[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire...

Revenir en haut
Aller en bas

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur la Souris Gaming sans fil Wifi Logitech Pro X Superlight ...
89.99 € 149.99 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Soldes chez LACOSTE : jusqu’à 50% de réduction
Voir le deal

 

- [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Commissariat de police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Erio MazzeiLa pomme, fruit libéré
Erio Mazzei
https://www.ciao-vecchio.com/t8968-erio-mazzei https://www.ciao-vecchio.com/t8896-erio-o-35-ans-o-lieutenant-de-police
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Jesse Soffer ©Carole71
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, personnage grognon
Messages : 1014 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Dim 5 Sep 2021 - 0:50 )
Des photos, rapports, comptes rendus de nombreux interrogatoires. Les dossiers sont énormes, sont la synthèse de tout ce qui s’est déroulé ces trois dernières années. Ces horribles crimes dont il a pris connaissance dans les journaux, mais également à travers les quelques fichiers disponibles sur l’ordinateur de la police. Il n’y en avait pas beaucoup, et ça ne le concernait pas directement, mais il avait besoin de savoir où ça en était et ça le frustrait de ne pas pouvoir mettre la main sur la totalité de l’enquête. Maintenant que c’est fait, qu’il doit reprendre tout à zéro… Ca l’enrage et le peine à la fois. Mentalement, il en prend un coup. L’italien sait qu’il doit prendre du recul, qu’il ne faut pas laisser les choses l’atteindre ainsi, mais c’est plus fort que lui. Ces femmes avaient une vie, des projets, des proches, une famille. Tout leur a été retirée et pas de la bonne manière. Elles ont souffert. Erio ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec son père et des images floues de son enfance lui revient en pleine figure. Ces moments où il se mêlait aux histoires dramatiques et sombres, aux tueries de son père, en appâtant les proies d’un homme qu’il ne reconnaissait plus. Ce n’était qu’un enfant… Pourtant, il se sent coupable et responsable. Personne ne connaît ce secret, Mattia l’ayant emporté avec lui jusqu’en prison. Quant à sa mère, elle souhaitait le préserver, alors elle n’a jamais rien dit, pensant qu’il s’agissait-là de la meilleure option à choisir pour son fils. Et il l’a cru, lui aussi. A ce jour, c’est même plus facile de cacher cette part de l’histoire qui le hante dans la nuit.

Erio souffle un coup, puis s’avachit dans son fauteuil.
- Va nous chercher un café tu veux.
Et son collègue Dario a compris sa détresse. Sans chercher à le contredire, ou à jouer sur les apparences, dissimulant ses vraies émotions, Erio se lève et sort du bureau pour se diriger vers la salle où se trouve le distributeur de boissons chaudes. Un café, il en a besoin. Ca lui est nécessaire pour continuer. Seulement, voilà. Il y a ce bouffon. Esteban, ce type qu’il croise toujours au même endroit : la machine à café. En temps normal, il se fiche bien de se trouver dans la même pièce que quelqu’un, mais lui… Il n’en sait rien. Ils ne s’adressent jamais la parole, sauf pour se dire bonjour, mais c’est comme s’il se sentait obligé de le faire, pour une raison qu’il ignore. C’est comme ça. D’autant que son affaire en cours est un type qui chasse des personnes en pleine forêt. Une sordide histoire encore, qui mérite bien un mot. Un bonjour encore ? Erio fouille dans ses poches, à la recherche de monnaie, puis patiente derrière lui. Silence. Lourd silence. Lourd lourd silence.
- Salut.
Voilà. Il lui a fallu quelques secondes, mais il a balancé ça, enfin. A croire que c’est compliqué d’être poli avec les autres. Pour Erio, parfois, souvent, oui, ça l’est. Ce n’est pas le plus doué avec les relations sociales.
- Ciro est con tu trouves pas ?
Ce type qui avait son ancienne enquête et qui, selon lui, ne s'est pas assez donné pour obtenir des résultats.


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.


ESTEBOULE  [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... 3858275945


Dernière édition par Erio Mazzei le Dim 17 Oct 2021 - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezLa myrtille, fruit obscure
En ligne
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Proserpine (avatar) Astra (signature)
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : deuil, violence, homophobie
Messages : 522 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 39 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Lun 4 Oct 2021 - 11:42 )
« Va te faire foutre ! » Une porte qui claque, celle de son bureau qui ne se ferme d'ailleurs pas si bien que ça, sûrement à cause des nombreuses fois où le bois de la porte a claqué contre le chambranle. Alors Esteban la rouvre pour la claquer de nouveau, plus fort cette fois, histoire qu'elle ferme bien et parce qu'il n'était jamais dans l'abus. Alessio allait le rendre marteau et il y avait des fois, comme maintenant, où il ne pouvait plus rester dans la même pièce sans avoir envie de lui sauter à la gorge. Un petit tour dans le commissariat s'imposait, histoire de faire retomber la pression et de refouler ses envies de meurtre. « Tu ne l'as pas encore massacré, Sanchez ? » Ah bien entendu, cela rendrait sûrement service à beaucoup de monde ici qu'ils se mettent dessus avec l'autre cloche, mais chaque chose en son temps. Il ignore la question du collègue, la même qu’il entendait tous les jours depuis des mois. Il savait que des paris étaient en cours, pas étonnant venant de certains de leurs collègues qui n'avaient apparemment rien de mieux à faire de leur journée que de parier sur celui qui démolira qui en premier. Rares étaient celleux qu'il appréciait dans ce bâtiment, heureusement il pouvait aller squatter chez les stups quand il ne pouvait plus voir son propre service en peinture. Esteban n'avait la tête à rien aujourd'hui, les nerfs encore à vif et la main légèrement tremblante, ce type allait lui donner un ulcère.

Un café lui ferait le plus grand bien, comme s'il en avait besoin, comme s'il n'était pas déjà assez énervé, mais on était plus sur l'ordre de l'addiction. Esteban et le café c'était une grande histoire d'amour, il n'en avait jamais assez et cela l'aidait à tenir. Notamment en ce moment avec cette affaire de chasse à l'homme qui était, elle aussi, en train de le rendre complètement marteau. Il n'avait que très peu de pistes malgré le témoignage des différentes victimes retrouvées en vie, comment pouvait-on disparaître aussi facilement ? Son affaire hante son esprit et ses nuits depuis des semaines et le voilà en train de marmonner devant la machine à café, attendant patiemment que son café ne soit prêt. « Salut. » Oh pitié, pas lui. Esteban en était rendu à ne pas se rendre devant le distributeur de boissons chaudes si Erio le mal aimable était dans les parages, c'est dire à quel point il l'évitait. Il n'avait rien contre lui, mais ils partageaient toujours des moments gênants et silencieux lorsqu'ils se retrouvaient là, il se demandait même s'il ne préférait pas s'engueuler avec Alessio dans son bureau. Mais Ô surprise, Erio semble être doté d'un vocabulaire plus etoffé. « Je crois que c'est la première fois que je t'entends prononcé une phrase de plusieurs mots. » Légèrement sarcastique, il lui lance un regard presque amusé avant de se tourner de nouveau vers la machine, bien décidé à prendre sa boisson et de trouver un autre endroit pour la boire. Pourquoi pas rester finalement ? Le policier lâche un soupir et prend son café avant de lui laisser la place, ne quittant pas les liens pour autant, restant sur le côté. « Mais pour répondre à ta question, oui c'est un sacré con. Comme beaucoup ici, mais je crois que je ne t'apprends rien puisque je te mets dans le lot. » Il se permettait de le dire car il savait que son collègue allait lui répondre quelque chose du genre alors autant avoir le plaisir de le dire en premier. « Pourquoi tu ne bosses plus sur cette affaire d'ailleurs ? » Entre ce qui se dit et ce qui est officiel, il y avait de grands fossés. Beaucoup de rumeurs circulaient ici, sur un peu tout le monde, il fallait faire le tri ou alors croire tout ce qu'on pouvait raconter et faire partie des cons.


I never, even for a moment, doubted what they’d told me. This is why it is that adults and even parents can, unwittingly, be cruel: they cannot imagine doubt’s complete absence. They have forgotten.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiLa pomme, fruit libéré
Erio Mazzei
https://www.ciao-vecchio.com/t8968-erio-mazzei https://www.ciao-vecchio.com/t8896-erio-o-35-ans-o-lieutenant-de-police
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Jesse Soffer ©Carole71
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, personnage grognon
Messages : 1014 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Sam 9 Oct 2021 - 17:59 )
Esteban a raison. A chaque fois qu’il se trouve dans la même pièce que lui, il ne pipe un mot. Ca l’embête de discuter avec ce type qu’il ne trouve sans aucun intérêt, comme toutes les personnes qu’il croise au commissariat, si ce n’est sa petite équipe, Dario et les collègues qui partagent avec lui le baseball, un sport qu’il joue uniquement avec elleux. C’est grâce à ça qu’il a trouvé d’autres ami·e·s au sein de la police. Le contraire ne l’aurait pas dérangé non plus.
- Vrai. Faut dire que ta sale gueule m’encourage pas, dit-il, sereinement.
N’importe qui à la place d’Esteban aurait mal pris sa remarque. Ce n’est pas pour rien qu’on ne le porte pas dans son coeur. Il fait parti des types à éviter, qu’on apprécie pas côtoyer et sa mauvaise humeur, ainsi que son air bougon et ses répliques désagréables en sont responsables. Mais il croit savoir que son collègue n’est pas mieux dans son genre. Et sa répartie le confirme. Sur son visage, Erio n’exprime rien, mais il est bel et bien amusé. A force de l’entendre, ça ne le choque même plus.
- S’il y avait un concours de sales cons, ça se jouerait certainement entre toi et moi.
C’est un statut qu’il assume parfaitement. Gamin, il était adorable, aimable et lorsque sa mère y fait mention, c’est toujours la même réaction : la surprise. Si bien qu’il déteste quand elle en parle avec fierté. Son attitude a changé avec son père. Les moments durs, partagés avec lui, ont bouleversé sa vie entière et le harcèlement subit l’a poussé à se protéger, à maintenir une grande barrière, un mur entre lui et les autres. Il ne l’a pas toujours très bien vécu, mais à ce jour, Erio vivrait bien mal d’être considéré comme étant un Bisounours. Les gens gentils se font marcher sur les pieds, ce qui, ici, ne risque pas d’arriver.
- Peut-être que dans ce domaine, tu remporterais la médaille. Pour une fois que t’es bon dans quelque chose.
A son tour, il prend place devant le distributeur qu’il nourrit d’une pièce de cinquante centimes, choisit un espresso et récupère le reste de sa monnaie.
- J’étais un peu pété, ment-il, en ramassant son gobelet. Là, il se tourne vers son collègue qui, soit, n’est pas au goût du jour, soit n’a pas correctement écouté les rumeurs, puis ajoute : Tu sais, l’alcool et moi, ça fait pas bon ménage. Qu’est-ce que disent les rumeurs au fait ?
Visiblement, c’est lui qui a perdu une affaire, alors qu’il s’agit du contraire. C’est justement lui qui en récupère une. Les langues de vipère ne font pas toujours bien leur job.


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.


ESTEBOULE  [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... 3858275945
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezLa myrtille, fruit obscure
En ligne
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Proserpine (avatar) Astra (signature)
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : deuil, violence, homophobie
Messages : 522 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 39 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Dim 17 Oct 2021 - 1:40 )
Esteban était venu dans ce coin du commissariat pour avoir la paix, ne serait-ce que cinq minutes, le temps que la pression redescende. Partager son bureau avec le plus grand chieur que la Terre ait décidé de porter n'était vraiment pas de tout repos. Oui, il méritait clairement une médaille pour ça et oui, il allait en réclamer une, il ne savait pas encore à qui ou comment, mais il l'aurait sa médaille. Bien évidemment, le calme fut de courte durée car déjà, le policier le moins loquace des lieux le rejoint. L'avantage, c'est qu'ils perdaient tous deux l'envie de parler lorsqu'ils se croisaient, se contentant de hochements de la tête ou de marmonnements à peine polis. Mais l'humeur d'Esteban était telle que son goût de la provocation refait surface et il n'est même pas surpris d'entendre Erio y répondre. Vraiment friand des joutes verbales, Esteban allait s'en donner à cœur joie. Il aurait pu être choqué par ses mots, mais c'est plutôt l'amusement qui s'installe, un amusement réciproque, mais qu'ils se gardent bien de cacher, préférant s'en mettre plein les dents comme pour se prouver quelque chose, c'était à celui qui aurait le dernier mot. « Plus toi que moi, quand même, je ne t'arrive même pas à la cheville. » Un sourire qu'il veut poli mais qui trahit fort l'ironie de la situation.

Esteban ne connaissait pas bien Erio, il n'allait donc pas mettre sa main à couper sur qui était plus con que qui. Le brun était pas mal dans son genre, il ne cherchait même plus à le cacher désormais, personne ici ne méritait ses faveurs à part quelques rares personnes. « Des médailles, j'en mérite plein. Notamment celle du plus méritant, vous supporter toustes relève de l'exploit. » Oui, bon, il en faisait peut-être des caisses, mais il le pensait réellement. Deux têtes de con qui parlent ensemble, voilà quoi ça ressemblait et cela tournait vite en rond, Esteban décide finalement de parler chiffons ou presque, déviant la conversation sur l'enquête de son collègue. Clignant des yeux lorsqu'il lui confie le rapport qu'il entretenait avec l'alcool, prouvant son désintérêt total de la chose, il hausse des épaules. « Les rumeurs disent que t'es trop nul pour résoudre une affaire. » Encore une fois, il exagère et amplifie ce qu'il avait entendu, mais c'était ce qui se disait grossièrement. Très ironique de la part d'un policier qui faisait du surplace dans sa propre enquête, mais il se gardait bien de le dire. « Tu sais ce qu'on dit, il n'y a pas de fumée sans feu, donc je pense qu'il doit y avoir une part de vérité là-dedans. T'en penses quoi, Erio le naze ? » Un air fier sur le visage, Esteban boit une gorgée de son café brûlant.


I never, even for a moment, doubted what they’d told me. This is why it is that adults and even parents can, unwittingly, be cruel: they cannot imagine doubt’s complete absence. They have forgotten.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiLa pomme, fruit libéré
Erio Mazzei
https://www.ciao-vecchio.com/t8968-erio-mazzei https://www.ciao-vecchio.com/t8896-erio-o-35-ans-o-lieutenant-de-police
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Jesse Soffer ©Carole71
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, personnage grognon
Messages : 1014 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Dim 17 Oct 2021 - 19:40 )
Amusé, Erio ne cache pas un sourire en coin, et valide silencieusement. C’est vrai que dans ce domaine, il est très fort, à tel point que même sa famille ne le comprend pas toujours. Son attitude engendre des incompréhensions, des tensions et des conflits qui finissent par se résoudre au fil des conversations… Au bout de plusieurs mois à se faire la gueule, ou à ne rien se dire sur les moments houleux. Et encore, Esteban ne sait pas tout. Quand il s’y met, il peut aller très loin. Sa relation avec Emma l’a prouvée. Même s’il n’admet pas qu’il a fait quelque chose de mal ; après tout, iels ne formaient pas un couple et étaient libres d’agir comme bon leur semblait. Changer de numéro de téléphone était donc dans son droit.
- Ca fait toujours plaisir de voir tous ces efforts récompensés.
Et il accepterait avec plaisir la coupe qu’on lui décernerait. Le policier échappe un rire, court, sans joie, juste pour se moquer.
- Celle-ci, c’est plutôt à moi qu’elle reviendrait. Tous les jours vous m’faites chier et tous les jours j’suis là. Et dans la bonne humeur en plus, lâche-t-il, sachant pertinemment qu’il ne dégage aucun bonheur, aucune joie. Il n’y a aucun plaisir à s’en approcher et quand il s’agit de demander un service, ce n’est surtout pas vers lui que ses collègues iraient. Cette réputation qui lui colle à la peau lui va très bien. Après avoir donné à manger au distributeur, Erio récupère son gobelet et boit une gorgée, les yeux figés dans les siens.
- Le contraire m’aurait déçu. Les gens m’aiment trop ici. Hein, Estebanane.
Iels ne peuvent pas s’empêcher de parler de lui. En bien, en mal, qu’importe, on parle de lui. Et tant qu’il ne passe pas à côté pour entendre les comparaisons douteuses entre lui et son père, tout va bien. Tout ça, là, ça lui est bien égal, parce qu’en attendant, c’est lui qui a récupéré une affaire. Les rumeurs sont fausses, mal dirigées, devraient plutôt critiquer Ciro à qui on a retiré l’enquête, mais ça lui passe au-dessus.
- Erio le naze pense que pour quelqu’un qui n’donne pas de bons résultats, que t’as une bien grande gueule.
A la base, il désirait uniquement prendre sa boisson et se casser dans son bureau, mais finalement, l’échange lui plaît, alors il s’adosse contre le mur et reprend :
- Comment vont tes victimes ?
Terrain dangereux ?
- Hein, Esteboule ?


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.


ESTEBOULE  [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... 3858275945
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezLa myrtille, fruit obscure
En ligne
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Proserpine (avatar) Astra (signature)
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : deuil, violence, homophobie
Messages : 522 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 39 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Lun 18 Oct 2021 - 11:32 )
L'échange prend un tournant que le policier n'avait pas soupçonné de prime abord, mais ce n'est pas pour autant qu'il n'aimait pas cela. Être sous tension, il l'était tous les jours, encore plus ici. Ses collègues étaient tous des incapables, chacun d'entre eux, il le pensait depuis le premier jour où il avait eu à faire à des policiers, à la mort de sa sœur. Jamais un seul flic n'avait brillé à ses yeux et on pourrait même se demander si Esteban aimait ce qu'il faisait, mais là encore, c'était une autre histoire. Malgré la tension qui régnait ici, dans ce commissariat, et plus particulièrement, près de la machine à café, le policier aimait cette ambiance, aussi curieux que cela puisse paraître. Il avait pris l'habitude de travailler sous tension, devenant plus efficace et plus rapide, cela avait toujours été ainsi. Mais les tensions entre collègues, c'était différent. Erio semblait prendre autant de plaisir que lui dans cette joute verbale et Esteban s'amusait. Presque. « C'est vrai que tu transpires la bonne humeur toi. » L'hôpital qui se foutait de la charité, vraiment. Ils étaient aussi aimables qu'une porte de prison et blindée en plus, alors niveau bonne humeur, on pouvait repasser. Esteban laisse échapper un rire plutôt amusé en entendant ce nom qu'il lui donnait. Ok, ok, il fallait reconnaître que c'était marrant, même s'il a dû préparer cette vanne depuis un moment, sûrement avait-il cherché sur Google des jeux de mots foireux pour ce prénom en particulier. « On.t'adore !! Et tes jeux de mots encore plus. » Esteban feint la sincérité avant de secouer la tête, blasé, finissant son gobelet de café. Il se foutait pas mal des rumeurs sur Erio, il savait encore faire la part des choses, même si, comme il l'avait dit, il n'y avait pas de fumée sans feu, mais le souci avec lui, c'est qu'il ne savait pas quand il était sérieux ou non. En quelques secondes, l'amusement fait place à l'agacement. Esteban referme son poing sur son gobelet vide qu'il écrase et jette dans la poubelle, près de là, jetant un regard noir à Erio le naze. Il avait été le premier à parler des résultats de ses enquêtes, il devait bien se douter qu'il lui renverrait l’ascenseur. Mais ça ne passe pas. Il ne sait pas ce qui le fait bouger, le surnom complètement foireux ou l'allusion à son enquête ? Le policier se fond sur lui rapidement, tapant dans le gobelet d'Erio pour le faire tomber avant de lui saisir le col, le coinçant contre le mur, le regardant dans le blanc des yeux avec un air très sérieux cette fois. « Ecoute-moi bien Erio le naze, ce que je fais de mon enquête ça me regarde. » Et peut-être un peu son chef aussi, mais là encore, il préférait ne rien dire. « Quand on n'est pas capable de garder une enquête, on évite de baver sur celles des autres hm ? » Esteban le relâche avant de lui tapoter la joue comme s'il tapotait celle d'un gamin qui avait fait une bonne action, sauf qu'ici, le policier ne retenait pas sa force et les petites tapes ressemblait plutôt à des gifles. « M'emmène pas sur ce terrain-là Mazzei. » Une menace déguisée en mise en garde, Esteban n'était clairement plus d'humeur.


I never, even for a moment, doubted what they’d told me. This is why it is that adults and even parents can, unwittingly, be cruel: they cannot imagine doubt’s complete absence. They have forgotten.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiLa pomme, fruit libéré
Erio Mazzei
https://www.ciao-vecchio.com/t8968-erio-mazzei https://www.ciao-vecchio.com/t8896-erio-o-35-ans-o-lieutenant-de-police
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Jesse Soffer ©Carole71
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, personnage grognon
Messages : 1014 [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le Mar 26 Oct 2021 - 21:07 )
- T’as vu un peu. J’suis le cousin du nain Joyeux.
Il n’y a pas plus heureux que lui et ça se voit tous les jours de l’année, peu importe où il se trouve. Au commissariat, ce sont juste les autres qui sont de mauvaise humeur et qui ne voient pas à quel point leur collègue est agréable. Erio ramène des croissants, des pains au chocolat, du café chaud. On le remercie même pour ça. Une collègue lui a même dit qu’il était son sauveur, une fois et c’est resté en mémoire. Enfin, tout ça, c’était dans un rêve, mais personne n’est obligé de le savoir. La vérité est autre. Difficile de ne pas le constater de soi-même.
- J’m’entends d’ailleurs très bien avec tout le monde. C’est toi, là, le mal-aimé, pas moi, dit-il, en lui adressant un clin d’œil. Esteban lui-même confirme qu’on l’adore. Quant à ses jeux de mots, Erio en est fier. Il ne sort pas ça d’un Kinder Surprise, mais bien de son imagination débordante, qui n’a nullement besoin de Google (hein, Aurélie Biencequetaécri).
Son sourire s’agrandit en apercevant ce gobelet dans sa main, qu’il écrase. Il est certain que s’il avait pu le faire, Esteban l’aurait désintégré, le mettant en poussière. Et lorsque son collègue fonce sur lui, faisant tomber son café, l’homme ne retient pas un éclat de rire. Il désirait l’énerver, ça, c’est chose faite, mais il ne pensait pas que ce serait aussi simple. Son seul regret, c’est qu’il ait gâché son café dégueulasse, mais ce n’est pas pour quelques centimes.
- Oh bah alors, on se met en colère. Ca supporte pas le retour du bâton, dit-il, en touchant son cœur, faussement peiné. Outch. Tu m’as touché. J’suis tristesse.
Ses propos ne peuvent l’atteindre, puisque l’histoire infondée n’est pas réelle. Au contraire, il aime jouer dessus. Peut-être qu’un jour, Esteban comprendra. À ses petites frappes, l’italien grimace, puis décale sa joue, avant de faire la même, lui redonnant la même force.
- Esteroule ma poule, lâche-t-il, en se dégageant de son emprise. Cette discussion… ajoute-t-il, en remettant de la monnaie dans le distributeur. Erio plante ses yeux dans les siens et termine : J’espère que j’ai fait d’elle ton essentiel.


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.


ESTEBOULE  [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... 3858275945
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... Empty
# Sujet: Re: [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Esteboule & Erio le naze | Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir se dire... -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Commissariat de police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut