La beauté d'une sculpture. // Prudence

Revenir en haut
Aller en bas

-41%
Le deal à ne pas rater :
-181€ sur le volant de course LOGITECH G29 Driving Force – ...
259 € 441 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -56%
GIGABYTE – Disque SSD Interne – 256Go ...
Voir le deal
24.99 €

 

- La beauté d'une sculpture. // Prudence -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mynona MacKenzieL'abricot, fruit du bonheur
Mynona MacKenzie
https://www.ciao-vecchio.com/t9100-mynona-mackenzie https://www.ciao-vecchio.com/t9119-mynona-31-ans-conservatrice#298277
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Emma Watson ©Proserpine + @Hidden-falls
Style RP :
Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas - sous condition.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Mariage forcé, fausse couche, violence physiques et morales, dépression
Messages : 77 La beauté d'une sculpture. // Prudence Tumblr_o86fccRsIf1s9f17oo6_250
Âge : 31 ans
Métier : Conservatrice de sculpture pour le Museo di Capodimonte.
La beauté d'une sculpture. // Prudence Empty
# Sujet: La beauté d'une sculpture. // Prudence ( le Mar 21 Sep 2021 - 11:19 )
Mynona était parti tôt de la ferme ce matin. Elle avait tout de même pris le temps de faire le tour de tous les animaux pour leur faire des câlins et leur dire des mots gentils avant de donner les dernières directives pour la journée puis de monter dans sa voiture électrique. Elle avait bien précisé que l’enclos des poules devait être renforcé et avait donné cette mission à l’une des employés. Il ne s’agirait pas qu’elles s’évadent de cet endroit qui leur veut que du bien. Se garant sur le parking, elle était toujours dans les premières à arriver. Elle aimait marcher dans les grandes galléries, seule, dans le silence. Contempler ces œuvres qui semblaient parfois bouger au gré des lumières. Mynona aimait cette atmosphère si paisible et tranquille. Dans sa vie, elle n’avait pas eu beaucoup de moments comme cela alors elle en savourant chaque seconde qui s’égrainait. Passant la porte des employés, elle salua le gardien et échangea quelques paroles avant de descendre dans les entrepôts ou plusieurs statues attendaient des soins avant d’être montré aux visiteurs.

Ce qu’elle aimait le plus dans son travail était probablement le fait de pouvoir redonner des couleurs, des émotions à des chefs d’œuvres vieux de plusieurs siècles. Mynona appréciait chaque jour un peu plus cette connexion qu’elle pouvait créer avec une sculpture. Une passion, un ressentiment qu’elle avait partagé avec Prudence sans que cette dernière ne se moque d’elle. Peu certaine d’elle, Mynona ne se serait pas confiée à une autre personne de toute façon. Il n’y en avait pas beaucoup qui ont sa confiance et c’était très bien ainsi selon elle.

Son manteau accroché, son écharpe également, elle glissa les gants dans les poches de son imperméable avant d’aller voir la liste des choses à faire puisqu’elle avait terminé ses dernières tâches hier. Mynona avait des statues à identifier et en lisant la liste vit que Prudence allait recevoir aujourd’hui des statues de Pompei. Son regard s’éclaira, aucun nom n’avait encore été marqué pour l’assister. Premier arrivé, premier servit. La jeune femme le savait, alors, à peine son mentor devant elle, après l’avoir salué d’un immense sourire et d’un bonjour : Mynona attaqua dans le vif du sujet.

“Diiiiis ! J’ai vu que tu recevais des statues de Pompei ! Je peux t’aider ? Il n’y a personne pour t'assister encore j'ai vu.” Telle une gamine, elle sauta sur place : “Dis oui, dis oui, dis oui s’il te plaît et je t’invite au restaurant !” Tout, elle serait prête à toute pour contempler de ses propres yeux ces œuvres conservés par la lave il y a des siècles de cela. “S’il te plaît, s’il te plaît.” Elles étaient que deux dans la salle, elle se permettait ce genre de familiarité seulement quand elle était avec Prudence en tête-à-tête. Personne d’autre ne méritait de voir ce côté de sa personnalité.

D’ailleurs, quand un de leur collègue masculin rentra, elle se calma immédiatement et se fit toute petite alors qu’il les saluait gentiment. Mynona leva sa main pour toute réponse. On ne pouvait pas lui en demander plus quand il était question d’homme.


“The past can not be cured.” Elizabeth the First.
Revenir en haut Aller en bas
Prudence DangerL'abricot, fruit du bonheur
Prudence Danger
https://www.ciao-vecchio.com/t8995-prudence-danger https://www.ciao-vecchio.com/t8996-prudence-o-37-ans-o-conservatrice-de-musee
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Caitriona Balfe © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en elle
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : relation abusive, sexisme
Messages : 381 La beauté d'une sculpture. // Prudence 964cd6fc3c8eab722d66e471286e7091e9647b8b
Âge : 37 ans (02/02/1984)
Métier : Conservatrice au Musée de Capodimonte
La beauté d'une sculpture. // Prudence Empty
# Sujet: Re: La beauté d'une sculpture. // Prudence ( le Dim 17 Oct 2021 - 1:37 )
Il était très tôt lorsque Prudence franchit l'entrée réservée aux employé·e·s du Musée. À peine six heures et demi, elle était très matinale, la faute à une nuit qui fut brève, mais tout de même reposante. À cette période de l'année, la jeune femme faisait toujours de courtes nuits, elle ne se l'expliquait pas vraiment, possiblement le changement de saison. Quoiqu'il en soit, la jeune femme était la première arrivée ce matin, hormis le gardien qui terminait sa ronde de nuit, attendant le collègue qui prendrait la relève sur les coups de sept heures. Prudence le salue poliment, sans vraiment s'attarder, se pressant vers la salle où se retrouvait les employé·e·s durant les pauses ou avant leur journée de travail, son badge autour du cou. Les lieux étaient silencieux, rien ne venait troubler le calme après le bruit des talons de ses escarpins sur les dalles de marbre. Prudence adorait ce bruit et la résonance qu'il provoquait dans le dédale des galeries qu'elle met toujours un point d'honneur à arpenter, chaque matin, du moins celles qui étaient sous sa direction. Ces œuvres, elle les couvait comme une poule couvait son œuf. Elle était responsable de leur bien-être et de leur survie et elle prenait son rôle très à cœur. Restant un moment devant l'une des toiles du Caravaggio, appréciant la précision du clair-obscur dont il avait été l'un des spécialiste, Prudence rejoint finalement les sous-sols pour poser ses affaires.

La conservatrice jette un œil sur la liste des dernières œuvres arrivées et s'étonne que les dernières statues provenant de Pompéi, pour une exposition temporaire, n'ont pas trouvé preneur·se·s. Bien heureuse d'avoir cette occasion unique, Prudence inscrit son nom sur la feuille et ne perd pas de temps. Toujours son badge autour du cou, la jeune femme entre dans la salle où étaient entreposées toutes les caisses renfermant les œuvres prêtes à être dévoilées au grand public. Elle cherche un moment la référence de la caisse qu'elle avait gardée en mémoire et la trouve près de l'entrée. La caisse était relativement petite, il n'y avait que deux statues de petites tailles, son travail d'identification serait rapide. Une fois la caisse ouverte sur une table à sa hauteur, Prudence reste un moment à contempler les deux statues à moitié enfouies dans des copeaux de polystyrène, les mains posées sur les rebords de la caisse en bois, un air émerveillé et fier sur le visage. Finalement, elle relève la tête brusquement, le cœur battant, remarquant Mynona qu'elle n'avait pas même pas entendu entrer, mais qu'elle salue en retour. Elle n'était presque pas surprise de la voir ici, et c'est véritablement amusée, qu'elle la voit trépigner devant elle comme une enfant devant un sapin de Noël chargé de cadeaux. « C'est exact.. » Est-ce qu'elle la faisait gentiment mariner ? Oui, un peu. Elle finit par hausser un sourcil, intriguée, mais ravie d'avoir gagné un repas au restaurant. « Tu sais que même sans restaurant, j'aurai accepté que tu m'assistes ? Mais deal ! » Prudence rit de bon coeur, la fraîcheur de la plus jeune et le lien qu'elles avaient toutes les deux étaient un véritable bonheur, surtout ici, dans ce milieu encore trop masculin. Elle salue d'ailleurs le collègue présent lui aussi dans la pièce, qui semblait venir d'arriver, avant de reporter son attention sur Mynona, devenue calme. « Tu es bien matinale aujourd'hui, tout va bien ? » s'enquit-elle avant que son regard ne se repose sur les statues. Les mains gantées, Prudence se saisit de l'une d'elle. Elle était faite de bronze, devait faire près d'un demi-mètre de haut et pesait donc son poids. C'est donc sans traîner qu'elle la pose délicatement sur la table. « Magnifique. » Prudence ne peut retenir son admiration pour le soucis du détail, la finesse des traits de cette oeuvre représentant le dieu Apollon, vieille de plus de deux mille ans.


Walk on, with hope and
you'll never walk alone

by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Mynona MacKenzieL'abricot, fruit du bonheur
Mynona MacKenzie
https://www.ciao-vecchio.com/t9100-mynona-mackenzie https://www.ciao-vecchio.com/t9119-mynona-31-ans-conservatrice#298277
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Emma Watson ©Proserpine + @Hidden-falls
Style RP :
Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas - sous condition.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Mariage forcé, fausse couche, violence physiques et morales, dépression
Messages : 77 La beauté d'une sculpture. // Prudence Tumblr_o86fccRsIf1s9f17oo6_250
Âge : 31 ans
Métier : Conservatrice de sculpture pour le Museo di Capodimonte.
La beauté d'une sculpture. // Prudence Empty
# Sujet: Re: La beauté d'une sculpture. // Prudence ( le Jeu 21 Oct 2021 - 19:26 )
Mynona avait rapidement repéré son mentor dans la pièce, elle contemplait une caisse. Inutile de se demander ce qu’il y avait dedans : elle se doutait que c'était des merveilles ! Près de Prudence, elle ne perdit pas une seule seconde et lui demanda, ou plutôt s’imposa en quelque sorte, si elle pouvait l’aider à travailler sur les statues qui venaient de Pompéi. Lieu symbolique pour tous les Napolitains, lieu mythique pour les historiens et archéologues. Mynona se savait privilégié de pouvoir approcher de telles œuvres : elle savait sa chance et elle était reconnaissante pour ces opportunités. Chaque tête-à-tête avec ces objets du passé était une expérience gravée dans son esprit. C’est bien pour ça qu’elle ne se plaignait pas plus que cela : combien de personnes pouvaient dire aimer leur travail au point de ne pas regarder la montre une fois dans les locaux ? Et puis, avec Prudence en guide et mentor : comment ne pas encore plus apprécier ces instants volés au temps ?

Attendant avec impatience sa réponse, elle garda ses grands yeux ouverts sans cligner. Trépignant sur place, elle était heureuse. Mynona rigola : “C’est une excuse pour passer du temps ensemble en dehors du travail.” Car Prudence était une amie en plus d’être une collègue. Elle l’avait soutenu et la conservatrice n’était pas une personne ingrate. Elle saurait lui rendre l’appareil.

Sa bonne humeur s’envola en même temps qu’elle vit leur collègue. Mynona le salua par la force des choses, mais tout le monde savait qu’elle était plus distante avec les hommes. Des efforts, elle en faisait, mais au prix de son énergie et mettait plus de temps à se remettre de ces rencontres. C’est la voix de Prudence qui la sort de cette torpeur :

“Oui, je me suis réveillée avant mon réveil et j’ai trouvé la force de sortir du lit au lieu de flâner sur instagram alors je suis allée nourrir les bêtes et je suis venue plus tôt.” Les joies d’aimer son métier. Mynona enfila des gants également et contempla les statues qui étaient encore dans leur cocon de plastique. Étendant ses bras pour l’aider à porter au besoin celle que Prudence venait de prendre : elle s’approcha pour inspecter les moindres détails. “La finesse des traits…” La jeune femme sourit : “On dirait qu’elle a été coulée hier.” C’était ce qu’il y avait de magnifique dans leur métier : “C’est quand même dingue de penser qu’ils ont réussi à atteindre un tel niveau de perfection avec les moyens de l’époque !” Mynona l’admirait sous tous les contours : “J’espère que l’autre est encore en meilleur état ! C’est bizarre qu’elles aient été renvoyées quand même. Il y a une raison sur le papier ?”


“The past can not be cured.” Elizabeth the First.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
La beauté d'une sculpture. // Prudence Empty
# Sujet: Re: La beauté d'une sculpture. // Prudence ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- La beauté d'une sculpture. // Prudence -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut