Demetrio | Visite surprise

Revenir en haut
Aller en bas

-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
19.91 € 31.99 €
Voir le deal

 

- Demetrio | Visite surprise -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences :: Via Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Demetrio |  Visite surprise Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Demetrio | Visite surprise ( le Ven 6 Aoû 2021 - 12:01 )
Nuit éreintante qui s’installe, étire son manteau sombre et épais contre ses épaules. Lourdeur qui la fait suffoquer un instant. Cruel sentiment de solitude qui la prend au dépourvu, qui la prend abruptement comme ça. Un quotidien tissé de barbelés dont elle a l’habitude mais qui pourtant la surprend toujours comme un couteau sous la gorge. Elles viennent, les angoisses parasites, comme des monstres sans formes grouillant dans le sombre d’une nuit. Ils déboulent quand ses pensées s’accrochent, même rapides, contre la vérité qui ravage. Celle qui lui rappelle que le meurtrier de sa sœur court toujours. Qu’il est libre. Qu’il profite de sa vie quand celle de sa sœur a trouvé un terminus. Quand la sienne n’est que des points de suspensions. Quand Magda est en prison de sa propre vie. La brune force le barrage opaque avec force, gonfle les poumons d’air pour ne pas s’asphyxier. C’est pas ce soir qu’elle laissera les angoisses prendre le dessus et lui couper la respiration. C’est pas ce soir. C’est pas ce soir. Peut-être une autre fois les laissera-t-elle gagner. Ses doigts partent en quête d’un stimuli quelconque pour électro-choquer le brouillard anxieux, trouvent son portable qui vibre soudainement. SMS. Vu l’heure tardive, la surprise d’avoir un sms est un stimuli suffisant pour la faire décrocher et agripper son attention. Quelle belle erreur d’avoir ouvert ce message. Tizio et sa lourdeur. Tizio et l’envie de vomir. Des sms suintant de drague bancale et macho mais ce qui lui donne vraiment un haut le coeur, c’est le commentaire qui passe entre les lignes : la description exacte et détaillée de sa tenue. Celle qu’elle porte actuellement. . A cet instant précis. C’est la panique qui s’empare d’elle, de ses mains fébriles qui tirent un peu trop fort sur les rideaux de sa fenêtre. Glauque et douloureusement malaisant : il l’observait maintenant à sa fenêtre ? C’est se sentir en danger même dans son antre, même entre les quatre murs de sa demeure. Sentiment dérangeant qui la pousse à se disparaître dans un manteau beaucoup trop grand pour elle et fuir de chez elle – comme si c’était à elle de fuir – par la porte arrière.

Silhouette dans la nuit, point fuyant au bout d’une ruelle, enterrée dans un vêtement trop large qui planque son ensemble de pyjama en soie vert canard. Rapidement, Magda s’engouffre dans un taxi et ses lèvres balbutient la première adresse pour se sentir en sécurité : celle de Demetrio.  Ce n’est que quand le taxi se gare devant la villa que la métisse se rend compte de son geste, de ces mots récités comme une litanie. Pendant des mois, cette adresse a été source de réconfort, de bonheur. C’est le coeur pincé que la brune s’extirpe du véhicule, trop tard maintenant pour faire demi-tour et en a-t-elle réellement envie ? Non. Pour tellement de raisons et l’une d’entre elle se trouve être la personne entre les murs de cette villa. En espérant qu'elle soit là. Alors que les pas égrènent la distance jusqu’à la porte d’entrée, tous les « et si » se cognent à sa tête. Et s’il n’est pas tout seul ? Et s’il la rejette ? Et s’il l’a déjà oublié vu qu’il ne répond plus à ses emails depuis des mois ? Pourtant, face à la grande porte, c’est son poing qui frappe. Une fois. Deux fois. Puis plusieurs fois comme un Sheldon Cooper qui aurait une crise d’angoisse. Parce que Magda se dit que Tizio a pu la suivre, qu’il pourrait être derrière elle. Le coeur au bord des lèvres, c’est la porte qui s’entrouvre. « Bonsoir » Mais Magda est un diable sortant hors de sa boîte et sans demander son reste, elle s’engouffre à l’intérieur de la villa, laissant son corps effleurer celui de Demetrio pour forcer le passage du sien dans l’entrouverture. « Comment allez-vous ? » Phrase lâchée comme entre deux eaux alors qu’elle fait les cent pas dans son vestibule, le regard sondant chaque fenêtre pour être sûre de ne pas être observée. « J’arrive au mauvais moment peut-être ? » Faire la conversation pour s’occuper le corps et garder un semblant de contrôle sur son esprit qui part en vrille. Entre Tizio et la présence de Demetrio qu’elle sent, son odeur mais que son regard évite de prendre en ligne de mire. « Désolée, j’aurais peut-être dû appeler avant ? » Le pouce qui se niche entre ses lèvres que ses dents viennent happer. « Vous êtes tout seul ? » Une question qui se lève de son anxiété : Magda ne veut pas de témoin à son état même si elle tente au mieux de le cacher. Comme c’est une façon comme une autre de lui demander : tu m’as remplacée, dis ?

@Demetrio Clarizio


Dernière édition par Magda Saddler le Dim 2 Jan 2022 - 9:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Demetrio |  Visite surprise 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Dim 15 Aoû 2021 - 10:36 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Demetrio |  Visite surprise Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Dim 15 Aoû 2021 - 13:19 )
Son prénom qui roule sur sa voix, l’intonation si particulière quand il le prononce. Souffle court et qui s’agrippe à son être, à son âme. Les notes de sa voix s’impriment à sa peau, ravivent le souvenir de l’idylle, des amours avoués et des caresses offertes entre deux baisers. Magda se souvient avec la nostalgie et l’amertume des jours heureux. Magda n’a rien oublié, jusqu’au timbre de sa voix, jusqu’à l’odeur de son parfum, jusqu’à sa présence qui sait faire voler mille et un papillons dans son ventre. Comme au premier jour, pas le premier foncièrement car c’était une catastrophe. Non le premier jour à Gênes. Là où tout a commencé. Le début de la fin. De leurs fins. Des mois entiers en torture lente sans entendre sa voix dont les derniers sans aucun contact. Le vide dans une boite email qui lui faisait l’effet d’un poignard dans le palpitant. Magda aurait presque envie de juste s’asseoir et écouter le son de sa voix, se rassurer au rythme de son timbre comme avant. Comme ce avant qui n’existe plus et qui lui manque assurément. La brune relève enfin le regard, ose enfin lui donner pleinement existence dans son monde, dans son horizon. Comme à l’habitude, une bulle se forme et elle ne voit plus que lui. Tout s’annule, tout s’occulte, il n’y a que Demetrio. Le bleu de ses yeux l’ébranle, la secoue comme si c’était la première fois qu’elle le voyait quand pourtant elle s’est déjà noyée bon nombre de fois dedans. La noyade la plus agréable de toute une vie. Peut-être la seule qu’elle aurait voulu faire de sa vie mais qui désormais ne lui est plus accessible.

Un sourcils se hausse sur son visage face au cafouillage dans les réponses de son hôte. Non. Oui. Non. Oui. Le regard perplexe à le regarder être ce Demetrio accessible et déstabilisé. Des pans que très rarement vus chez l’homme et voilà qu’elle en était témoin ce soir. Fallait-elle qu’elle en soit heureuse ? Heureuse de faire partie encore de ces rares personnes qui peuvent le voir aussi humain ? Malheureusement la réponse qu’il lui sert anéantit cet espoir. Non, il n’était pas seul. Oui, l’avait-il déjà remplacé ? Son regard, d’instinct, sonde les alentours à la recherche d’indice et trouve un manteau féminin posé sur le dossier d’une chaise. Son coeur se serre, si fort et tellement qu’elle surpasse presque l’angoisse qui s’y est logée quelque instant plus tôt. Ses dents mordent plus fort son pouce niché entre ses lèvres. « Laissez » Corrige-t-elle, tranchant pour lui quand à la terminaison à employer entre eux. Ca ne vient pas du coeur, non, ça vient de sa fierté éclatée. De son orgueil froissé d’être remplacée. De cette jalousie qu’elle tente de maîtriser. De ce besoin de contrôle, le tenant à l’écart, s’il n’y a pas de proximité ça fera moins mal ? Pas vrai ? Magda tente de s’en convaincre. La métisse n’a pas le temps de répondre à sa question qu’il se volatilise déjà dans le salon, retrouver celle qui l’attend. Peut-être ne peut-il pas s’éloigner d’elle trop longtemps, en besoin de son contact, de sa présence comme il avait besoin de la sienne à l’époque. Si la peur et le besoin de sécurité l’avait poussé à venir se réfugier ici, ce lieu de réconfort commençait à prendre l’apparence d’un antre qui fait pousser des tristesses en elle.

La jeune femme se contient, laisse un hiver sans émotion s’installer sur son visage quand la dite femme se dévoile enfin à sa vue. Jolie jeune femme, peut être plus belle qu’elle mais cela n’est pas très difficile, toutes les femmes sont toujours plus belles que Magda, le croit-elle. Effort surhumain pour répondre, même juste d’un signe de tête, à son salut. Elle observe la scène, les échanges avec cette sensation de trop. Et pendant un court instant, elle songe à partir. A les laisser tranquille et pourtant ses pieds semblent collés au sol, incapables de faire un pas de plus vers la porte d’entrée. Terrorisée encore de croiser Tizio malgré son coeur émietté, elle reste Magda. Sans que Julien Lepers aie besoin de le lui demander. La porte se referme derrière la jeune femme et l’occasion est perdue. A son interrogation, le regard de la métisse quitte la porte d’entrée pour se nicher sur lui. « Rien » Réponse un peu trop rapide pour que ce soit vraiment la vérité. Première chose qu’elle lance sans réfléchir mais ce n’est « rien » qui la pousserait à venir frapper à sa porte. Demetrio n’est pas bête même si parfois elle aimerait qu’il le soit. Qu’il ne devine pas si vite et si bien les choses. « Rien de grave ... je pense » Mais ne l’était-ce pas quelque part à la voir grignoter ce pouce qui n’a rien demandé ? A la voir ici sans crier garde. « Enfin je crois ? » Magda reprend ses cent pas, tourne en rond pour s’occuper. « Vous m’en voulez pas d’avoir débarquer et de vous avoir déranger avec … ? » La gorge se serre, n’arrive même pas à prononcer le reste de la phrase, elle fait un geste vague de la main désignant la porte d’entrée, désignant cette femme qui est dans sa vie quand elle, elle n’en fait plus partie.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Demetrio |  Visite surprise 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Sam 28 Aoû 2021 - 0:07 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Demetrio |  Visite surprise Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Lun 20 Sep 2021 - 6:21 )
Magda le regarde s’empêtrer, se perdre entre le vouvoiement et le tutoiement, le visage impassible quand pourtant se déroule en elle, dans le plus pieux des silences, une lutte incessante. Elle aimerait cesser le feu des brûlures d’un coeur fissuré, ré-instaurer le tutoiement comme on déclare une armistice. Comme on dépose les armes. Mais sa fierté est une armure et une arme dans laquelle elle se drape. Orgueil en haute tour où elle se hisse se pensant tout bonnement moins atteignable ici. Plus en sécurité. Que cela fera moins mal. Qu’elle oubliera plus facilement. Sauf que ça n’est pas le cas. Ca n’est jamais le cas. Elle n’arrive pas à effacer de sa mémoire la présence féminine en ces lieux il y a un instant. Sens encore dans son sillage, les effluves de son parfum, s’accrochant à ce genre de détail qui devrait être insignifiant. Cette femme, a-t-elle effacé tout de sa présence aussi ? Avant, c’était celle de Magda qui imprégnait les lieux, les remplissant de sa présence, de son odeur, de ses sourires, de ses rires, de son amour pour le brun. Remplissait-elle mieux qu’elle cette jeune femme ? Faisait-elle mieux qu’elle ? L'aimait-il ? Les réponses qu’elle voudrait avoir mais qu’elle craint de chercher par peur de les entendre. Par peur de se fissurer davantage.

Entre son angoisse reliée à Tizio et son comportement de prédateur et cette jeune femme ici, la détresse de son coeur balance. « Je ne sais pas. Je pense … » En faite, elle ne savait plus où se situer. Était-ce grave de se sentir en insécurité à cause d'un homme ? N’était-ce pas là juste une chose banane du quotidien pour une femme et qui n’avait rien de surprenant ? Pas de quoi en faire tout un drame ? Pourtant, ce sentiment d’insécurité la heurtait, la faisait se sentir si mal, en danger. Sensation d’être une proie qui la laisse démunie et quelque part seule. Aurait-il dû aller à la Police ? Serait-elle prise au sérieux ? Et entre ces interrogations, l’abandon qu’elle ressent de la société vis à vis des femmes et la présence de la jeune femme quelque instant, Magda ne sait plus sur quoi elle doit se concentrer : les deux heurtent. « Si cela peut attendre, c’est ce que ce n’était pas important ? » Imbécile Magda à poser les questions qu’elle devrait pas. Elle devrait en avoir rien à faire et pourtant le coeur prend le dessus sur la raison, l’accule dans l’émotion et a laissé sa bouche parler un peu trop. La métisse le suit, interdite jusque dans le salon, l’observe sans un mot se débarrasser du verre vide comme s’il voulait effacer la présence de la jeune femme plus tôt. Comme pour l’effacer de sa mémoire. « Un alcool fort, s’il vous plaît » Juste de quoi calmer les palpitants d’un coeur qui part à la dérive, juste de quoi faire redescendre les émotions turbulentes.

La voix de Demetrio revient se nicher à ses oreilles et aux mots qu’il y dépose, Magda lui retourne un regard qu’elle ne sait pas contrôler. Qui se perd entre le réconfort et la rancoeur. Elle pouvait lui parler ? Alors qu’il ne lui répondait plus ? Alors qu’il a ignoré ses emails professionnels pour laisser son employée y répondre ? Alors qu’il l’a laissé tomber ? Magda se demande tout à coup ce qu’elle fait ici, regrette amèrement cette décision impulsive, elle aurait dû mieux réfléchir, mieux doser au lieu d’écouter un besoin viscéral qui se défait de toute logique. Elle culpabilise et s’en veut d’être revenue ici, se sentant douloureusement ridicule. « Effectivement, cela fait un moment que ce soit de vive voix ou bien par email » Le pouce décalé assez pour que sa voix puisse bien ébranler les espaces entre eux, ton incisif, où s’y cache tant de reproches silencieux, où dort encore une colère qui ne se réveille pas. Pas encore. Mis en laisse par les angoisses qui la taraudent. Demetrio prend  les devants, dirige la discussion, l’oriente, pose les questions et pour une fois, Magda le laisse faire, ne lui coupe pas la parole pour gagner ce dernier mot qu’elle aime avoir face à lui. Passant de comment il peut l’aider aux raisons de ce vouvoiement soudain. Les sourcils de la brune se froncent, n’appréciant pas la tournure de quelque phrase, surtout d’une : que le vouvoiement nouvellement instauré soit une punition à son encontre. Pourquoi ? Ne le mériterait-il pas ? « Bien … Puis que vous voulez en parler » Cessant d’agiter nerveusement sa jambe, Magda se plante devant Demetrio, hiver glacé comme elle sait si bien créer dans le creux des pupilles.

La femme ne se défile pas, laisse sa voix ferme se dérouler entre eux. « Le vouvoiement me semble plus de circonstance, le tutoiement étant plus pour des personnes intimes si je puis dire. Et de toute évidence, nous ne sommes que des partenaires professionnels. Que le contact a été clairement rompu au vu de mes emails ignorés mais je ne doute pas que vous aviez de très bonnes raisons pour cela. Raisons que je n’ai pas envie d’entendre ni de comprendre. Ce qui est fait est fait, vous avez vos raisons, j’en ai fait mon interprétation » Et l’entêtement une fois de plus mise sur la table, refusant d’entendre la position de l’autre, préférant se baser sur ses interprétations, en faire des réalités. « Maintenant si vous, vous le ressentez comme une quelconque punition, ce n’est pas de mon fait. Peut-être vous reprochez vous quelque chose ou que vous n’êtes pas tranquille à propos d’un sujet, qu’en sais-je ? Cela vous regarde mais je n’apprécie pas l’insinuation faite, que je vous punis d’une quelque façon qu’il soit » Le pouce qui se niche à nouveau entre ses dents, perte de contrôle. Elle a envie de s’énerver, de s’emporter mais tente de rester calme en soupirant longuement et reprenant. « Je crois que c’était une très mauvaise idée de venir ici. Je ne sais pas à quoi j’ai pensé. J’avais juste eu besoin ... » De toi. S’interrompre de justesse pour ne pas libérer ce battement de coeur désordonné. Pour ne pas finir sa phrase. Magda avait eu besoin de Demetrio. De toutes les personnes sur Naples, c’est de lui dont elle avait eu besoin. « Je vais m’en aller » Alors qu'elle allait donner l'impulsion à son corps de tourner les talons, Magda se ravisse comme piqué par une bête soudainement, la glace gelant son visage fondant légèrement pour montrer l'émotion. « En faite, non ! Vous m'agacez ! Je vous trouve bien culotté » et c’est reparti pour un tour. Incapable de se tenir. De se contenir. « Vous cessez de me parler du jour au lendemain sans la moindre explication, pouf ! Adios amigos ! Et c’est moi qui vous punis ? Quel foutage de gueule ! Vous êtes vraiment doué pour cela. Dites-moi, Demetrio, qui a puni l’autre en premier ? Hein ? ... Pfff ... Non ne prenez même pas la peine de me répondre. Belle soirée … ou pas » Elle fulmine et pourtant reste plantée là. Les pieds agglutinés au sol comme s’ils ne voulaient pas s’en aller. Comme si, malgré les joutes verbales, les blessures du silence, la tristesse, la déception, la colère, il n’y a qu’ici qu’elle pouvait être en sécurité. « Je vais y aller, vous en faites pas. » Mais c'est elle qui s'en fait car son corps ne bouge pas. Reste planté là.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Demetrio |  Visite surprise 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Dim 3 Oct 2021 - 17:26 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Demetrio |  Visite surprise Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Lun 4 Oct 2021 - 10:19 )
Pincement au coeur, un battement qui se rate, un second qui se perd en cours de route ne sachant pas où se nicher. Magda accuse les mots, le coup. Si ça l’était, important. Le rendez-vous l’était, à moins que ce soit la personne qui ne l’était plus que le rendez-vous en lui même. La brune ravale l’acidité de sa déception, l’amertume d’un chagrin qui se coince entre la gorge et le coeur. Tant de soupirs qui voudraient s’échapper de son être mais qu’elle contient, qu’elle retient de peur de laisser s’échapper des larmes dans le processus. Pleurer devant Demetrio ? Pour une raison aussi futile qu’une autre la remplace ? Non, sa fierté s’y refuse. Elle préfère laisser la colère prendre le dessus et mordre sa chair. En faire quelque chose de dure et délaisser la douceur qui a attendri son être avec des sentiments qu’elle n’a jamais pu contrôler, jamais en présence du brun. Jamais aussi en son absence aussi pourtant, la preuve en est ces derniers mois. La métisse serre les dents, contracte un peu trop la mâchoire, c’est à se demander quand elle ne tiendra plus et explosera à force de se contracter. « Toujours la même rengaine avec vous à ne pas savoir en quoi c’est un problème. Je ne sais si c’est parce que vous n’êtes qu’un … homme ou juste effroyablement stupide » Les yeux qui se lèvent au ciel, diablement agacée et incapable de le cacher. Les poings qui se serrent, tremblant déjà des vagues de colère qui montent en elle. Demetrio a le don de la faire sortir de ses gonds d’un mot de trop ou d’une seule et unique phrase. Mais là, c’était trop de phrases à la fois qui lui tombaient sur le coin du coeur et elle avait envie de mettre le feu à toutes ces phrases.

Il la nargue, provoque et elle, ne sait pas l’ignorer, détourner l’attention, être plus forte que cela. « Je vais partir, ne vous en faites pas pour ça. Loin de vous, c’est ce qu’il y a de mieux » La mauvais foi et les mensonges qui s’installent, sournois, comme une seule et unique porte de sortie. La colère déjà à un stade bien avancé, Magda manque de peu de lui arracher la main de ses ongles quand il saisit sa main pour y mettre son verre de vodka. En seule reconnaissance de cette offrande, elle le repousse brusquement sans prendre la peine de le remercier, pétasse un jour, pétasse toujours. Pensant pouvoir se calmer les nerfs en buvant une gorgée, la Saddler manque rapidement de s’étouffer en avalant de travers quand Demetrio lève sa main pour l’empêcher de parler. Elle ne sait plus si c’est les inepties qu’il sort, lui retournant les reproches ou si c’est le geste intimé qui l’horripile : peut-être les deux à la fois. Depuis quand il lui autorise ou lui interdit la parole ? Depuis quand un homme s’autorisera le moindre ordre sur sa personne ? Magda ne recule pas quand il avance d’un pas vif vers elle, à son tour, elle fait de même, de la fureur dans le regard et sans pouvoir se retenir, lui balance le reste de son verre à la figure brusquement. Splash ! Doudoudem glouglou « Personne ne m’interdira de parler et certainement pas un homme. Encore moins vous ! J’espère que cela vous rafraîchira les idées sinon je vous verserai avec plaisir toute la bouteille de vodka sur la figure, même toutes les bouteilles de votre villa » Et elle en serait capable. « Et vous ? Ca vous ferait pousser un second anus d’admettre que vous aviez la responsabilité d’être honnête et sincère si vous ne vouliez plus me parler ? Mais non. Non. Monsieur Demetrio Clarizio est au dessus de tout cela, de tout. Il dispose comme il l’entend. J’ai dit ce que j’ai dit, entendre vos explications ne m' …. Oh ! et puis vous m’emmerdez » Magda souffle, n’en mène pas large. Ressemble presque à un taureau enragé enfermé dans une cage mais reculer ne lui ressemble pas. Un grognement de désapprobation sort de sa gorge quand il impose le tutoiement et cela la fait sortir de ses starting block. Magda avance d’un pas décidé et surtout irrité vers Demetrio, se moquant des distances à respecter, réduisant celle-ci entre eux. Son visage à quelque centimètre du sien, un index qui s’impose sur son torse, le forçant à reculer à mesure qu’elle, avance menaçante. « Ce n’est pas ma fierté qui parle, c’est mon aversion à vous entendre parler et trouver des excuses à un comportement minable. Vous voulez l’assumer, assumez-le mais venez pas me faire porter le chapeau de ce foutu silence. C’est vous qui en êtes à l’origine et ce n’était pas à moi de le réparer. Vous vous prenez pour qui ? D’ailleurs, quand je dis que le vouvoiement doit être de mise, cessez donc d'en faire qu’à votre tête et arrêtez de me tutoyer » Parce qu’il faut bien respirer de temps en temps, petite pause s’impose le temps de reprendre un peu d’air, de se gonfler les poumons d’air pour mieux repartir à la charge pendant que le dos de Demetrio se retrouve acculé et qu’il ne peut plus reculer, ni Magda d’avancer. « Ce n’est pas ma fierté qui parle. C’est ma colère et ma haine contre vous » Les mensonges de mises, ceux qu’on dit pour garder la tête haute, se donner des airs et surtout se voiler la face. « Tu m’as pas manqué mais alors pas du tout » Faites ce que je dis et pas ce que je fais. Chassez le naturel il revient au galope. Le tutoiement qu’elle ne contrôle pas, qu’il lui échappe. Pirouette rapide pour faire diversion. « Vous dégoulinez, c’en est risible. Votre présentation est à refaire » Lâche-t-elle, accompagné d’un regard allant de haut en bas, pas peu fière d’en être à l’origine de sa dégaine.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Demetrio |  Visite surprise 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Dim 10 Oct 2021 - 1:34 )


Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLa cerise, fruit de la réussite
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t8959-magda-saddler#295989 https://www.ciao-vecchio.com/t8992-magda-o-30-ans-o-pdg-d-une-compagnie-de-textiles
ID : Hitirere
Pronom : elle
Faceclaim : Shanina Shaik + draiochta
Thème·s abordé·s : meurtre - viol - deuil - mutilation
Demetrio |  Visite surprise Tumblr_o1kjdirmSV1ssdsuso1_500
Âge : 30 ans
Messages : 196 Style RP : Rp hot : ok selon feelings et contexte -- FB : ok -- Longueur : whatever. Dévoreuse de feels que je suis, j'aime les dramas et les liens compliqués alors hésites pas. Je joue de tout.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Dim 2 Jan 2022 - 10:31 )
Magda aurait presque envie de rire devant sa dégaine de chien mouillé et empestant la Vodka. Elle aurait bien envie de s’en moquer de la mine qu’il affiche, surprise mouillée. De se délester de tous ces ressentis en tristesse dans un rire qui éclaterait dans la pièce, elle le pourrait, Magda mais le coeur n’y est pas. Le coeur est aux abonnés absents depuis trop de temps, depuis trop de mois et même devant celui qui arrivait à le faire battre, tout n’a que le goût de l’amertume et des chagrins. Demetrio avait su le dégeler de ses hivers, lui rendre la beauté de ses aubes mais tout s’écroule crépuscule triste, tout est redevenu miséreux et poussiéreux. Ce coeur, pourra-t-il rebattre un jour ? Pour un.e autre ? Parfois Magda semble détenir la réponse et celle-ci la condamne, l’emprisonne à Demetrio : car oui, il semblerait que ce ventricule entêté et fidèle ne sache plus que battre pour l’homme au regard fait de ciels. Celui qui avait su la rendre heureuse et celui qu’elle a perdu dans les silences de leur histoire décousue. Respiration saccadée par ce trop plein d’émotion, de colère mais aussi par le débit de mots qu’elle a pu sortir en une fraction de secondes. Les paroles ont toujours fusé de sa bouche, parfois toujours trop vite, dépassant sa pensée, traduisant mal ce que l’émoi veut réellement dire. Ca a toujours été en éclat et en intensité entre eux, en bien et en mal. Aujourd’hui, c’est une chose qui ne s’est pas perdu faut-il croire et Magda ne sait pas si elle doit s’en rassurer, s’en réjouir ou pas. « Pour que vous trouviez vos mots ? Vous avez eu des mois pour cela et j’en ai jamais entendu ni vu la couleur » La brune ne lâchait rien, pas le moindre bout, lui en voulant toujours plus de l’avoir jeter dans les affres de son silence, de l’avoir ghoster. C’était une chose de se séparer, de rompre, c’en est une autre de se sentir rayer de l’existence de l’autre, de se sentir débarrassée comme un fardeau. Contre toute attente, ne voyant même pas le geste venir, la métisse trésaille et est surprise par la main qui se dépose sur sa taille. Si son énergie se consumait dans sa colère et sa rancoeur, elle se concentrait désormais pour ne pas laisser son visage exprimer ce qui se passait en elle. Le coeur qui s’embrume, sa peau qui l’appelle, le réclame comme une droguée implore d’avoir sa dose.

Entre deux eaux et hypnotisée malgré elle par ce contact, Magda recule de quelque pas comme sa main le lui intime et elle s’y plie. Un soupir s’échappe à sa vigilance et fuit entre ses lèvres ; son contact, ses mains lui avaient tant manqué comme le royaume de ses bras où elle aimait tant se lover, se réfugier. L’émotion s’empare de sa chair, la jette dans la nostalgie et le spleen des beaux jours, quand iels s’aimaient si fort. « Oui, bien-sûr, c’est toujours de ma faute » Phrase lâchée avec lassitude sans même prendre le temps de se tourner pour lui faire face, restant toujours à moitié tournée, lui offrant son dos. Elle hausse les épaules, ce sont exactement les mêmes mots que sa mère aime lui sortir. Excessive, tu es trop excessive, Magda. Toujours trop de … Pas assez de … Sa mère a toujours quelque chose à dire, tout est toujours de sa faute et il n’y a rien qu’elle fasse de bien, de correct. Sûrement en est-il de même avec Demetrio, assurément quand on voit le résultat de leur histoire. L’homme, comme elle le lui avait demandé, s’explique, détaille la raison de son silence. Magda baisse les yeux et l’écoute sans l’interrompre, sans le regarder non plus, de peur de montrer sa vulnérabilité sur l’instant, qu’il lise dans son regard que son coeur se serre, se serre pour lui, pour eux. « D’accord … je vois, je comprend vos motivations mais c’est un peu lâche, Demetrio … Avez-vous pensé, ne serait-ce qu’un instant, ce que ça pourrait me faire d’être plongée dans le silence ainsi du jour au lendemain ? Est-ce que ça vous a effleuré l’esprit, ne serait-ce que quelque secondes ? Ou bien ça n’a plus vraiment d’importance aujourd’hui finalement…  » La glace reprend ses droits sur son visage, efface la moindre émotion alors qu’elle tourne enfin pour lui faire face, sa voix n’affiche plus aucune colère, a le calme des tristesses et parfois, c’est pire que ses fureurs. « Merci pour votre sincérité et moi, je suis ravie que vous ayez pu cesser tout contact aussi facilement et que ce soit mieux pour vous ainsi » Supposer encore et encore mais en faire sa vérité. Demetrio avait pu le faire quand elle, elle n’arrivait pas à totalement rompre le contact, et c’était triste. Magda hausse les épaules avant de laisser un sourire contrit et triste zébrer son visage. « Je ne sais pas. A vrai dire je n’ai pas réfléchi à si ou comment vous pourriez m’aider, j’ai juste … C’est le premier endroit où je suis venue instinctivement dans la panique … j’ai pas réfléchi » Magda se montre froide, se montre distante mais elle est, à cet instant précis, des plus sincères à son tour. « J'avais si besoin de me sentir en sécurité ...  » Et fût un temps, c'est ce que Demetrio était pour elle. Et quelque fois, c'est ce qu'il demeure pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9546-demetrio-clarizio#304109 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Demetrio |  Visite surprise 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Messages : 1360 Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le Mer 12 Jan 2022 - 2:37 )


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Demetrio |  Visite surprise Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Visite surprise ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Demetrio | Visite surprise -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences :: Via Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant