Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois

Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
20 Boîtes de 50 masques médicaux type IIR (1000 masques, 1,50€ la ...
29.99 €
Voir le deal

 

- Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Clarizio Entreprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Leonora FaveroLa pomme, fruit libéré
Leonora Favero
https://www.ciao-vecchio.com/t9145-leonora-favero https://www.ciao-vecchio.com/t9153-leonora-o-32-ans-o-assistant-e-de-direction
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Elizabeth Olsen, © Proserpine
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en iel
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : abandon, burn-out, mégenrage, embyphobie
Messages : 367 Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Tumblr_inline_p4d0u7Fo261v9cklm_250
Âge : 32 ans (28/04/1989)
Métier : Assistant.e de direction dans l'entreprise Clarizio, chargé.e de la communication notamment sur la branche immobilier
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le Lun 27 Sep 2021 - 12:35 )
Ce matin, c'est la course pour Leo qui avait suffisamment pris son temps sous la douche, mais la musique entraînante qu'iel avait écouté tout le long, lui avait fait faire un solo de batterie improvisé, enroulé.e dans sa serviette, devant le miroir de sa salle de bains. Il y avait pire pour commencer son lundi. Mais la journée débutait à peine et elle promettait d'être longue. L'heure qu'iel passe avant d'aller au travail est souvent rythmée par la musique ou par toutes sortes de choses qui avaient pour but de masquer cette petite boule au ventre. Leonora adorait son travail, là n'était pas le soucis, mais iel avait bien du mal, ces derniers temps, à réaliser un travail à la hauteur de ce dont iel est capable sur le papier. Iel se rappelle encore de son entretien d'embauche, où iel avait été enjoué·e et dynamique, vantant son organisation à toute épreuve, on était loin du compte désormais. Leo avait juste l'impression d'être un·e imposteur·euse, de ne pas mériter cette place, qui, pourtant, lui avait tendu les bras et qui était faite pour iel. Il lui fallait encore du temps pour prendre ses marques, mais après deux mois, iel avait juste la sensation de n'être pas fait·e pour ce poste, se demandant même comment son patron ne l'avait pas encore viré·e. Demetrio Clarizio. Rien que ce nom lui donne la chair de poule. Iel n'avait rien contre lui, mais iel perdait totalement ses moyens lorsqu'il était dans la même pièce, sans ambiguïté aucune. Iel ressentait cette pression que jamais iel n'avait ressenti, notamment lorsqu'il venait lui demander des comptes sur telle ou telle chose qu'iel aurait oublié ou mal fait. Mais désireux·se de bien faire, Leonora ne baissait pas les bras, du moins pas devant témoin.

Il était un peu plus de sept heures, les rues de Santa Lucia s'éveillaient à peine que Leo courait déjà pour ne pas arriver en retard. En retard, iel ne l'était jamais puisqu'iel arrivait toujours près de trois-quarts d'heure en avance pour revoir tous les dossiers et se remémorer les rendez-vous de la journée. Leo était de nature un peu tête en l'air, mais depuis qu'iel travaillait pour les Entreprises Clarizio, c'était de pire en pire. Sa nature étourdie grandissait de manière exponentielle à mesure où le stress montait et pour le moment, iel tenait bon. Pour le le moment. Alors que son pas se presse dans les petites rues de Santa Lucia, Leo se met à jongler entre son téléphone personnel et son téléphone professionnel, farfouillant dans son sac à la recherche de sa carte de bus. Ses clés de bureau se mêlent à la bagarre, se crochetant dans la fermeture éclair, alors Leo insiste, force et les clés lui échappent des mains. Le reste de la scène se passe comme dans un plan en slow motion dans un film d'action. Les clés dans les airs, la bouche d’égout juste en dessous et Leo qui vide ses poumons en criant son désespoir. Non, iel n'en faisait pas des caisses, car c'étaient ses clés de bureau et c'était la dernière chose qu'iel devait perdre aujourd'hui. Bien entendu, les maudites clés tombent pile entre deux barreaux de la bouche d'égout et Leo se retrouve déjà à genoux devant celle-ci, le bras enfoncé dans la cavité, à la recherche de son sésame, criant à tue-tête sous les yeux des quelques rares passant·es. Mais iel ne trouve rien, si ce n'est des déchets et de l'eau souillée, excellent début de semaine !

C'est avec une tête de dix pieds de long que Leonora entre dans les locaux de l'entreprise, tenant son bras gauche loin de son corps de manière à ce qu'il ne lea touche pas, un air de dégoût sur le visage. Iel ne s'arrête même pas pour saluer ses collègues, iel n'en a pas l'envie, ni l'énergie, il fallait absolument qu'iel change de haut avant de commencer cette journée. Par chance, Leo gardait toujours une tenue de rechange depuis son accident de sauce tomate lors d'un déjeuner il y a quelques semaines. Arrivé·e devant la porte de son bureau, iel se rappelle subitement la perte de ses clés. Iel a beau tirer la poignée dans tous les sens, secouer la porte et mettre des coups d'épaule, non elle ne s'ouvre pas. L'une de ses collègues, visiblement plus inquiète du bruit occasionné que par sa soudaine détresse, passe une tête dans le couloir, observant Leo qui arrête bien vite, faisant mine de chercher quelque chose dans son sac. « C'est toujours pénible de retrouver ses clés dans tout ce foutoir ! » Un petit sourire de circonstance, attendant gentiment qu'elle disparaisse de son champ de vision avant de reprendre le forçage de cette porte. Peut-être en la crochetant ? Mais il n'y avait que dans les films que les protagonistes avaient des épingles à cheveux. Sérieusement, qui portait des épingles à cheveux ? Le coup de la carte bancaire, c'était hors de question, iel était capable de la casser. Leo avait choisi la violence aujourd'hui, peut-être qu'en secouant la porte dans tous les sens, elle finirait par s'ouvrir d'elle-même ? « Ouvre toiiiii !!! »


Danser, c’est comme parler en silence.
C’est dire plein de choses sans dire un mot.

by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le Dim 3 Oct 2021 - 21:47 )


Revenir en haut Aller en bas
Leonora FaveroLa pomme, fruit libéré
Leonora Favero
https://www.ciao-vecchio.com/t9145-leonora-favero https://www.ciao-vecchio.com/t9153-leonora-o-32-ans-o-assistant-e-de-direction
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Elizabeth Olsen, © Proserpine
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en iel
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : abandon, burn-out, mégenrage, embyphobie
Messages : 367 Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Tumblr_inline_p4d0u7Fo261v9cklm_250
Âge : 32 ans (28/04/1989)
Métier : Assistant.e de direction dans l'entreprise Clarizio, chargé.e de la communication notamment sur la branche immobilier
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le Dim 17 Oct 2021 - 1:38 )
Leonora avait beau s'acharner sur la poignée de la porte, cette dernière ne s'ouvrait pas. Iel savait que, parfois, lorsque la poignée tombait, il suffisait d'enfoncer une pince ou quelque chose s'en approchant, pour tourner le loquet, mais les portes d'ici ne semblaient pas fonctionner ainsi. Peut-être qu'en tirant de toutes ses forces, un miracle allait se produire ? Leo croyait aux miracles, après tout dans les téléfilms diffusés durant la période de Noël, ce genre de choses pouvait arriver. Iel avait fait abstraction de ce qui se passait autour, le regard rivé sur cette poignée ainsi que la serrure, qui lui donnaient du fil à retordre. L'assistant·e avait déclaré la guerre aux portes. Comme s'iel étaient possédé·e par Xena en personne, iel pousse un cri affreux qui s'apparentait à un cri de guerre raté, mais on a la journée qu'on mérite. Un coup d'épaule et une petite douleur plus tard, la porte récalcitrante n'avait pas bougée.

Plissant ses yeux pleins de défi, Leo sursaute en entendant un raclement de gorge et toute sa confiance s'envole en un instant. S'il avait s'agit de quelqu'un d'autre, iel aurait continué, iel était même prêt·e à appeler le pouvoir suprême des dieux de l'Olympe, mais pas devant le patron. Instinctivement, Leo rentre sa tête entre ses épaules, comme pris·e sur le fait, et c'était le cas. Demetrio, enfin Monsieur Clarizio, avait cette fâcheuse manie de lui faire perdre ses moyens. Habituellement si sûr·e d'iel, Leo se retrouve à bégayer et à regarder ses pieds, se sentant fautif·ve. « Vous voulez peut-être que je fasse une note de service la prochaine fois ? » Oui, bon, iel aurait pu s'abstenir sur ce coup-là, mais on ne pouvait pas dire qu'iel était incompétent·e. Perdu·e, déboussolé·e, surchargé·e, oui, incompétent·e, non, pas tous les jours en tout cas. Les mots de son patron l'avaient piqué et bien qu'il l'a déstabilise, Leo gardait une certaine répartie, mais iel espérait ne pas être allé·e trop loin.

Leonora le regarde d'un air interrogateur, se demandant bien ce qu'il voulait faire avec ses clés. Est-ce qu'il s'agissait d'un passe-partout ? Peut-être qu'il allait lui rendre service et arrêter cette humiliation ? Mais ce n'est apparemment pas le cas puisqu'il lui fait maintenant un cours sur l'utilisation des clés. L'assistant·e cligne des yeux plusieurs fois, les yeux rivés sur les clés de son patron avant de le regarder lui, puis ses mains de nouveau. Est-ce qu'il se moquait d'iel ? « Mais je.. » A court de mots sur le moment, Leo ne sait quoi répondre, se sentant tellement ridicule sur l'instant. Les joues rouges de honte et de colère, iel a bien envie de se venger sur la porte en lui mettant de coups de pied, mais pas sûr que ce soit apprécié. Bien entendu, l'humiliation ne s'arrête pas là. L'escapade du bras de Leo dans les égouts avait fait son petit effet, embaumant le couloir de ce délicieux fumet. « Ça, Monsieur Clarizio, c'est la bonne odeur des égouts de Naples. » Iel tente de prendre un air fier, mais il n'y avait pas de quoi et même la blague sur les Tortues Ninjas qu'iel avait en tête, reste au bord de ses lèvres, ce n'était ni le lieu, ni le moment. « Mes clés sont tombées dans les égouts ce matin. J'ai bien tenté de les repêcher, mais.. » Leo lève ses mains vides, ce geste se passait de commentaires. « Vous savez si je peux trouver un double quelque part ici ? Ou alors je fais appel à un serrurier. » Il était temps de trouver une solution et surtout de faire diversion quant à l'odeur et au spectacle qu'iel était en train de donner.


Danser, c’est comme parler en silence.
C’est dire plein de choses sans dire un mot.

by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le Dim 17 Oct 2021 - 17:33 )


Revenir en haut Aller en bas
Leonora FaveroLa pomme, fruit libéré
Leonora Favero
https://www.ciao-vecchio.com/t9145-leonora-favero https://www.ciao-vecchio.com/t9153-leonora-o-32-ans-o-assistant-e-de-direction
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Elizabeth Olsen, © Proserpine
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en iel
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : abandon, burn-out, mégenrage, embyphobie
Messages : 367 Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Tumblr_inline_p4d0u7Fo261v9cklm_250
Âge : 32 ans (28/04/1989)
Métier : Assistant.e de direction dans l'entreprise Clarizio, chargé.e de la communication notamment sur la branche immobilier
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le Mer 27 Oct 2021 - 14:43 )
Oui, des égouts de Naples, est-ce qu'il allait répéter tout ce qu'iel était en train de lui dire ? Leo était exaspéré·e, mais n'en menait pas large non plus. Ce petit événement avait rameuté plusieurs collègues dans le couloir et iel n'avait qu'une seule envie, c'était de leur dire de foutre le camp. La situation était suffisamment gênante pour qu'en plus, il y ait du public. Leonora avait envie de se cacher dans un trou de souris, mais iel ne voulait pas non plus se laisser faire, il y avait trop de témoins pour cela. Iel avait bien l'intention de s'affirmer, même si, Demetrio l'intimidait. Ce qui n'est pas si surprenant vu qu'il s'agissait de son supérieur direct et pas n'importe lequel. Malgré ses genoux tremblants, sûrement à cause de l'adrénaline ou du malaise, Leo piétine, gêné·e par le regard perçant de l'italien. Est-ce qu'il était obligé de lea regarder de cette manière, est-ce qu'il était conscient que ses yeux pouvaientt lea liquéfier sur place ? L'assistant·e de direction se demandait s'il était ainsi avec tout le monde, aussi.. peu avenant ? Ou alors il s'agissait d'iel. C'était possiblement cela, mais Leo refusait cette deuxième option, tout le monde l'appréciait. Généralement. « N'exagérez pas non plus, vous là.. » dit-iel à l’intention du cadre-directeur qui se trouvait derrière son patron, faisant un signe de tête dans sa direction. Iel savait bien que l’odeur n’était pas des plus agréables, mais quand même. Est-ce qu'iels avaient toustes du Chanel n°5 dans les narines par ici ou alors personne n'avait jamais reniflé une mauvaise odeur ? Leonora était agacé·e et assez vexé·e qu'on la regarde comme s'iel était un·e pestiféré·e. Iel envisage des solutions pour remédier à ce soucis de clés, mais apparemment, c'était son odeur la priorité absolue, on croirait rêver. « Mais dites tout de suite que je pue, ça ira plus vite ! » L'agacement était palpable et pour cause, c'était sa façon de répliquer face à ce qu'iel ressentait : la honte, ni plus ni moins. Toustes les collègues des alentours savaient maintenant qu'iel puait et c'était suffisamment humiliant pour qu'il en rajoute. Infester tout l'étage, et puis quoi encore, iel n'avait pas été élevé·e chez les putois non plus ! Leo le voit échanger quelques mots avec Monsieur-j'ai-le-nez-fragile et entend même parler de contretemps. Iel était un contretemps ? Encore une fois, iel se sent humilié·e, sans vraiment chercher à savoir ce dont il en retournait vraiment.

Leonora le suit donc, comme un pauvre labrador qui avait fait une bêtise, fuyant le regard de celleux qui étaient encore là pour alimenter les potins qui allaient être racontés à la pause du matin. C'est à cet instant précis qu'iel se fait la promesse de ne pas faire de pauses durant les semaines à venir, pas tellement sûr·e de vouloir se retrouver en compagnie des autres qui devaient bien se foutre d'iel. L'assistant·e entre dans le bureau à sa suite et plaque immédiatement ses mains le long de son corps en entendant son patron. Ce qu'il pouvait être pénible lui aussi. Il mériterait qu'iel vienne toucher chaque meuble de son bureau pour les marquer de sa soi-disant merveilleuse odeur. N'y tenant pas, elle pose sa main sur le dossier d'un fauteuil avant de la retirer, loin de son regard. Tiens ! Voilà ! Prends ça Clarizio ! se dit-iel, souriant·e avant de reprendre son sérieux alors qu'il lui fait face. Son sourire, iel le perd vite, apprenant la nouvelle du jour. Il ne manquait plus que ça. L'assistante de Demetrio était souvent d'une bonne aide et là voilà absente pour la semaine, iel allait se retrouver seul·e, avec lui. Passionnant ! L'anxiété remonte d'un coup, comment allait-iel faire ? Leo récupère ce qu'il lui tend alors que son coeur bat maintenant à la chamade. Iel commence à s'imaginer tout et n'importe quoi. Sans sa collègue, iel était capable du meilleur, comme du pire et iel imaginait déjà les bureaux en flammes à cause d'une connerie qu'iel aurait pu faire. S'imaginant toujours le pire, Leonora subit cette bouffée d'anxiété qu'iel essaie de faire redescendre en respirant calmement. « Je suis ravi·e. » Non, iel ne l'était pas et cela pouvait s'entendre à sa voix devenue monocorde. « Vendredi soir ? Comment ça vendredi soir ? » Qu'est-ce qu'il entendait exactement par vendredi soir ? Iel faisait suffisamment d'heures comme cela, il n'allait pas non plus lui demander de rester tard, si ? Mais apparemment, iels en parleraient plus tard. Soit, c'est lui qui décidait après tout. « J'en ai oui. Dans mon bureau. » Il allait donc falloir régler cette histoire de clé avant qu'iel n'aillent se doucher, car il était hors de question qu'iel se balade en serviette de bains dans les bureaux, pas que ça la dérange, mais iel n'était pas sûr·e que lui, apprécie. Leonora se garde bien de le dire, iel n'avait plus l'envie de blaguer, juste envie de pleurer. Iel se sentait nul·e et son angoisse ne disparaissait pas. « Vous parliez de contretemps tout à l'heure. C'est moi le contretemps ? Je vais être viré·e ? » Qu'il lui dise maintenant, ou se taise à jamais, au moins iel serait fixé·e et cela lui permettrait d'arrêter les larmes qui commençaient à monter.


Danser, c’est comme parler en silence.
C’est dire plein de choses sans dire un mot.

by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLa cerise, fruit de la réussite
Demetrio Clarizio
https://www.ciao-vecchio.com/t9325-demetrio-clarizio#300698 https://www.ciao-vecchio.com/t8892-demetrio-o-34-ans-o-pdg-d-une-multinationale
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Sean O'Pry ©Sandrine
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : violences sexuelles, greffe de coeur
Messages : 1328 Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois 0d1073bac69f2c51e6c6f8a1d4b7b51e02fb6310
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le Lun 29 Nov 2021 - 17:10 )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois Empty
# Sujet: Re: Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Demetrio | Meilleur·e employé·e du mois -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Clarizio Entreprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut