Stuck in a memory. // Clelia

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -47%
Xiaomi Fan 2 Lite – Ventilateur sur pied ...
Voir le deal
38.35 €

 

- Stuck in a memory. // Clelia -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hippolyte LissandroL'abricot, fruit du bonheur
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin © greenhouselab & @Cinderella
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Stuck in a memory. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapport entre l'Homme et la violence
Messages : 1076 Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Stuck in a memory. // Clelia ( le Jeu 14 Oct 2021 - 15:34 )
Hippolyte regardait la liste, il reprit son crayon et barra chaque item qu’il avait déjà mis dans le caddie. Il ne voulait rien oublier, il ne voulait pas que Clelia manque de quelque chose. Parfois, il lui proposait de venir la chercher pour qu’il fasse le plein ensemble, mais d’autres fois, il n’osait pas. Le professeur ne voulait pas la brusquer de quoi que ce soit. Quand elle sera prête, elle sortira. C’est ce qu’il se répétait. Hippolyte serait là. Comme la bonne poire qu’il était. Pour sûr qu’il n’apprendrait jamais de ses leçons et ce n’était pas le but au fond. Il était condamné, incapable de lui tourner le dos. Les Orphelins savaient, mais que pouvait-il faire ? Il restait maître de sa destinée après tout. Il était assez grand pour choisir comment la douleur allait frapper au prochain round. Il pensa à acheter de la nourriture pour chat ainsi que du lait spécialement conçu pour les félins pour celui qui continuait de miauler sous sa fenêtre. Hors de questions que ce dernier rentre, pour le moment, mais Hippolyte cédait toujours aux suppliques de l’animal abandonné. Comme si l’entendre réveillait ses propres peurs.

À la caisse, il paya le tout et mit les courses dans des sacs recyclables. Une fois dans sa voiture, il envoya un message à Clelia pour lui dire qu’il serait là dans un quart d’heure avant de démarrer pour se diriger vers l’appartement de cette dernière. Comme convenu, une fois en bas, il sonna cinq fois. Patiemment, il attendit d’entendre qu’on décrochait de l’autre côté : “C’est Hippolyte.” Quelques secondes plus tard, il entendit le buzz et rentra à l’intérieur. Attendant devant l’ascenseur, il tapota le sol avec son pied : anxieux. Clelia réveillait toujours en lui des sentiments contradictoires. Depuis qu’il l’avait vu alité : l’amour et la tendresse qui lui portaient faisaient vent de toute précaution. Il allait souffrir. Il le savait. Et ses frères et sœurs, Vasco le récupéreront à la petite cuillère. Quoi de nouveau en outre ?

Quand les portes s’ouvrirent devant lui, il reprit conscience et poussa les sacs les plus lourds avec son pied, jetant le plus petit autour de son épaule. Il appuya sur le dernier étage et sortit de sa poche un chewing-gum qu’il glissa entre ses lèvres. Mâcher. Pour se détendre. Pour tenter de calmer son cœur. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait les courses de Clelia, mais à chaque fois il y avait un peu plus de tension entre eux. Il se promettait toujours de ne pas rester, mais il le faisait au final. Cuisinant pour elle ou bien acceptant de ne pas partir tant qu’elle n’était pas endormie. À l’étage, il se pencha pour porter les sacs jusqu’à la porte et toqua cinq fois à nouveau.

“C’est Hippolyte.” Répéta-t-il. Il n’était pas question d’effrayer Clelia. La portée d’entrée dévoila la jeune femme : “Hey…” Souffla-t-il. Il rentra dans l’appartement et alla poser les sacs dans la cuisine. “Comment tu te sens aujourd’hui ?” Il espérait de tout son cœur entendre à chaque fois qu’elle allait mieux. “Je range les courses où tu veux le faire ?” Elle devait après tout reprendre de l’indépendance, même si ça ne le dérangeait pas de le faire.




Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.
- Matrix, Morpheus.
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiLa cerise, fruit de la réussite
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t9336-clelia-grimaldi https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Sujets sensibles : Les relations toxiques, la zoophilie
Thème·s abordé·s : pression familiale; adoption
Stuck in a memory. // Clelia Tumblr_inline_paph1n1crx1tkzrhy_250
Âge : 31 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Messages : 1685 Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Lun 22 Nov 2021 - 19:43 )

Stuck in a memory

Hippolyte & Clelia
Assise sur son canapé dans son salon, un plaid couvrant ses jambes, la télé allumée qu’elle ne regardait pas, Clelia regardait le ciel à l’extérieur, incapable de focaliser son attention sur quoi que ce soit. Comme souvent ces derniers temps… Comme souvent depuis qu’elle avait été attaquée… Une nuit gravée à jamais dans la mémoire de Clelia, qui la revivait quasiment toutes les nuits malgré l’aide médicale qu’elle recevait et les médicaments qu’elle prenait pour dormir. Et à chaque fois les mêmes questions qui revenaient : pourquoi elle ? Pourquoi avait-elle été ciblée ? Comment avait-elle fait pour s’en sortir ? Pour survivre à cette nuit d’enfer ? Comment allait-elle en guérir aussi ? Et la question qui revenait tout le temps et l’empêchait presque de vivre : est-ce que tout cela allait recommencer ? Est-ce que l’homme qui l’avait poursuivi allait venir terminer son travail ? Clelia ne pouvait imaginer qui la laisse s’en sortir ainsi… Une question qui la taraudait sans cesse malgré les paroles rassurantes des médecins, de ses proches ou encore des forces de l’ordre… Elle l’obsédait tellement que l’indienne n’arrivait plus à sortir seule de chez elle, alors que les semaines s’étaient bien écoulées depuis. Même pour aller travailler… Alors elle faisait une grande partie de chez elle, et pour le reste, elle était totalement dépendante de ceux qui l’entourer : ses ami.e.s. Et un tout petit peu de ses parents, car depuis qu’elle les avait envoyé chié, comme jamais elle ne l’avait fait, quand ils avaient été plus qu’odieux à l’hôpital, ils ne se parlaient quasi plus. Déjà que ce n’était pas bien fameux avant… Un comble quand on savait qu’elle était la seule de leurs enfants qui n’avaient pas quitté le pays.
Dépendante des autres pour quasi tout, rien que pour sortir, Clelia avait une dette immense envers ceux qui l’entouraient. Et encore plus envers Hippolyte. Le premier à son chevet à l’hôpital, alors qu’ils n’étaient plus rien l’un pour l’autre, à cause d’elle, de ses stupides erreurs qu’elle payait encore aujourd’hui. Le premier à son chevet mais aussi le premier prêt à lui rendre service depuis, comme aujourd’hui, où il était allé lui faire ses courses. De l’aide qui touchait toujours la Grimaldi, de l’aide qui lui avait fait définitivement comprendre qu’elle était encore amoureuse de lui. C’est peut-être ce qui la désespérait d’ailleurs, car que faire face à ça ? Face à une histoire qu’elle estime impossible. Après tout elle lui avait brisé le cœur il y a des années, il n’y avait aucune raison pour qu’Hippolyte lui redonne une chance, même si c’est ce dont elle rêvait au fond d’elle. Une chose à laquelle elle pense en regardant à travers sa baie vitrée, quand son téléphone sonne à ses côtés, la ramenant à la réalité.
Un SMS du Lissandro, qui lui annonce son arrivée sous peu avec les courses. Un sourire naît alors sur les lèvres de Clelia qui reprend alors le fil de la série qu’elle avait mis en fond. Ses yeux se perdent aussi sur son ordinateur posé sur sa table basse : elle devait télétravailler pour l’hôtel, mais n’avait rien fait… Bravo patronne… Tant pis, elle remettrait ça à plus tard, car avant le retour d’Hippolyte, elle voulait donner un coup dans sa cuisine pour préparer le rangement des courses. Un petit brin de ménage qu’elle termine tout juste quand on sonne cinq fois : Hippolyte, à qui elle ouvre sans rien dire. Il faut dire qu’elle est devenue un peu avare de mots depuis son traumatisme. Il paraît que c’était normal, enfin selon sa psy. A chaque fois qu’elle lui disait, Cle’ haussait simplement les épaules, en se disant que non, ce n’était pas normal.

Après avoir ouvert la porte d’entrée de l’immeuble, la Grimaldi ne bougea pas de sa place près de la porte, attendant que le brun rejoigne son étage, le dernier. Il toqua cinq fois avant de clamer derrière la porte que c’était lui, faisant naître un nouveau sourire sur les lèvres de la jeune femme qui déverrouillait les deux verrous et la porte pour l’ouvrir.

- Salut…

Murmura-t-elle doucement, esquissant un léger sourire et un petit signe de la main tout en le laissant pénétrer. Et après un rapide coup d’œil dans le couloir, la jeune femme referma rapidement sa porte et la reverrouilla. Un peu paranoïaque ? Oui. Mais elle s’en fiche, alors elle verrouille avant de rejoindre à son tour sa cuisine.

- Ca peut aller…

Ces trois mots favoris depuis plusieurs semaines maintenant, ceux qu’elle utilisait à chaque fois qu’on lui demandait de ses nouvelles. Tout en ajoutant un petit haussement d’épaule.

- Je vais ranger avec toi, ne t’en fais pas. Merci d’ailleurs pour les courses.

Elle sourit un petit peu en disant cela avant de se pencher sur le premier sac pour en sortir les premiers achats à ranger. Et tout en se tournant vers son frigo, elle se rendit compte qu’elle n’avait pris aucune nouvelle de son ami. Honte à elle. Chose qu’elle choisit de rectifier immédiatement.

- Et toi comment vas-tu ?






@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroL'abricot, fruit du bonheur
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin © greenhouselab & @Cinderella
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Stuck in a memory. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapport entre l'Homme et la violence
Messages : 1076 Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Ven 31 Déc 2021 - 21:21 )
Pourquoi est-ce qu’Hippolyte se faisait mal comme ça ? Pourquoi était-il inévitablement attiré par elle ? Faire une croix sur elle n’était pas possible, la laisser souffrir seule, dans son coin encore moins. Il avait toujours le cœur serré en la voyant, il avait toujours envie de la serrer contre lui, de rester avec elle constamment autant qu’il voulait partir, s’éloigner pour ne pas souffrir. Être égoïste n’avait jamais été dans son tempérament, il restait donc patiemment à ses côtés : espérant pouvoir apporter un peu de confort : se refusant de lui donner plus.

Le visage de Clelia devant lui, Hippolyte lui sourit doucement. Il faisait toujours attention à ce qu’il disait. Chaque geste, chaque parole était mûrement réfléchis pour ne pas blesser encore plus son ancienne petite amie. Passant la porte de l’appartement, il se dirigea vers la cuisine pour y déposer les courses.

“Tu as réussi à dormir un peu ?” Demanda-t-il en voyant le teint pâle de Clelia. Il se doutait de la réponse, mais se devait de lui poser la question. Il espérait un jour entendre une réponse positive. “Tu n’as pas à me remercier, c’est normal.”

Non, cela ne l’était absolument pas. Hippolyte n’était pas à sa place. Que pouvait-il faire d’autres cependant ? Il ne pouvait pas la laisser seule. Il devait être là pour elle. Qu’importent ses sentiments encore présents pour elle. Ce n’était pas important. Clelia était la priorité. Il mit de côté les aliments pour le frigo et le congélateur avant de commencer à ranger tout ce qui pouvait être mis dans le placard.

“Bien, la routine quoi.” Devait-il lui dire que tout à l’heure il allait à un rendez-vous organisé par Daphne ? Il ne savait pas avec qui, mais selon sa sœur : c’était une personne qui lui correspondait. Le professeur devait passer à autre chose… De gré ou de force. Elle pourrait s’en douter de toute façon en voyant son accoutrement. Il s’était encore mieux habillé que d’habitude.

“J’ai hâte d’être en vacances. J’aurai toujours une tonne de travail à faire, mais au moins, je pourrais me reposer plus.” Hippolyte n’hésitait pas à faire des heures supplémentaires pour aider ses élèves, restant pendant des heures à la bibliothèque universitaire pour aider ses étudiants. “Et je pourrais me concentrer pour préparer les cours du reste de l’année. Quelle idée stupide de ma part de vouloir faire des sujets différents chaque année.” Pour sûr qu’il se mettait sciemment des bâtons dans les roues. “Tu as réussi à travailler aujourd’hui ?” Demanda-t-il en sachant qu’elle était en télé-travail.  




Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.
- Matrix, Morpheus.
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiLa cerise, fruit de la réussite
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t9336-clelia-grimaldi https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Sujets sensibles : Les relations toxiques, la zoophilie
Thème·s abordé·s : pression familiale; adoption
Stuck in a memory. // Clelia Tumblr_inline_paph1n1crx1tkzrhy_250
Âge : 31 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Messages : 1685 Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Lun 7 Fév 2022 - 10:50 )

Stuck in a memory

Hippolyte & Clelia
Focalisée sur son nettoyage et son rangement à venir, Clelia évitait de trop penser, car ces derniers temps, ces pensées partaient dans tous les sens. Le tueur, sa famille, son travail, ou encore Hippolyte. Surtout Hippolyte à vrai dire. Il était auprès d'elle depuis qu'elle s'était retrouvée à l'hôpital, et elle ne savait pas ce que cela voulait dire. Elle n'arrivait pas à savoir, et ça la perturbait. Car, elle aimait avoir le Lissandro auprès d'elle, ça c'était certain. Le voir et lui parler lui remontait toujours doucement le moral, et la faisait parfois sourire. Les seuls sourires qu'elle était capable d'esquisser ces derniers temps. Et pourtant, ils n'étaient plus que des étrangers l'un pour l'autre, non ? Après tout le mal qu'elle lui avait fait il y a toutes ces années, elle ne comprenait pas comment il pouvait être ainsi avec elle. Et en même temps, elle savourait cela, tandis que ses sentiments pour le brun remontait doucement à la surface. Chose à laquelle elle tentait de ne pas penser.

