[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ?

Revenir en haut
Aller en bas

-37%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – Nitro 23,6″ FHD 165 Hz 1ms
179.99 € 286.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -45%
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 ...
Voir le deal
23.75 €

 

- [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:22 )




Dernière édition par Demetrio Clarizio le Ven 30 Juil 2021 - 6:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:23 )
Les jambes relevées contre elle, ses bras les entourant, son corps s’est extirpé des draps depuis un bon moment mais ne quitte pas pour autant le lit, tentant de démêler les nœuds de ses pensées. Sa tête est lourde de fatigue, pas réellement une bonne nuit de sommeil. Pas réellement reposante, ses yeux n’ayant pu se fermer qu'au petit matin malgré la fatigue de la journée. Trop de pensées qui se mêlent et se cognent entre elles avec encore cette sensation d’être sur cette plage, perdue dans une parenthèse presque irréelle. Ce matin, Magda n’en mène pas plus large ne sachant pas trop quoi penser de tout cela. Plus que cette nuit, c’est à ce vide qu’elle se confronte à peine réveillée : son absence qui se mue en un malheureux petit sentiment d’abandon. Sentiment qu’elle tente de dompter à coup de raison et de justification. Qu’elle tente d’éteindre en se disant que cette sensation n’a rien à faire ici, en elle. Ses mains viennent prendre sa tête, la saisir comme pour se contenir, ne pas la perdre justement sa tête. Pendant un instant, la brune doute, croit avoir rêvé toute cette soirée, qu’elle se trouve juste dans un refuge de fortune qu’elle se serait trouvé à Naples. Le léger parfum de Demetrio qui traîne dans la chambre encore, comme un fantôme qui viendrait la hanter lui prouve le contraire. La télécommande explosée au coin de l’autre pièce et la vue qu’elle aperçoit à moitié viennent accentuer cette réalité qui cesse d’un coup d’être un rêve. Elle est bien à Gênes avec Demetrio et hier soir n'était pas un délire. « Oh le bordel » Soupir qui s’échappe de ses lippes, trouvant enfin le courage de quitter son nid pour se réveiller davantage sous un jet d’eau tiède. Méditation silencieuse sous l’eau qui ruisselle sur son corps, son index se coince au coin de ses lèvres alors que les souvenirs de cette escapade lui reviennent comme un film où elle a cessé d’être actrice pour finir spectatrice. Juste revoir ses images, ça serait plus simple, plus facile mais sa peau a tout mémorisé, ses lèvres aussi. Elles se souviennent de tout : la chaleur de sa peau, le goût salé de ses baisers. Pour un souvenir qui devait faire le mort dans un coin inerte de sa tête, il était bel et bien vivant. Trop vivant même. Se planquer pour toujours sous la douche n’était pas une option possible, bien qu’alléchante, alors la métisse n’a d’autre choix que de sortir, se sécher et s’habiller d’un pantalon cintré taille haute et un simple chemisier beige. Pour le reste, aucun artifice, c’est la journée, c’est le week end et elle n’en a tout simplement pas envie. Alors que sa main tourne la poignée de la porte, l’ouvrant à peine, la voix de Demetrio lui parvient aux oreilles. Arrêt immédiat, son corps se fige et se tend, son cœur se réveille d’un sommeil calme pour s’emporter, lui signifier qu’il est là. Ouais, elle l’a bien remarqué… Cette salle de bain, Magda allait pas y rester des années non plus et une confrontation était obligatoire, c’est pas la première fois qu’elle devait faire semblant, planquer des choses sous le tapis comme avec Erio … Ah punaise, Erio ! Elle avait pas du tout pensé à lui depuis la veille, ses pensées n’étaient remplies que par l’homme à l’autre bout de la chambre. Ca, c’était une bonne raison de rester planquée dans la salle de bain, non ? Non. L’ongle de son pouce s’enfonce dans la chair de son index, petite douleur pour se calmer et imposer à elle un masque neutre. Aussi neutre que possible. « Je suis là » Ouvrant la porte pour sortir enfin de sa cachette de fortune, la Saddler se glisse derrière lui, adossant son épaule contre le mur adjacent. « Bonjour » Elle l’accoste d’un air faussement détendu, une attitude qui crève d’envie d’être plus familière, sa main se glisse dans la poche de son pantalon pour continuer à enfoncer son ongle dans son index, pincement pour l’aider à garder une consistance distante. « Hmm hmm. Plus judicieux que la chambre, ça la mettrait plus à l’aise » Parce que c’était personnel une chambre, même d’hôtel. « Vous étiez entrain d’admirer la vue ou bien de sonder si j’étais pas dans les parages pour vous en griller une ? » Un regard inquisiteur se posant sur lui quelque secondes avant de trouver une échappatoire en le greffant sur l’écran de son portable, composant un sms pour Clara. Evitez de trop le regarder, pour ne pas se trahir toute seule « Je préviens Clara qu’on l’attendra au bar. Nous avons rendez-vous pour onze heures » Machinalement, elle mord sa lèvre, réprimant ce sourire qui a envie de s’ancrer sur son visage juste parce qu’elle est ravie de le voir, qu’il revienne exister dans son monde. Parce qu’il est là, juste là, près d’elle. « Vous avez bien dormi sur votre canapé ? » A défaut de lui demander s’il a eu une nuit torturée comme elle, s’il a pu fermé l’œil ou pas, comme elle ? S'il a ressassé la soirée dans sa tête, comme elle ? Des questions qui restent coincées dans sa gorge parce qu’hier soir, ils ne doivent pas en parler. C’est comme si ça n’avait jamais existé.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:23 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:24 )
Son palpitant s’emballe quand sa peau semble prend feu, effleurée par le regard cérulé qui la détaille de haut en bas. Parcourt son corps, s’attarde à certain endroit. Un frisson lui court le long de son échine pour mourir sur la base de sa nuque, agitant un brin sa respiration. Battant des cils, Magda s’essaie à garder un calme olympien, ne rien laisser transparaître. Ne pas montrer l’effet qu’il lui fait juste en posant ses prunelles perçantes sur elle. La Saddler a toujours fait partie de celle qui n’apprécie pas de se faire reluquer de bas en haut, parce que derrière il pouvait y avoir un manque de respect. Parce que derrière, elle n’assumait pas les regards des hommes sur sa dégaine pour la seule et bonne raison qu’elle se sentait pas belle. Dans son propre regard et dans celui des autres. Mais là, oui, là, c’était différent. Ce serait mentir de dire que la caresse de ses iris sur sa peau ne lui faisait rien. Et dans sa façon de la scruter, Magda se sent moins moche, moins horrible acceptant presque cette idée un peu farfelue qu’elle a du charme. Mais avoir du charme, au fond, elle s’en [...] fiche bien, lui plaire, c’est ce qui lui importait plus. « Ne vous gênez pas pour moi, surtout ! » Son menton se relève, donnant à son visage un air de défi, planquant ainsi son trouble. Geste plus pour la forme que pour autre chose. Un de ses sourcils se hausse, peu convaincue par l’explication qu’il lui fournit, devenant l’avocat du diable. Son intuition à elle le lui dit en long et large : menteur. « Admirer Gênes, hmm ? Bien-sûr » Un faible rire sarcastique s’échappe de ses lippes avant que sa tête ne se secoue, une moue consternée sur le visage quand il lui dévoile le pot au rose, révélant l’objet dans sa main qu’il s’empresse d'enfouir de suite dans sa poche. « Vous seriez surpris des ressources que je peux avoir. Pourquoi vous empresser de ranger votre e-cigarette aussi rapidement ? Vous craignez qu’elle finisse en morceau ? » Elle aurait attendu encore un peu pour sortir de sa cachette, elle aurait pu le prendre sur le faite. Pour sûr, sa cigarette électronique aurait connu le même sort que ses clopes d’hier ou encore de la télécommande. « A moins que vous espériez que je vienne la chercher dans votre poche ? » Il voulait que tout redevienne comme avant alors elle se cotonnait à qu’elle faisait de mieux, à ce qu’elle a toujours fait envers lui : le provoquer. Il est clair que cette attitude avait aujourd’hui un tout autre sens mais qu’importe, ils étaient censés mettre la parenthèse d’hier soir dans un coin, ne plus y penser. Mais dans sa tête à elle, cette parenthèse clandestine n’était pas dans un coin, elle prenait toute la place qui ne lui était pourtant pas destinée. Cette réplique qui n’aurait jamais eu d’arrière pensée auparavant en a une aujourd’hui. « Vous avez effectivement raté quelque chose… Mais vous devez le savoir » Bien entendu, à ses mots, elle ne parlait pas que du moelleux du lit, bien que c’était le sens premier de sa phrase. Le sous entendu, lui, était entre les lignes. « Eh bien, vous n’avez qu’à prendre le lit ce soir et moi le canapé. Mes jambes ne sont certainement pas aussi longues » Simple proposition pour son confort à lui. Le sien de confort, peu importe, après tout, ce n’est pas comme si Morphée allait la prendre dans ses bras ce soir. Magda était certaine qu’elle rencontrerait encore des difficultés à s’endormir comme hier soir. « Très bien. Mieux que la votre visiblement » Mensonge éhonté mais elle n’allait pas lui avouer qu’elle n’avait pas pu fermer l’œil de la nuit. A cause de lui. Son corps se fige lorsque lui, fait un pas vers elle, défait un tantinet cette distance sécurisante. « Tout va bien, Monsieur Clarizio » Ses bras se croisent sur sa poitrine, communication non verbale qui met un barrage entre eux. « Que je vous tienne rigueur à propos de quoi ? Je n’ai aucune raison de vous en vouloir » Ses épaules se haussent, sa tête se secouant. Oui, elle feignait bien l’innocence, celle qui ne voyait pas à quoi il faisait référence. N’avait-il pas demandé à ce que cela reste dans un coin de leur tête, indirectement de l’oublier comme si rien ne s’était passé. La métisse ne faisait que respecter la clause de cet accord. « Je ne vois d’ailleurs pas de quoi vous voulez parler. Vous pouvez être plus clair ? » Respecter sa part de contrat oui, mais pas sans tenter de le pousser à enfreindre la sienne de part.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:24 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:25 )
« Je me le serais permis, oui » Elle l’avait déjà fait auparavant Magda et après ce qui s’était passé entre eux, elle se sentait impliquée au point d’oser s’interposer entre sa nicotine et lui mais aujourd’hui elle n’osait s’en approcher de trop près. Il lui fallait garder cette distance qui la rassurait, qui faisait office de garde fou. Être trop près de lui pourrait envoyer valser cette retenue à laquelle elle tente désespérément de s’accrocher. « Je doute que vous y parviendrez » Autant, la métisse ne doutait pas de sa force, c’est un homme alors de la force, il en a forcément plus qu’elle mais la femme se connaissait et elle n’était pas du genre à se laisser maîtriser aussi facilement. « Méthodes louches certes mais qui sont efficaces. Je ne bougerai pas de ma place, vous pouvez garder votre bâton de nicotine » Un point pour sa e-cigarette et zéro pour la Saddler qui bat en retraite, bien décidée à ne pas abattre la distance entre eux pour lui prendre son objet de sa poche. « Vous ne le saurez jamais » lâche-t-elle d’une voix neutre, planquant peut-être une certaine amertume dans le fond de sa gorge même si au fond, c’était mieux ainsi. Ca serait trop s’approcher du feu et se brûler avec mais il fallait bien avouer qu’après avoir connu qu’un long hiver, un été plus doux faisait envie, vraiment envie mais c’était là un terrain inconnu qu’elle ne connaissait pas. Au moins, cet hiver qu’elle a toujours connu, elle savait à quoi s’attendre, elle pouvait le gérer, le contrôler : c’était son territoire depuis bien trop longtemps. « Bien, comme vous voulez » Elle n’allait pas non plus se plaindre, le lit, il était bien. Confortable et moelleux … juste un peu tristement vide quand il aurait pu remplir le vide à ses côtés mais soit, soit, cette pensée finit rapidement à la corbeille, préférant voir ça d’une autre façon : elle pouvait s’étaler comme elle le voulait et ça, c’était quelque chose qu’elle appréciait aussi particulièrement. Ses yeux abaissés sur le sol remontent brusquement vers Demetrio à l’entendre inhaler la vapeur de nicotine qui s’échappe de son appareil de malheur. Un rictus mauvais s’ancre sur ses traits pendant que ses yeux lui lancent un regard noir. Il la provoque et elle, enfermée dans son entêtement de ne pas s’approcher de lui, ne peut faire ce qu’elle aurait fait en temps normal, avant tout cela : le lui arracher pour le balancer par dessus-bord. « Faites-moi donc plaisir : étouffez-vous avec ! » Parce que les mots, c’était tout ce qu’elle avait pour l’atteindre, même si elle ne le pensait pas. Agacée, Magda quitte sa position et s’éloigne, intensifiant cette distance entre eux qui l’aide à se retenir de lui foncer dans le lard pour lui voler sa clope électronique. Ses pas la mènent vers la table basse où son regard se pose sur les fascicules des vols qui la ramèneraient à Naples. Qui l’éloigneraient de lui de 669.1 km. Si la métisse s’efforçait de garder une certaine distance entre eux, l’abîme de 669.1 km qui les séparerait ne lui faisait franchement pas envie. Non. Elle lui laissait un sentiment vague de tristesse presque. Paumée par ce relent nouveau de sentiments, la brune s’assoit en tailleur sur le canapé, les volées des horaires en face des yeux, acquiesçant d’un air absent à ses mots. Pendant un moment, un flash lui passe devant les yeux : elle, son sac à ses pieds dans l’immensité vide de son salon, seule. Terriblement seule. Quand lui serait à des kilomètres d’elle. Sur l’instant, cet instant précis, ça lui paraît insupportable. Ses dents se plantent dans la chair de son pouce, hésitant, se perdant dans ses pensées. Rentrer, c’était la solution parfaite pour se replier et ne plus tenir cette tentation qui la brûle tout entière. Ca, c’est ce que sa tête lui disait quand son cœur lui murmurait de rester, peu importe les efforts que cela lui demandent, de rester à côté de lui, même de loin. Car sa présence, outre la torture douce qu’elle lui fait, il y a une sorte d’apaisement aussi qui vient calmer et tordre le cou à cette solitude qui lui colle à la peau depuis à peu près toujours. « Ce programme est très tentant. Est-ce là des arguments pour me convaincre de rester une nuit de plus ? » Sans quitter les dépliants des yeux, elle aime à espérer que c’est le cas. Que lui, comme elle, n’a pas envie qu’elle s’en aille mais espérer que ce soit le cas n’en fait pour autant une vérité. Une autre véracité pénible se place dans sa réalité à elle : celle où il se montre juste poli mais qu’il espère qu’elle se tire pour se débarrasser d’elle. C’est lui après tout qui désirait que leur parenthèse clandestine n’existe plus, qu’elle s’efface comme si elle n’avait jamais eue lieu. « Voulez-vous que je rentre ? » Question qui parvient à s’échapper de ses lippes malgré la trouille qu’elle a de sa réponse. Malgré la boule qui s’est formée dans sa gorge, appréhendant sa réponse qu’une seule affirmative même silencieuse pourrait l’envoyer au tapis. Ce serait une défaite par une déception qui, malheureusement s’en rend-t-elle compte trop tard, la blesserait. « Parce que je ne reste jamais à un endroit où mon absence est plus souhaitée que ma seule présence » Orgueil et fierté obligent. Mais le point où elle veut en venir, se perd dans les mots que sa tête tente de choisir, de sélectionner. Comment l’exprimer ? Comment le dire ? Les fascicules retournent mourir sur la table basse, balancés par ses mains moites de façon vive. « En vérité, je vous le dis, Monsieur Clarizio, je n’ai pas envie de rentrer à Naples » Pas par 4 chemins, pas de détour, Magda pose sa vérité brute sur la table. Peut-être que le ton manque de douceur, manque de chaleur mais c’est là tout ce qu’elle peut offrir, venant d’ouvrir une brèche dans ses barrages pour lui avouer ça. Mais les raisons de son envie de rester, elles, restent enfermées à double tour en elle. Il n’a pas besoin de les connaître, de savoir qu’il en est la raison principale, justement.

[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? AAv3u4x
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:25 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:28 )
« Hmm … Hmm » Pour seule et toute réponse qui s’échappe d’elle. Se changer les idées, l’objectif avait été atteint, oui, trop même peut-être. Car maintenant la jeune femme n’avait plus du tout envie de rentrer. De retrouver Naples et tous les soucis qui y dorment, n’attendant que sa carcasse pour se réveiller et lui mordre l’esprit. Planter leurs crocs et ne plus la lâcher. Gênes, c’était bien, c’était loin. Ici, elle pouvait juste être elle-même sans toutes ces choses qui lui collent à la peau à Naples. Toutes ces étiquettes qui commençaient à se faire lourdes, à la peser un peu trop. « Très bien » Sa voix se cale au même timbre que celle de Demetrio : cassante et sèche. Peu rassurée par ces mots mais c’est bien tout ce qu’elle obtiendra alors elle fait avec, brode avec. Ses dents s’enfoncent dans la chair de sa joue au point de meurtrir le tissu. Magda sait qu’elle ne pourra pas fuir éternellement, qu’il lui faut bien repartir à Naples. Retrouver ce quotidien un peu plus sombre. Ici, tout est plus léger, ici tout est différent et elle sait déjà que ça lui manquera énormément. Trop peut-être. Des angoisse éteintes se réveillent petit à petit, la prennent en otage. Ses dents continuent leurs ascension dans la membrane, tranchent au passage, réveillant petit à petit cette douleur qui lui permet de contrôler, contrer ses pensées. Expectant un goût de rouille mais qui n’arrive pas à cause de ses crocs qui cessent brusquement d’accabler l’intérieure de sa joue. Qui pilent net car plus bas, la main de Demetrio se pose sur la sienne, l’enveloppe de sa chaleur. Contact qui la rassure et laisse un soupir s’échapper de ses lèvres, laissant s’envoler son anxiété naissante, s’en débarrassant. Magda sait parfaitement que les choses mettront du temps à se tasser, énormément de temps « Le temps, je ne l’ai pas » Des jours, des mois, pire des années ? Et si sa culpabilité ne trouvait jamais de fin ? Magda n’aurait jamais pensé devoir partir en tant que coupable, laisser une trace aussi noire que celle qu’elle a à présent. Crever en tant qu’être condamnable, qu'individu détestable, personne n’en a envie réellement. Ses doigts se resserrent autour des siens, lui font du bien mais la gifle qui suit, la métisse ne la voit pas venir du tout. « Pardon ?! » Il avait fait quoi ? Pris un rendez-vous avec SON chirurgien sans lui en parler en amont ? Sans en discuter avec elle, savoir si elle était déjà d’accord. Ca, elle le prend mal, très mal. Le chantage qu’il place entre eux est une seconde claque en pleine figure et finit d’expier l’angoisse qui montait en elle pour la remplacer par une colère abrupte. Sans lui laisser le temps de railler ou lui exprimer le fond de sa pensée, l’homme se tire de la chambre. Geste qui a le don de l’énerver davantage. C’était bien le bon moment de s’énerver, de l’agacer juste avant la rencontre avec Clara. Pendant un moment, Magda tente de se convaincre de ne pas piper un seul mot, d’attendre que leur rendez-vous avec Clara se passe pour en reparler de cette belle connerie. Serrer les poings pour tenter de garder un calme. Un calme qui vole en éclat malgré elle quand elle le rejoint face à l’ascenseur, les portes s’ouvrant. Son bras s’interpose sur la porte de l’élévateur, l’empêchant d’y entrer. « C’est comme ça que vous obtenez tout ce que vous voulez ? Par des moyens aussi minables ? » La métisse lui en veut de s’interposer comme cela entre son cœur et elle sans lui en parler, puis surtout d’utiliser ce genre de méthode pour obtenir quelque chose d’elle. Ca la fout en rogne. « Ca marchera pas avec moi. Pas en utilisant mon envie de rester ici contre moi. Pas en utilisant mes failles pour satisfaire une de vos lubies. Je suis déjà suivie par un professionnel, je n’ai pas besoin de voir votre chirurgien » Son bras se retire avant qu’elle entre dans l’ascenseur, appuyant sur le bouton du rez-de-chaussée non sans brutalité, trahissant ouvertement son état d’énervement. « Je partirai demain matin » Verdict qui tombe, le regard droit devant elle. Ca lui en coûte, elle n’a pas envie mais son orgueil et sa fierté la pousse à ne pas plier l’échine et contenter Demetrio. Ce rendez-vous, elle ne l’accepte pas. Ne l’acceptera pas. La parenthèse clandestine de la veille ne lui donne pas le droit de s’interposer, encore moins de la sorte. Son cœur lui dit de se corriger, de dire qu’elle ne le pensait pas, qu’elle restera, qu’elle acceptera de voir son chirurgien mais sa colère et son amour-propre, bien plus imposants, lui tordent le cou à ce cœur qui l’ouvre un peu trop dès qu’elle se retrouve aux alentours de Demetrio. Entre son coeur et sa fierté, le choix est rapidement fait. Elle en ramassera les pots cassés, seule, à Naples.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:28 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le Ven 30 Juil 2021 - 6:29 )
Une personne obstinée, c’était bien résumer la demoiselle qui pouvait se montrer aussi dure qu’entêtée lorsqu’elle s’était fixé une route, un choix, une décision. Au sujet de son cœur, encore plus. Son choix avait été fait il y a bien des années, d’abord une idée un peu trop sombre pour devenir une certitude il y a 5 ans. « Une personne qui s’obstine pour une très bonne raison. C’est un rendez-vous important, si je décide qu’il l’est. Et il ne l’est pas ! » L’éclat de sa voix se répercute contre les parois, résonne dans le mince espace. Demetrio la rendait folle, autant dans le bon sens et que dans le mauvais aussi. Et le mauvais faisait émerger une partie de l’iceberg beaucoup plus sombre, peu vu par d’autres. « Mais c’est différent, bordel ! Je n’ai pas pris le cœur de quelqu’un d’autre comparé à vous. Je n’ai pas saisi une seconde chance pour ensuite lui cracher à la figure car, c’est exactement là ce que vous faites en vous étouffant dans votre nicotine ! Pour quelqu’un qui veut vivre pour voir le lendemain, vous êtes tout aussi hypocrite » Réfuter ses arguments en usant de la confidence qu’il a pu laisser glisser, hélas, Magda en est rendu là. Parce qu’il lui fallait le repousser avec autant de force qu’elle le sentait s’immiscer dans une partie de sa vie qu’elle ne partage pas, même avec ses plus proches amis. Comment leur dire qu’elle se laisse mourir, justement. Suicide déguisé, c’est vrai mais elle avait le choix de ne pas le voir ainsi. « Mais qu’est ce que ça peut bien vous faire ?!!!! » Son ton grimpe brutalement, laisse sa colère inonder la pièce. Ses poings se serrent alors qu’elle lui fait face, son cœur s’emballant sous les émotions qui le traversent de toute part. « Et vous allez faire quoi ? M’enchaîner à un hôpital jusqu’à que j’accepte la greffe d’un cœur que je ne veux pas ?! Vous m’avez demandé de respecter votre façon de voir les choses, de ne pas vous faire franchir des limites que vous ne voulez pas dépasser, je m’y tiens et vous, vous outrepassez les miennes ? Vous vous foutez vraiment de moi, là ! » La métisse fulmine, secoue la tête, les yeux levés au plafond de ce mince espace qui les retient prisonnier. « Laissez mon médecin en dehors de tout cela » Ce n’est pas de sa faute s’il n’a jamais réussi à lui faire entendre raison, la Saddler se montre tellement entêtée, tellement bornée mais ce n’est pas de sa faute. C’est injuste de s’en prendre à lui. Elle le connaît depuis de nombreuses années, lui tape sur le système depuis tant de temps aussi. Face à sa question, la brune reste silencieuse, se refusant le droit de répondre parce que, malheureusement, Demetrio tenait le bon fil qui pouvait faire ébranler ses certitudes. Son cœur part en vrille quand il reprend la parole, se faisant conteur de leur parenthèse clandestine, lui rappelant des souvenirs qui sont encore bien vivants dans sa tête, dans son esprit. Des arguments qui font mouche même si elle refuse de le montrer. Une autre argumentation la confronte, la repousse dans ses propres retranchements : sa main qu’il saisit pour la plaquer au dessus de sa tête. Si les premières secondes, Magda tente de se défaire de sa poigne, sa motivation s’étiole petit à petit face à son souffle qui marque à nouveau sa peau, ses lèvres qui l’effleurent qui manquent de lui faire perdre pied. « Je pensais que nous devions plus en parler de ce moment » Simple réplique pour tenter de garder une contenance qui faiblit de plus en plus. Ses yeux se ferment un instant dans une vaine tentative de combattre ce frisson qui lui court le long de la colonne vertébrale, combattre les sensations qu’il lui procure. De cette bataille, elle n’en sort pas victorieuse, son cœur s’emballant davantage, sa respiration devenant saccadée. « Non » Mensonge murmuré. Bien sûr qu’elle aurait été frustrée de ne pas vivre cet instant inexplicable de la veille. Cet espace temps qu’aucun mot ne saurait décrire. Bien-sûr que ça aurait été triste de ne pas le vivre et qu’elle est, aujourd’hui, presque ravie d’en faire un souvenir cristallisé qu’elle emportera avec elle dans sa fin. Mais ça ne changeait rien, ça ne devait rien changer aux plans qu’elle s’était dessiné. « Un échange ? » Il n’était pas équitable son échange. Elle, ça coûterait d’aller consulter ce chirurgien qu’elle ne connaît pas, s’imposer une auscultation qui n’aurait d’autre but que de la sauver quand le sien de médecin a finit par baisser les bras, la laissant gagner sa bataille. Mais à Demetrio, ça lui coûtait quoi de la faire rester ? Rien du tout. Il ne faisait aucun sacrifice sur l’autel de sa fierté, de ses idéaux. Trouvant enfin la force, Magda se défait de sa poigne, s’en libère faisant un pas vers lui, détruire le mince espace qui les sépare. « Il n’est pas équitable votre échange. J’irais à votre rendez-vous … Si ce soir, vous autorisez une autre parenthèse. Là, c’est plus équitable » Ses iris se plantent dans les siens, le défiant. Espérant qu’il fasse marche arrière, qu’il se ravise, comme elle espère qu’il accepte ce marchandage. Son visage se rapproche du sien, effleure son nez du sien. « Je ne serais pas la seule à devoir faire un sacrifice, Demetrio. Vous n’avez qu’à vous dire que c’est pour vous que j’agis aussi de la sorte » La brune retourne la situation contre son initiateur, entre dissuasion et tentative de gagner un moment de plus à graver dans leurs esprits. La balle est dans son camps, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ? -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant