[Terminé] Magda | Après une rude matinée...

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -41%
-181€ sur le volant de course LOGITECH G29 ...
Voir le deal
259 €
Le deal à ne pas rater :
Fauteuil gaming CGM à 99€ (Appui-tête et oreiller lombaires – ...
99.99 €
Voir le deal

 

- [Terminé] Magda | Après une rude matinée... -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:52 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:53 )
Le soleil filtrant à travers les persiennes réchauffe son visage, titille ses paupières closes la forçant un ouvrir un œil puis le deuxième. Encore dans le brouillard d’un songe tranquille, Magda prend quelque minute pour se resituer dans l’espace temps avant de poser sa main sur l’espace vide à ses côtés. Aucun son ne résonne dans toute la chambre lui confirmant bien que Demetrio a dû déjà quitter les lieux pour confronter Archenza et Clara. Ses pensées se perdent entre son inquiétude pour la jeune assistante et cette nuit passée dans les bras de son contrat. Une clause qui a implosé en une soirée, brisant leur arrangement mais pas pour lui déplaire. Oh non. Son corps encore dénué s’enroule dans les draps, s’autorisant de flâner encore un peu. Le grand patron ne devrait pas rentrer d’aussitôt vu le dossier conséquent dont il devait s’occuper ce matin. Elle aurait aimé pouvoir l’accompagner, assister même à cet entretien, Clara espérant de même mais ce n’était pas sa place ni son rôle. Puis se connaissant parfaitement, elle aurait pu rendre les choses encore plus compliquées et s’emporter à la moindre mauvaise tournure de phrase qu’Archenza pourrait sortir. La situation était assez compliquée et étriquée pour qu’elle en rajoute une couche avec son sale caractère d’harpie. Demetrio saurait s’occuper de son cas et espère que tout se passera au mieux, surtout pour Clara. Un long soupir s’échappe de sa cage thoracique alors que la jeune femme s’étale dans le lit, posant sa tête sur l’oreiller de son voisin. Souhaitant sa présence plus que son absence mais cet éloignement est nécessaire, important pour l’avenir professionnel de Clara alors elle la met en veilleuse, Magda. Façon, c’est mieux de ne pas ressentir le manque. Le manque de quelqu’un, ça veut dire qu’on s’y attache et ça lui faisait un peu peur. Il ne fallait pas. Non. Jamais. Mais passer sa nuit à ses côtés, dans ses bras, ça avait été si agréable. Pourtant la brune préfère dormir seule, avoir un lit rien que pour elle et ne pas partager ses nuits. Les hommes avec qui elle avait passé une nuit entière, dormant dans leur bras pouvaient se compter sur les doigts d’une main et Demetrio venait de s’y greffer. Bercée par les souvenirs de cette nuit, Magda s’endort encore une demi-heure avant d’émerger officiellement, son portable vibrant sur la table de chevet. Clara s’affiche à l’écran et fait bondir la Saddler sur son téléphone. « Magda … » A l’autre bout du fil, elle l’entend sa panique, son souffle qui se fait court. « Clara, calme-toi. Respire. Je suis là, t’es pas seule » Vouvoiement qui s’est envolé grâce à ces deux journées passées avec elle. Rapprochement pas du tout contrôlé. « Monsieur Clarizio vient d’arriver. Il a interrompu une réunion importante et…. » « Ta situation est bien plus importante que n’importe quelle réunion, Clara. Il sait ce qu’il fait et c’est le PDG, il a le droit de faire comme bon lui semble » « Mais il ne sera pas cont… » « La satisfaction d’Archenza est bien la dernière chose à laquelle Monsieur Clarizio pense en ce moment même. On s’est dit quoi la dernière fois ? Hmm, Clara ? » « Monsie…. Archenza est un connard et il mérite de s’en mordre les doigts » « Voilà. Garde ça en tête, ma belle. Il n’avait pas le droit de te faire vivre tout ça, maintenant, il doit en assumer les conséquences. T’avise pas de culpabiliser pour lui sinon je m’occupe de ton cas personnellement et ça sera pas une partie de plaisir … pour toi ! » Le ton de sa dernière phrase se veut plus léger, malgré les mots, c’est affectueux. Clara le sait, a vu les façons de faire de Magda et cette propension à communiquer son affection de façon particulière. « Je…Je dois y aller » « Courage » Magda repose son téléphone et se force à sortir du lit pour s’engouffrer dans la salle de bain. Une douche tiède qui finit froide sur les dernières minutes pour calmer tous les scénarios qu’elle se fait dans sa tête de ce rendez-vous. Scénarios hachurés par les souvenirs de la veille : sa peau caressée, ses cicatrices embrassées, les baisers échangés, le plaisir ressenti. Tout ça fait battre son cœur un peu plus rapidement. Ses pensées sont désordres, se mélangent et le jet d’eau froide, au final, ne sert pas vraiment. Il fallait qu’elle s’occupe jusqu’à le retour de son faux-compagnon sinon elle allait partir en dérive. Magda enfile une robe chemise à broderie bleue puis réceptionne à la porte sa commande au room-service. « Je me demandais si vous alliez ouvrir cette fois-ci » Un sourire gêné s’affiche sur ses lèvres. « Désolée » Sans demander son reste, la brune attrape son assiette de fruits et son café avant de poser sur le balcon de la chambre, s’installant sur le fauteuil en rotin, les pieds reposant sur la balustrade. Sur ces genoux, son calepin où se greffe des croquis, tout en grignotant ses fruits et en profitant du soleil. Inspiration subite alors elle dessine au crayon les idées de pièces en dentelle qui lui traversent l’esprit. Ca faisait un petit moment qu’elle n’avait pas eu une inspiration aussi franche et le temps s’écoule sans qu’elle le voie passer. C’est le bruit de la porte qui se referme qui la tire de son effervescence artistique. Un sourire s’affiche sans qu’elle puisse le contrôler sur ses lèvres, fermant les yeux quand la voix de Demetrio s’élève de l’intérieur. Il est de retour et juste le savoir à quelque mètres d’elle fait déjà accélérer son cœur. Mais une censure est nécessaire pour ne pas balancer son calepin et ses crayons dans les airs pour se ruer vers lui. Alors la brune se contente de toquer sur la baie vitrée avec ses doigts pour montrer à l’homme qu’elle se trouve de l'autre côté des rideaux tirés. « Je suis là » Posant ses affaires sur la petite table en verre, la métisse se relève et se plante sur le chambranle de la baie vitrée. « Bonjour » Elle reprend l’emprise sur son corps, sur son visage qui voudrait se fendre dans un large sourire mais sa souveraineté est mise à mal par ce cœur qui se rebelle et un sourire se greffe tout de même sur son visage, même faible avant de disparaître. « Alors ? Ca s’est passé comment ? Clara va bien ? J’ai pas de nouvelles depuis son appel. Archenza s’est défendu ? Il a dit quoi ? » Sale manie d’aligner toutes les questions qui trônent dans sa tête depuis ce matin et encore, il y en avait d’autres. Mais la brune se fait du mouron, se sent concernée. « Et vous ? Vous allez bien ? » Parce que ça, ça la concerne aussi d’une façon ou d’une autre. Elle se souvient de son visage la veille alors qu’il planchait sur le dossier de l’horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:53 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:56 )
Sa présence lui fait l’effet d’une bouffée d’air frais. Ce vent doux qui fait du bien sur la peau, donnant envie de rester là, à en profiter les cheveux dans le vent. La brune sent son corps s’électriser quand son regard la parcourt de bas en haut, sentant presque à nouveau ses doigts courir sur sa chair mais sa voix la maintient dans l’instant présent. Sa concentration se pose sur les réponses qu’il lui fournit. Une bonne nouvelle entre les lignes. « Parfait ! » Ses yeux suivent le dossier qui s’écrase sur la table basse. Sa voix devient condamnation et au fond d’elle, la métisse est ravie qu’Archenza n’aie pu trouver aucune faille qui puisse lui donner le bénéfice du doute. Un soupir de soulagement s’échappe de ses lippes quand cette lettre de licenciement est mise sur le tapis, décapitant Archenza de ce pouvoir dont il a abusé contre Clara. « Vivement qu’elle arrive cette lettre dans ce cas. C’est un premier pas vers la cicatrisation de cette longue épreuve pour Clara. C’est bien qu’elle ait son après-midi de libre. Elle était tellement stressée ce matin, elle va pouvoir se reposer, se remettre de ses émotions » Elle avait entendu dans sa voix les trémolos d’angoisses. Magda la voyait en face d’elle, tremblante et ça l’agaçait. C’était Archenza qui devait être dans cet état, pas Clara. Les innocents, c’est toujours eux qui bouffent avant que les coupables prennent pour leurs actes, si toute fois les coupables se faisaient prendre. Dans son cas à elle, Magda attendait toujours que le coupable qui lui a volé sa sœur aîné soit arrêté et jugé pour ses actes, même si ça ne redonnerait pas la vie à Sahar, ni à toutes ses autres victimes, bien malheureusement. Sans un mot, la brune observe son faux compagnon se diriger vers le bar et se servir un verre de Whisky. Sa bouche n’émet aucun commentaire, pouvant comprendre le besoin de boire un peu d’alcool fort pour se calmer les nerfs. A n’en pas douter, la réunion de ce matin a pu être éprouvante autant pour Clara que pour Demetrio, après concernant Archenza, la Saddler n’en avait que faire de lui et de ce qu’il a pu ressentir. Puis, c’était bien l’heure de l’apéro quelque part dans le monde, non ? L’éclat de sa voix, soudaine, la fait presque sursauter avant de lui donner envie de creuser un peu plus. De lui tirer les vers du nez, pensant qu’il y avait là, un trop plein peut-être à exorciser. « Et qu’est ce qu’il a osé vous dire ? Je paris qu’il a essayé de vous dire que ça arrive partout ? Que c’est presque « normal », non ? » Parce que ça serait bien son genre. Parce que c’est ce qu’ils disent presque tous pour expliquer leurs comportements abjects une fois qu’ils sont pris sur le faite accompli. Ce n’est pas de leur faute, c’est la faute de la secrétaire presque. Trop attirante. Trop belle. Ils ne font que ce que tout homme ferait. Ah la belle excuse ! Sa tête se hoche à l’affirmation de Demetrio sur les hommes. Elle rejoint son point de vue pour le coup. « Parfois essayer de comprendre fait juste plus mal qu’autre chose » Simple commentaire qu’elle extirpe de son vécu à elle. Tout ce temps perdu à tenter de comprendre pourquoi Sahar ? Pourquoi lui faire vivre un tel calvaire ? C’était s’essayer à rentrer dans un esprit étriqué d’un malade mentale et au final, ça n’avait jamais eu l’effet qu’elle voulait : l’apaiser. Ca n’avait que soulever des vagues de douleur et au final, elle n’avait pas bougé d’un pouce. Ca ne l’avait avancé à rien de s’essayer à comprendre. Pendant un court instant, Magda a envie de se greffer à son prochain séjour à Gênes mais reste bouche close, n’ose pas. Ce n’est pas le moment ni l’instant. Il fallait bien à un moment ou un autre affronter Naples et les soucis qui l’y attendent. Elle ne pouvait pas fuir dès la première occasion qui se présente à elle, même si c’était tellement tentant. Comme l’idée de se retrouver rien que lui et elle le temps de quelque jours, loin de tout. « Vous resterez combien de temps ? » Histoire de savoir combien de jours il sera à Gênes et elle, à Naples. Si loin. Trop loin. L’idée ne lui plaît guère mais le choix, elle ne l’a pas. De toute façon, il faudra faire avec. Et puis pourquoi s’angoisser d’une telle distance alors qu’il est là, juste en face d’elle. Si près d’elle. La jeune femme décide de mettre cette stupide angoisse en sourdine, de l’étouffer. Avant tout ça, elle ne craignait pas du tout son absence et cela devait rester ainsi. Face à ses états d’âmes, Magda a le cœur qui se serre pour Demetrio. Ressent un élan de compassion pour lui et en même temps, inexplicablement, cette facette si humaine gonfle l’attirance qu’elle a déjà pour lui. Instinctivement, sans réfléchir, sa main se lève et vient se poser sur sa joue. La spontanéité de son geste la surprend et fait mourir sa caresse sur son menton avant de reprendre sa main. Le voir ainsi la bouleverse un peu, elle voudrait l’aider à se sentir mieux. Se sentir bien, tout en sachant qu’elle n’a sûrement pas ce qu’il faut en elle pour l’apaiser. « Je suis désolée que ça se passe ainsi pour vous. Vous voulez qu’on sorte cet après-midi ou ce soir ? » Proposition qui n’a que pour but de lui changer les idées, d’essayer d’adoucir le feu de cette lamentable matinée. « Je vais bien. Préoccupée par Clara … et vous maintenant mais ça va. Comparé à vous, je suis restée tranquille dans une chambre d’hôtel. Il y a plus horrible » La question qui lui pose soudainement laisse un temps de suspense avant qu’elle finisse par répondre à son autre interrogation, sûrement là pour faire diversion. Le suivant sur sa lancée, elle passe au dessus : « Prendre le soleil en m’occupant » Magda pourrait lui dire qu’elle était entrain d’esquisser des motifs, raconter cette panne d’inspiration qu’elle avait finie par retrouver mais n’y arrive pas. Encore sous la marque de cette question posée et à laquelle elle n’a pas répondu. Parce que la vérité, c’est qu’elle voulait y répondre. Lui arracher ses doutes. « Je ne vais pas vous mentir, j’ai eu des doutes lorsque je vous en ai parlé le soir de la présentation. Un peu trop influencée par une image projetée qui n’était pas la vôtre. J’ai eu un conflit interne qui a rapidement trouvé une fin le soir-même. Ce matin, je m’en faisais pour Clara, essentiellement pour Clara mais pour le reste, j’étais confiante. J’ai confiance en vous, je savais que vous ferez ce qu’il faut pour protéger Clara. Vous êtes très différent d’Archenza. Totalement à l’opposé. Alors vous ranger de son côté, non, je ne pense pas. Je n’y croirai pas si on me le disait » Parce que contrairement au début de leur séjour, Magda a foi en lui, a une image de lui beaucoup plus forte et établie qu’auparavant et tous les bobards ne pouvaient y changer quoique ce soit sauf si une preuve existe. Sa tête se penche légèrement, cherche son regard. « Vous m’avez entendu ? » Son pouce se pose sur son menton, le force à plonger ses yeux dans les siens. « Il y a du bon en vous quand en Archenza, il n’y en a pas de prime abord. J’ai raison ou pas ? Sachez cedi dit que j’ai toujours raison » Vaine tentative d’humour pour alléger l’atmosphère, même si la brune le pensait quand même un peu. Elle espérait surtout que ces mots lui parviendraient et qu’ils sauraient se frayer un chemin vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:56 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:57 )
Ses iris se posent sur le brun quand sa bouche reste silencieuse mais dans sa tête tout un tas de nom d’oiseau tout aussi moches que réalistes s’y bousculent. Ils rejoignent tous les adjectifs que Demetrio utilise pour décrire Archenza et encore, elle n’a pas eu entre les mains les preuves irréfutables, Magda. Elle n’a eu que le récit douloureux de Clara, ses émotions nées de ce comportement déviant qui n’a rien de normal, qui n’a rien de juste mais qui a été pourtant le quotidien de cette jeune femme. La poussant à se blesser pour tenir bon, pour rester solide pour sa fille, pour elle. Ne pas mettre de l’huile sur le feu, c’est là sûrement la raison de son silence bien qu’elle n’en pense pas moins la Saddler. Son avis est bien arrêté sur la question et Archenza pourrait avoir tous les drames du monde au sein de sa vie, rien n’expliquera un tel comportement, rien n’adoucira son cas. Ses dents viennent mordiller l’intérieur de sa lèvre inférieure. Quelque jour à Gênes. Pas la mer à boire et pourtant l’idée d’une telle distance ne l’enchante pas vraiment. Une sensation qui l’agace car elle ne devrait pas prendre vie, ne devrait même pas exister ne serait qu’une seconde. Le contrôle, quand va-t-elle le retrouver sur elle-même ?! Sur ses états d’âmes, sur ses émotions, sur ses gestes ? A croire que rien n’allait dans le bon sens dès qu’elle se trouvait en la présence de son faux compagnon. Cependant, son visage prend une autre teinte, une autre aura lorsqu’il émet l’hypothèse de ne pas venir seul la prochaine fois. Un espoir incontrôlable se faufile et s’impose à elle, comme ce sourire qui veut se caler sur ses lèvres, ravi par l’idée de revenir en ces lieux avec lui. Sourire qui se fait dompter tout de même pour masquer l’enjouement de cette hypothèse. Un demi-sourire au coin de ses lèvres, vite happé par ses mots, diversion : « Très bien. Nous verrons ça quand le moment viendra » Ils n’étaient pas à l’abri que tout change. Rien qu’à voir leur relation qui n’était pas réellement sous de bon auspice au tout début. La donne pouvait changer, bien que la métisse n’espérait pas mais son caractère flambé, lui, n’en avait que faire de ses expectations. « Si vous le dites, c’est que ça va. Vous vous connaissez mieux que moi, après tout. » Son œil glisse vers son portable, juste pour voir si aucun sms de la part de Clara ne s’était affiché sur son écran. Demetrio avait beau dire que tout allait bien, ça ne l’empêchait pas de s’en faire, même juste un peu. « Je sais mais j’ai eu envie de flâner ce matin. Vous m’excuserez mais la nuit a été plutôt courte » Agréablement courte mais Magda avait besoin de davantage de repos pour se remettre d’aplomb, pour être en forme. Ce corps n’arrive pas forcément à suivre le rythme de ce séjour puis son quotidien à Naples aussi par moment. Tout va trop vite et jamais assez de temps pour se reposer comme il le faudrait, ce matin, elle l’avait pris. La métisse fronce du nez, sa remarque pleine de sens pique et tape en plein dans le mille, lui rappelant sa faute : celle de l’avoir mal juger. Le baiser qu’il dépose sur son pouce fait mieux passer la pilule ceci dit. « Oui. Oui. Oui … Vous en faites pas, je retiens la leçon » Celle de se faire sa propre opinion et surtout de faire plus confiance à son instinct mais là encore, la route est longue. Magda est en perpétuelle remise en question, doute toujours d’elle-même. Une constance qui a toujours rythmé sa vie, malheureusement. Ses épaules se haussent, prenant un air détaché bien que gênée par ses remerciements. Il n’y avait pas besoin de la remercier de dire ce qu’elle pensait, ce qu’elle ressentait au fond d’elle. « Je le sais, oui » Son pouce encore contre son menton émet une simple pression avant de se défaire de sa peau à contrecœur. « Je l’ai vu oui. Clara m’y a emmené pour le coucher du soleil. C’était juste … pfffiou » Les mots lui manquent pour en parler mais son expression parle pour elle. La vue sur le centre-ville, c’est un souvenir qu’elle souhaite graver solidement dans son esprit. « On a fait quelque arrêts rapides à certains endroits, faisant l’impasse sur les musées, malheureusement. Les journées ne sont pas assez longues. Clara a pris le temps aussi de me faire découvrir les spécialités culinaires aussi dans des restaurants bien précis. Elle m’a fait tout un parcours » Deux journées, c’était bien trop court pour tout voir et ça la frustrait un peu mais ceci dit, comme Clara le lui avait dit, elle pouvait revenir et l’assistante se ferait un plaisir de la recevoir. C’était fort aimable de sa part, ça l’avait touché. « Ah bon ? Lequel ? Je serais ravie de pouvoir continuer à faire la touriste. J’en pense que c’est une excellente idée. Je vais l’appeler » Enthousiaste par cette idée, Magda s’apprête à bondir sur son téléphone mais s’arrête dans son élan, sentant les doigts de Demetrio se plonger dans ses cheveux. Ca lui fait du bien, tellement que ses yeux se closent un bref instant, savourant la caresse. Une moue s’affiche sur son faciès, jugeant pas nécessaire de filer sous la douche quand ils pouvaient parti à la conquête de Gênes dès maintenant mais Magda en oublie son verbe quand ses doigts se posent sur ses hanches. Contaminée par son sourire, Magda lâche un faible rire qui vient s’étouffer dans les retrouvailles de leurs lèvres, ses bras s’enroulant autour d’elle. « Tant mieux. Vous me direz quand elle aura disparue, histoire que je vous en refasse une autre » Rajoute-t-elle, de la malice dans les yeux. Fallait bien qu’elle laisse une trace de son passage quelque part. Au moins, si une autre qu’elle trouve une place dans ses draps, il y aura une marque d’elle qui signifiera à la personne que Saddler, oui, est passée par là. La métisse profite de cette proximité, se cale dans ses bras passant ses bras autour de sa taille. Ses lèvres retrouvent les siennes, se délectent de ce contact. Pour peu, elle voudrait s’enfermer dans cette chambre et rester qu’avec lui et il se faut de peu pour qu’elle finisse par lui proposer cette option mais profiter de Gênes avec Clara et lui semble plus raisonnable. Avec un goût de trop peu, Magda se fait force et se défait de ses bras, ses mains se posant sur ses épaules. « Allez ! Allez ! Filez sous votre douche ! Plus vite vous y serez, plus vite vous en ressortirez. Il est déjà 13 heures passé et vos douches sont plus longues que les miennes ! C’est à se demander ce vous y fabriquez » Ca, elle l’avait remarqué et ça l’intriguait aussi un peu. Elle qui pensait traîner trop longtemps sous la douche, elle avait trouvé plus long qu’elle. « Je serais sur la plage » Alors qu’elle allait récupérer ses affaires et filer à l’anglaise, Magda revient sur ses pas et saisit le col de sa veste pour l’attirer à elle. « J’impatienterai sagement. Me faites pas trop languir tout de même » Un clin d’œil avant de l’embrasser puis Magda file. A peine la porte refermée, son portable se greffe à son oreille, appelant Clara pour lui proposer de passer l'après-midi avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:57 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:59 )
L’aiguille défile sur sa montre mais pas assez vite. Pas aussi vite qu’elle le voudrait. Magda s’impatiente, tapote du pied dans le sable avant de laisser ses orteils s’y enfoncer. Profiter de la sensation sableuse sur sa peau. Qui sait quand elle la retrouvera ? Peut-être bientôt mais peut-être aussi dans trop de temps. Son regard se perd sur l’horizon, il fait bon et son esprit devient greffier, veut marquer ce moment dans sa mémoire. Se rappeler le vent sur son visage, les pieds dans le sable, le son des vagues et l’odeur iodée de la mer. Poser ce souvenir à côté de ceux fabriqués avec Sahar, Stefan et maintenant Demetrio. Son cœur rate un battement lorsque la brune sent deux mains se poser sur sa taille, la surprenant. Perdue dans ses pensées, dans sa mémorisation de l’instant présent, elle ne l’avait pas entendu arriver. Ses bras l’enveloppent et arrivent à lui procurer cette sensation de sûreté. Fortification qui empêcherait tout danger de l’atteindre et c’est agréable. Tellement agréable de pas être sur la défensive, de cesser d’être un instant son propre bouclier, de laisser quelqu’un l’être pour soi. Juste un moment, une courte durée dans une existence, c’est rien. Magda apprécie cette sensation tout en sachant qu’elle ne doit pas y prendre goût, qu’elle ne doit pas s’y habituer. Dans trois mois, elle n’aura qu’elle pour se barricader, se protéger. Puis il y a bien une chose contre laquelle il ne pourra pas la préserver : elle-même. Ce cœur perdu d’avance. Le visage de Demetrio trouve sa place sur son épaule, la tête brune venant s’y poser, la caresser de sa tempe. Un baiser aussi rapide qu’un battement d'ailes de papillon sur sa peau et ils quittent l’hôtel pour rejoindre Clara. Prospectus dans les mains, Magda suit le rythme des visites, prend des photos ci et là en parfaite petite touriste. Découvrir de tels endroits, de les voir de ses propres yeux, c’est grisant et cela se ressent à sa voix, son visage, ses expressions. Au moins, ça a le don de calmer Clara qui a mis le temps mais qui a fini par être plus à l’aise en présence de Demetrio. Cette fois-ci, pas besoin de noter les hommes aux alentours, elles avaient fait du chemin depuis. Calée entre Clara et Demetrio, Magda passe une belle journée, oui. De celles qui laissent un sourire sur le visage avec un sentiment d’euphorie dans la chair. De celles qui deviennent de bons souvenirs comme des diapositives indélébiles qui défileront une fois ses paupières closes. Cette journée arrive cependant à son terme et le couple imposteur doit se séparer de Clara. Bien qu’aucune des deux femmes savent quand elles se reverront mais il est certain qu’elles se reverront. Les au revoir de la brune sont remplis de pudeur, se retenant de la moindre démonstration d’affection, sûrement à cause de ce mélange de tristesse et d’appréhension qu’elle ressent. La fin du séjour se faisait sentir de plus en plus fort et ça la rendait déjà nostalgique. Néanmoins, Clara la prend dans ses bras, lui enlevant une épine du pied puis part de son côté. Pas le temps de se remettre de la séparation, Demetrio la presse, la précipite vers un endroit encore inconnu. « Et on va où ? » Sa main se glisse dans la sienne et l’entraîne dans son sillon mais une réponse, ce n’est qu’une quinzaine de minutes plus tard qu’elle l’obtient quand ils s’arrêtent au pied du phare qui les regarde de toute sa longueur. L’accès est fermé pour aujourd’hui et la laisse perplexe sur la raison de leur présence ici mais le gardien les attend à l’entrée, tout sourire. Non… Non…Non ?! C’est bien ce qu’elle croit comprendre, la Saddler ? Demetrio a pu réussir à avoir accès au phare ?!! « Oh purée ! Vous avez osé ! » Exclamation lâchée dès que la porte se referme derrière eux. Elle n’en revient toujours pas et surtout peine à cacher l'effervescence qui monte en elle. « Non. Ja-mais ! » Excitation à son comble qui se reflète dans un rire qui résonne dans le couloir. Pas de répit pour s’en remettre, Demetrio l’entraîne dans l’ascension vers le sommet. Magda suit le rythme, ne traîne pas la patte et malgré un rythme correct, son souffle se fait plus court, son endurance n’est pas l’égal de celui de son acolyte et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir envie d’atteindre rapidement le sommet du bâtiment, de se noyer dans le paysage. La pause qu’il lui impose n’est pas de refus et la laisse reprendre son souffle. Son pouce se lève dans l’air lui signifiant que oui, ça va. Son visage se tourne vers la petite fenêtre ouverte, l’air lui caressant la peau. Le paysage de là est déjà magnifique et la motive à reprendre l’ascension, dans quelque minutes, juste le temps de respirer. « Il va bien, vous en faites pas pour lui. Il subit bien plus quand je m’énerve que quand je grimpe un long escalier. Et vous, ça va ? » Son front se pose sur son torse, quand sa main se perd dans sa chevelure, l’aidant à calmer sa respiration désordonnée. Après quelque longues inspirations et expirations plus tard, Magda se redresse et lui fait comprendre d’un signe empressé de reprendre leur ascension, impatiente d'être tout en haut. « C’est bon. C’est bon ! On y retourne ! J’ai pas envie de tout rater » Ses mains le pressent un peu et la course contre le soleil reprend. « Vous lui avez dit quoi au gardien pour qu’il accepte de nous laisser passer ? » Parce qu’elle était curieuse de savoir les arguments émis. Bien que, elle se doutait bien que le premier argument et pas des moindres, c’était qu’il était Demetrio Clarizio et qu’on ne pouvait pas lui dire non. Ca aussi, elle commençait à le comprendre à ses dépens.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 8:59 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + huntingpearl
Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Messages : 160 [Terminé] Magda | Après une rude matinée... Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le Ven 30 Juil 2021 - 9:00 )
Ses yeux se ferment, laissant sa peau s’abreuver de cette tendresse dans laquelle son compagnon simulé l’enveloppe. Contact qui lui fait du bien et bouscule ses habitudes. Son habitude de toujours se terrer dans un hiver sans fin, rejetant la moindre approche en temps normal, avant tout cela. C’était se rassurer dans une solitude, s’illusionner que dans ce vide de contact, elle y était bien, en sécurité mais aujourd’hui, tout vole en éclat. Elle se rend compte, Magda, qu’elle n’était pas aussi bien dans ce monde aseptisé dans lequel elle s’est enfermée. Que la tendresse qui l’effrayait tant peut lui faire du bien, l’apaiser, la bercer. Sa raison voudrait y émettre un hola, une petite pause pour lui éviter d’y prendre trop goût, d’éviter de souffrir du retour à la normal, du retour à son hiver façonné de toute pièce mais son corps ne suit pas, laisse ses doigts courir le long de sa colonne vertébrale pour se poser sur sa nuque, contact frais. « Demetrio Clarizio c’est le laisser passer universel, c’est ça ? » Exactement comme elle s’en doutait. Suffisait de dire qui il était pour voir les portes s’ouvrir. Comme celles d’un phare clos au public normalement mais faut croire que Demetrio Clarizio n’était pas un public lambda. La jeune femme se demande un instant ce qu’il pouvait ouvrir d’autre juste à l’énonciation de son prénom ? Des limites qui ne lui résistent pas, que ce soit celle de règles établies ou les siennes de barrières. Mais dans son cas à elle, son nom n’avait rien eu à voir dans l’affaissement de ses frontières, de ses remparts, c’était uniquement lui. L’essence de ce qu’il était en silence, celui qu’on distingue entre son air froid et son ton si dur. Ce n’était pas le grand homme d’affaire qui lui plaisait, qui l’attirait, c’était l’être humain derrière ce masque. Et si Clarizio est un langage privilégié, Magda se sentait d’une certaine façon aussi privilégiée. Elle était témoin d’une facette que peu de gens pouvait voir, elle le savait, ils étaient tellement pareils à ce niveau là. Deux êtres similaires mais pourtant si différents aussi. « Vos chevilles vont bien ? » Magda lui jette un regard du coin de l’œil, un sourire narquois au coin des lèvres. Elle le taquinait mais pouvait comprendre son sentiment de fierté. Si elle se fiait à ce qu’il lui avait dit au début de leur rencontre, il a dû se battre pour arriver où il est aujourd’hui. « Peut-être un peu mais maintenant je n'ai plus l'ombre d'un doute. J’imagine que ça fait partie de la réussite » Si le nom Clarizio ouvrait des portes, le nom Saddler, lui, en refermait. On ne peut pas dire qu’elle était proche d’une certaine réussite, la métisse mais elle se débattait pour redorer son blason. Pas pour son père. Pour Sahar. Pour elle. Enfin arrivée au sommet, son regard se visse d’emblée sur le paysage qui se déroule sous ses yeux. Magnifique. A couper le souffle. Deux mondes qui s’opposent, la terre et cette ville qui s'éveille sur sa gauche et la mer qui respire, embrassant le soleil qui s’endort. « La vue est juste splendide. C'est incroyablement beau »Demetrio l’enlace, la serre contre lui venant enjoliver ce moment qui ne pouvait être plus parfait qu’à cet instant précis. Son cœur déjà déraillé s’emballe aux mots qu’il glisse au creux de son oreille. Des mots qui tombent justes et si Magda n’était pas si dure, si entêtée, elle pourrait presque les laisser la convaincre. Des lendemains comme ceux-ci, oui, bien-sûr que c’est tentant. Bien-sûr que ça donne envie de rallonger ce temps bien trop court mais ils ne font pas tout. Ce n’est pas tout. A côté de ces beaux moments, il y a tout le reste à supporter et c’est ce reste âpre dont elle en peut plus, Magda. Point sensible touché, ses cils s’électrisent, sa vue s’embrouille. « Hmm hmm » Cette phrase qu’elle a si souvent entendue et qu’elle a cessé de percevoir depuis cinq années. La vie n’est pas que cruelle. Peut-être bien mais la métisse ne lui laissait plus vraiment l’occasion de lui prouver le contraire. Son passé, son histoire, parlait pour cette vie pas si cruelle mais qu’elle perçoit comme telle. « Peut-être bien mais les faits sont là. J’ai plus perdu que gagner dans cette bataille » Parce que c’était bien là ce que la vie était, non ? Une constante bataille pour sauver sa peau, survivre à ce cœur débraillé. Un soupir s’échappe de ses lèvres, ses bras s’enroulent autour de ceux de Demetrio, resserrant encore plus son emprise autour d’elle comme pour sentir davantage sa présence. « Je n’ai pas la force de rester si c’est pour continuer à perdre. Je suis fatiguée de perdre, Demetrio. Fatiguée. » Confession sur le bout de la langue qui finit par s'échapper, par prendre vie dans l'air. Des mots qu'elle n'avait jamais vraiment dit à haute voix, se contente de se les dire à elle-même uniquement. C’était peut-être lâche, c’est vrai mais c’est comme une partie de poker, il faut s’avoir s’arrêter à un moment donné. Se coucher. C’est ce qu’elle avait décidé de faire. Ses yeux se ferment fort, juste pour se rendre la vue, faire couler ses larmes qui l’empêchent de mirer ce beau spectacle correctement. De dos, Demetrio ne peut les voir et ça l’arrange quelque part qu’il ne puisse voir ses larmes chaudes. Larmes d’une perdante qui pourtant se surprend à espérer, à avoir cette étincelle prendre vie quelque part, celle de devenir une gagnante qui l'emporterait sur un destin mal ficelé mais la fatalité est bien trop ancrée en elle pour s’en aller d'un revers de mots bien placés. Sa future révérence sur la vie, c’était son échappatoire à elle. Une issue bien amère, faut avouer. « Naples, c’est différent de Gênes. Naples, c’est aussi le théâtre des mauvaises scènes » Mais pas que... C’est là qu’elle avait aussi fabriqué de beaux souvenirs avec sa sœur, avec Lana, avec Stefan, avec Lulu, y’a eu Leo aussi, des souvenirs aigre-doux mais dans le lot, il y en avait des bons, même si elle préférait ne pas y penser. Il n’y a pas eu que des mauvaises scènes au final alors elle fait le choix de voir Naples peut-être autrement. Plus positivement. « ... Mais vous avez raison, Naples est une belle ville. Y’a du bon à en extirper » Même si elle la quitterait peut-être un jour pour retrouver Londres comme sa mère l'espèrait, estimant qu'elle n'a plus rien à faire à Naples. « Dites ... on s’y rendra ? » Demande qu’elle émet parce que Demetrio semblait avoir la bonne influence sur elle, semblait pouvoir la pousser à voir les choses d’une différente façon. En mieux. En plus lumineux. Et c’est peut-être ce qui lui fallait à la métisse. L’impulsion qui lui manquait tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Magda | Après une rude matinée... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Magda | Après une rude matinée... ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Magda | Après une rude matinée... -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant