu’ils sont bien plus loin du rivage, que Demetrio n’a presque pas pieds, battant les jambes pour les maintenir à la surface. Par réflexe, ses jambes se tendent et se resserrent autour de sa taille. Autour d’elle, rien à l’horizon, aucun autre appuie que Demetrio. « Tu me lâche pas, okay ? » Non parce qu’elle savait pas nager, la brunette et à 29 balais, c’est bien quelque chose qu’elle ne voulait pas avouer. A personne.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:21 )


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Magda | Interminable moment... - Page 4 Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Interminable moment... ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Magda | Interminable moment... -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4