Quand Hippolyte arriva, l'indo-pakistanaise lui ouvrit au code établit entre autre, souriant doucement, avant de le suivre jusque dans la cuisine du duplex. Comme elle s'y attendait, il prit de ses nouvelles. Une chose qu'elle n'aimait plus vraiment ces dernières semaines, car à part dire "ça peut aller", que pouvait-elle dire d'autre ? Elle savait qu'elle avait survécu grâce à de la chance et du courage à cette terrible nuit. Une nuit qu'elle revoyait dans ses cauchemars dès qu'elle s'endormait à vrai dire, et l'empêchait de faire des nuits correctes afin qu'elle puisse se reposer.

- Un peu, oui.

Répondit-elle quelques secondes plus tard, simplement, à la question d'Hippolyte. Elle ajouta un haussement d'épaules, tout en se penchant sur le premier sac et en remerciant le brun pour les courses. Ca n'avait vraiment pas de prix à ses yeux ce qu'il faisait pour elle, et jamais elle ne serait assez reconnaissante envers lui. Car non, contrairement à ce qu'il disait, ce n'était pas normal, elle le savait. Mais elle ne dit rien, gardant cela pour elle alors qu'elle ouvrait son frigo pour y glisser les premiers achats. Le tout en prenant des nouvelles du Lissandro, car elle n'avait pas à être le seul centre de la conversation.

- Tant mieux.

Lui dit-elle en souriant, avant de l'écouter reprendre la parole, continuant de ranger les courses au passage, bien que l'envie de se poser avec une boisson chaude pour discuter était bien plus tentante.

- Je ne trouve pas que c'est une idée stupide. Ca prouve juste ton engagement en tant qu'enseignant, et c'est tout à ton honneur !

Clelia dit cela avec optimisme, souriant au passage au Lissandro qu'elle avait écouté en silence tout en continuant de vider un sac de courses. Et à deux tout ranger fut rapide. En tout cas, elle le pensait vraiment ce qu'elle disait: il était un enseignant des plus investit, peu importe le travail que cela pouvait lui donner.

- Mais tu ne dois pas oublier de te reposer de temps à autre et de penser à toi.

Ne put-elle s'empêcher d'ajouter, laissant au final son expérience parler. Elle était aussi une acharnée du travail, mais ce qu'elle avait vécu dernièrement lui faisait dire qu'elle devait penser un peu à son bonheur à elle par moment. Apprendre à faire une pause. Plus facile à dire qu'à faire.

- Non, je n'ai pas travailler aujourd'hui. Ce n'est pas grave, je me rattraperai demain.

Le télétravail, elle n'aimait pas ça, sans compter qu'elle n'avait pas le moral à travailler non plus. Demain ça irait certainement un peu mieux.

- On fait au jour le jour.

Ajouta-t-elle alors qu'ils terminaient de ranger les courses.

- Merci à nouveau pour les courses. Tu veux boire quelque chose ?





@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroL'abricot, fruit du bonheur
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin © greenhouselab & @Cinderella
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Stuck in a memory. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapport entre l'Homme et la violence
Messages : 1076 Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Dim 13 Fév 2022 - 21:28 )
N’ayant aucune raison d’être là, il aurait très bien pu déposer les sacs de courses et repartir. Pourtant, il lui demanda si elle avait besoin d’aide avant de ranger les produits achetés. La promiscuité n’aidait pas son cœur, ni son esprit à rester calme et ne pas s’affoler au moindre regard. Il semblerait qu’Hippolyte eût raison d’émettre des doutes sur sa capacité à rester loin de Clelia, il avait courut à son chevet quand l’hôpital l’avait appelé. Il continuait de prendre soin d’elle, de s’assurer qu’elle ne manquait de rien. Qui était-elle pour lui ? Une amie, une ex petite-amie. Le professeur faisait son possible pour la laisser dans une de ces deux catégories : cela était si difficile. Il le devait. Hippolyte serait incapable de l’oublier, de refaire une croix sur elle : cela avait été la chose la plus dure qu’il ait eue à faire. Pourquoi vouloir refaire le chemin de croix ?

“Un engagement…” Il souffla longuement. “Je suppose qu’il faut être passionné en effet pour faire ce travail.” Car les horaires étaient longs, le travail après les cours difficile, mais voir des élèves réussir restait une douce récompense qui poussait Hippolyte à donner le meilleur de lui-même. Et puis, il y avait des rencontres qui changeaient une vie : comme certains élèves passionnés qui faisaient ses journées. “Reposer ? C’est quoi ce mot ? Je ne le connais pas.” Dit-il avec un sourire en coin. “Mais je crois ne pas être le seul à ne pas l’avoir dans mon vocabulaire.” Hippolyte se souvenait parfaitement que Clelia était comme lui : une fois lancée, plus rien ne pouvait l’arrêter. C’était un de ses nombreux charmes à ses yeux. Et puis, il se doutait qu’après ce qu’elle avait vécu : le repos ne devait pas réellement faire partie de son quotidien. “Essaye de prendre le temps pour toi hein ?” Parce qu’elle avait survécu. Et rien que ça, c’était beaucoup.

Levant sa main pour dire silencieusement qu’elle n’avait pas besoin de le remercier, il regarda sa montre : “J’ai encore une demie-heure avant mon rendez-vous.” Hippolyte releva ses yeux et glissa ses mains dans ses poches : “Daphne …” Commença-t-il. “Elle s’est mise en tête de me trouver quelqu’un.” Le professeur aurait très bien pu se taire. Ne rien dire. Mais il ne voulait pas commencer à cacher des choses à Clelia. Pas alors qu’il revenait dans sa vie… Tout du moins, il l’espérait. “Elle m’a organisé un blind-date dans une heure.” À l’aveugle. Hippolyte n’aimait pas cela. Sortant sa main de sa poche, il massa nerveusement sa nuque : “De toi à moi ? Je ne suis pas certain d’avoir envie d’y aller… Mais tu sais que je ne peux rien lui refuser.” Elle était sa petite sœur après tout et lui dire non était un crève-coeur. Laissant sa main tombée, il n'osa pas regarder Clelia. S'il continuait de venir la voir comme ça : il savait que jamais il ne pourrait tourner la page. Un mot d'elle et il annulerait ce soir. Même si cela ferait de la peine à Daphne.




Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.
- Matrix, Morpheus.
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiLa cerise, fruit de la réussite
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t9336-clelia-grimaldi https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Sujets sensibles : Les relations toxiques, la zoophilie
Thème·s abordé·s : pression familiale; adoption
Stuck in a memory. // Clelia Tumblr_inline_paph1n1crx1tkzrhy_250
Âge : 31 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Messages : 1685 Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Dim 20 Fév 2022 - 14:37 )

Stuck in a memory

Hippolyte & Clelia
Les yeux de Clelia ne pouvait s'empêcher de passer sur Hippolyte, le plus discrétement du monde, alors qu'elle rangeait les courses qu'il avait fait pour elle, en sa compagnie. Elle n'arrivait pas à se faire une idée sur la situation, si ce n'est le fait qu'elle devait reconnaître que ses sentiments pour Hippolyte n'avait pas disparu. Bien au contraire. Peut-être qu'elle avait réussi à les faire taire pendant toutes ces années, pour ne plus souffrir de ce qu'elle s'était infligée, mais aujourd'hui, elle devait reconnaître que les faire taire ne les avaient pas fait disparaître. Et elle ne savait plus sur quel pied danser, surtout qu'il lui semblait impossible de le tenir à nouveau éloigné d'elle désormais. Ce que lui confirma un nouveau long regard au Lissandro, alors que la conversation continuait entre eux.
Optimiste, tout en étant honnête et sincère envers ce qu'elle pensait, Cle' parla d'engagement au sujet du travail du professeur. Elle le connaissait, et même si des années s'étaient écoulées depuis qu'ils s'étaient fréquentés et aimés, il ne pouvait avoir changer radicalement. Déjà autrefois il était engagé envers ce qu'il faisait.

- Je le pense aussi.

Dit-elle simplement, confirmant les mots d'Hippolyte sur le fait d'être passionné pour faire ce qu'il faisait, avant de ranger les paquets de pâtes qu'elle avait entre les mains à leur place dans le placard. Un sourire apparut alors sur son visage. Se reposer. C'est vrai que ce n'était pas un verbe qui était dans son vocabulaire. Même si depuis quelques temps, les choses avaient changé. A cause de l'attaque qu'elle avait vécu. A cause de celle-ci, elle ne s'était jamais autant reposer que ces dernières semaines, le tout aidé par le fait qu'elle n'arrivait plus à vraiment sortir toute seule de chez elle.

- Touché !

Dit-elle simplement dans un premier temps, en adressant un grand sourire à Hippo.

- Ceci dit, depuis quelque temps, ce mot fait entièrement parti de mon vocabulaire, et je dois avouer que j'ai découvert le bonheur que c'était que de se reposer et de prendre du repos pour soi.

Enfin sauf quand ses pensées se tournaient vers ce qu'elle avait vécu. Là, c'était autre chose. Mais elle n'avait pas envie d'embêter Hippolyte avec ça. Même s'il s'inquiétait pour elle, ce qui la touchait profondément.

- Je prends du temps pour moi, promis. Et toi, prends aussi du temps pour toi.

Elle lui sourit doucement avant de le remercier à nouveau pour les courses. Elle lui en est extrêmement reconnaissante car elle sait qu'il n'est pas obligé de faire ça, et pourtant... A croire qu'elle faisait ça pour le revoir. Enfin, pas à croire à vrai dire. Elle faisait ça pour le revoir, autant qu'elle se l'avoue. Raison aussi pour laquelle elle lui proposa à boire. Et pour le remercier aussi, même si elle savait que pour Hippo, les remerciements n'avaient pas lieu d'être.

- Ton rendez-vous ?

Ne put s'empêcher de lâcher la Grimaldi suite aux paroles du brun, ses yeux posés sur lui. Elle tentait néanmoins de maîtriser son expression faciale. Au moins, elle réussissait ça, alors que son cerveau se mettait à bouillonner, et son coeur battre un peu plus vite.
Daphne lui avait organisé un date. Une information qui laissait Clelia dans un océan de confusion. Comment devait-elle réagir à cette information ? A vrai dire, elle n'avait rien à dire sur la vie sentimentale du jeune homme, mais son coeur s'était serré à cette information.

- Oh, je vois...

Réussit-elle à souffler, tout en adressant un petit sourire au brun. Elle voyait bien oui, mais ça ne lui plaisait pas à vrai dire. Daphne, sa soeur, il ne pouvait pas lui dire non. Et elle pensait certainement que c'était pour le mieux pour Hippolyte. Alors, déglutissant silencieusement et laissant son envie de lui dire de ne pas y aller, mais de rester avec elle, elle se redressa en esquissant un tout petit sourire.

- C'est normal c'est ta soeur.

Ce fut la seule chose qu'elle fut capable de dire, et presque que comme un robot, elle se dirigea vers le placard des verres pour en sortir deux. Lui offrir à boire. Voilà, elle allait rester sur ce qu'elle avait proposé, et ne rien dire. Et c'est à regret qu'elle le regarderait partir d'ici quelques minutes.

- Tu veux de l'eau ou du jus de fruit ? C'est tout ce que j'ai à proposer.

Elle grimaça en disant cela, tentant de faire comme si tout allez bien.








@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine


Dernière édition par Clelia Grimaldi le Lun 18 Avr 2022 - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroL'abricot, fruit du bonheur
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin © greenhouselab & @Cinderella
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Stuck in a memory. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapport entre l'Homme et la violence
Messages : 1076 Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Mer 23 Fév 2022 - 21:13 )
Ils avaient un caractère commun sur certains points. Vivre avec elle, partager des moments avaient été si faciles… Hippolyte se pinçait des fois pour bel et bien réalisé qu’ils n’étaient plus ensemble. Cela faisait presque six ans maintenant et malgré tout la douleur était toujours intact. Incapable de passer à autre chose, il s’était porté au secours de Clelia. Sans hésitation. Et il s’assurait qu’elle se repose, lui ne le faisait pas, mais il n’avait jamais pensé être un modèle de vertus. Bien loin de là.

“Si tu en prends, je vais être obligé aussi…” Souffla-t-il dans un air faussement triste. “Tu y arrives, je devrais pouvoir le faire également, au moins essayer.” Qu’est-ce qu’il avait à perdre ? Rien. Juste du temps, mais ça, il n’était plus à quelques heures près. “Je suis content, de savoir que tu prends soin de toi.” C’était important aux yeux d’Hippolyte. Il faisait son possible pour être présent avec Loris et Clelia, mais il avait bien trop souvent l’impression de ne pas faire assez.

Regardant sa montre, il savait que le temps lui était compté avant son rendez-vous. Le lieu n’était pas loin, c’était déjà ça. Il partirait au dernier moment, une fois qu’il était certain que la jeune femme n’ait besoin de rien d’autre. Ne sachant pas s’il devait lui dire ou non, Hippolyte décida de jouer cartes sur table. Après tout… Ils n’étaient plus ensemble. Pourquoi se sentait-il mal cependant d’avoir dit ça ? Il tentait de se convaincre que mentir aurait été encore plus douloureux. Mais il se leurrait. Avait-il dit ça pour la blesser ? Non. Il n’était pas aussi mesquin que ça. Glissant son regard sur le sol, comme un enfant qui aurait fait une bêtise, il tapa sa chaussure contre l’autre. Il ne voulait pas analyser les expressions de Clelia. De peur de voir quelque chose qui ferait définitivement chavirer son cœur.

“Jus de fruit, s’il te plaît.” Hippolyte sourit et tenta de re détendre l’atmosphère : “Je sais que tu as du jus d’orange, ça sera parfait.” Après tout, il venait de l’acheter au supermarché. “Tu me feras ta liste quand tu auras besoin de nouvelles courses ? Si tu veux, on ira ensemble.” Si jamais elle se sentait plus confortable de sortir avec quelqu’un au début. “On ira à ton rythme ok ?” Hors de questions qu’Hippolyte la force à faire quoi que ce soit. Quand elle n’aura plus besoin d’aide… Est-ce qu’il sera prêt à ne plus faire partie de sa vie cependant ? C’était une autre question. Pour un autre jour.




Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.
- Matrix, Morpheus.
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiLa cerise, fruit de la réussite
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t9336-clelia-grimaldi https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Sujets sensibles : Les relations toxiques, la zoophilie
Thème·s abordé·s : pression familiale; adoption
Stuck in a memory. // Clelia Tumblr_inline_paph1n1crx1tkzrhy_250
Âge : 31 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Messages : 1685 Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Ven 22 Avr 2022 - 14:48 )

Stuck in a memory

Hippolyte & Clelia
L'attention que lui donnait Hyppolite touchait sincèrement Clelia, bien plus qu'elle ne voulait l'avouer d'ailleurs. Il était d'un soutien sans failles depuis son agression, depuis qu'elle avait compris qu'elle avait failli perdre la vie au cours de cette terrible nuit. Sa vie avait changé depuis, et la grande travailleuse qu'était la jeune femme avait laissé place à une femme qui passait plus de temps à se reposer et à prendre soin d'elle qu'autre chose. Et, étrangement, elle y avait trouvé une forme de bonheur. Se centrer sur elle, s'occuper d'elle, faire ce qui lui plaisait, surtout actuellement, c'était quelque chose qu'elle venait de découvrir et à laquelle elle prenait désormais totalement goût. Un fait qu'elle n'hésita pas à partager avec le brun face à elle, un sourire sur les lèvres.
Sourire qui s'agrandit quand elle l'entendit répondre. Pour le Lissandro, prendre du repos, était difficile, chose qu'elle comprenait parfaitement. Mais elle ne pouvait que l'encourager à tenter. Qui sait quel plaisir il y trouverait ? Et quel apaisement ?

- Oui, tu devrais essayer.

Rétorqua-t-elle simplement, en souriant toujours, d'un ton encourageant, autant que possible. Puis, quand elle entendit la nouvelle phrase d'Hyppo, elle haussa doucement les épaules, ne sachant que répondre. Ne sachant comment interprêter ce qu'elle entendait. A quel point était-il content ? De quel manière ? Que pouvait-il sous entendre en disant cela. Oui, le cerveau de la jeune femme partait dans tous les sens à cette remarque, cherchant à interpréter des choses qui n'avaient pas forcément à l'être.

- Moi aussi.

Finit-elle par dire, en souriant doucement, avant de proposer quelque chose à boire au jeune enseignant. Elle était après tout une bonne hôte, et puis, pour avoir ses courses, elle pouvait bien lui offrir du jus de fruits ou autre. Quelque chose pour se désaltérer.
Et finalement la réponse qu'elle reçoit la surprend un peu trop à son goût. Un rendez-vous. Naturellement, elle répèta, de manière interrogative, ce petit mot, comme cherchant une réponse. Un pincement au coeur se fit ressentir, mais elle tenta de ne pas y prêter attention, et de rester neutre, impassible face à un tel aveu. Qui était-elle pour exprimer ne serait qu'une petite once de jalousie ? Il avait entièrement le droit, et il devait refaire sa vie. Peu importe à quel point cela pouvait lui faire mal. C'était elle, et personne d'autre, qui avait gâché leur histoire.

Presque que comme un robot, la jeune femme trouva des réponses à donner à l'annonce du brun, avant de réussir à se reprendre, et de se recentrer sur les boissons. Cela lui ferait penser à autre chose, et oublier durant un temps ce qu'elle venait d'entendre.
Tournant le dos à Hyppolite, elle s'en va sortir deux verres, avant de prendre la direction du réfrégirateur pour en sortir le jus d'orange qui y était entamé, comme l'avait demandé l'enseignant.

- Va pour du jus d'orange ! J'ai aussi du jus d'ananas ou du multifruits si tu veux !

Ajouta-t-elle, la tête toujours dans le frigo, réfléchissant ce qu'elle allait boire elle, portant son choix au final sur du jus d'ananas, son préféré depuis sa plus tendre enfance. Pêché mignon qu'aucun de ses proches n'ignorait.

- Pour moi, ça sera jus d'ananas !

Clama-t-elle pour se donner une certaine constance, claquant la porte du réfrégirateur et se retourner vers Hyppolite et les verres qui attendaient d'être remplis.

- Oui, pas de soucis.

Répondit-elle dans un premier au sujet de la liste de courses, avant de reprendre.

- Pour y yaller, je verrai, je ne sais pas pour le moment.

Avoua-t-elle dans un murmure, en haussant les épaules. L'idée de sortir de chez elle n'avait rien de rassurant pour elle, encore aujourd'hui. Une chose qu'elle travaillait avec la psy qu'elle voyait depuis son agression. Peut-être qu'un jour ça ira mieux. Elle n'avait apas le choix à vrai dire... Même si dans son duplex elle se sentait si en sécurité.

- Désolée... Et si tu ne peux pas y aller, n'hésite pas à me le dire aussi. Je ne veux pas t'imposer mes courses non plus.

Tout en disant cela, elle servit leurs verres, avant de tendre le sien.

- Et merci. Vraiment.

Pour le fait d'aller à son rythme. Car elle ne savait pas à quel vitesse il irait. Pas du tout.

- Car je ne vais pas mentir, sur ce sujet, je suis dans un grand flou.

Autant qu'elle soit honnête, encore plus avec Hyppolite.






@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroL'abricot, fruit du bonheur
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin © greenhouselab & @Cinderella
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Stuck in a memory. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapport entre l'Homme et la violence
Messages : 1076 Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Mer 18 Mai 2022 - 21:21 )
Cela n’était pas du tout une obligation de prendre soin de Clelia, c’était naturel. Son corps, son cerveau n’ont rien oublié des habitudes de la demoiselle : bien au contraire. Hippolyte se souvenait de tout. Comment faire une croix sur autant d’années de bonheur ? Il en avait toujours été incapable et le saurait jusqu’à son dernier souffle. À croire qu’il aimait sincèrement souffrir, pensait-il souvent. Peut-être que cela était le cas, au fond. Il avait tellement eu l’habitude d’avoir le cœur abîmé qu’aujourd’hui ce dernier ne savait plus comment fonctionner dans l’étau qui l’enserrait.

“Je te tiendrai au courant de cette nouvelle résolution écoute.” Il ferait un essai. Qu’avait-il à perdre ? Beaucoup de choses certainement, à commencer par sa santé mentale en réalisant au combien il était seul malgré les Orphelins à ses côtés. Ou bien interpréter les paroles que Clelia lui disait. Ils étaient heureux pour l’un et pour l’autre, qu’est-ce que cela voulait dire ? Était-ce au nom de l’amour qui s’était, un jour, porté ? Certainement. Hippolyte se refusait de penser autrement pour ne pas se retrouver à nouveau dans une spirale infernale qui tourmentait encore son cœur… Cette dernière ne s’était jamais arrêté de tourner, torturant à son loisir sa pauvre âme.

La laissant servir les boissons, il chuchota tout bas : “Jus d’ananas” sachant déjà qu’elle prendrait ça. Cela le fit sourire bien malgré lui alors que son cerveau lui rappelait ce matin où il s’était mis en tête de presser un ananas frais rien que pour les yeux de sa belle avant de s’en mettre partout. L’anecdote s’était terminée doucement, dans un moment remplie d’amour au son de leur souffle coupé. Lui demandant de faire une liste de course quand elle sera prête, il se permit également de proposer de l’accompagner si jamais elle en avait envie.

“Ne t’excuse pas, tu sais que ce n’est pas nécessaire avec moi voyons hein ?” Il serait toujours là pour elle. Hippolyte n’apprendrait jamais de ses erreurs. Attrapant son verre, il effleura par inattention les doigts de Clelia et sentit son cœur s’emballer. “Tu n’as pas à me remercier non plus, je le fais avec plaisir.” Même si cela remuait le couteau dans la plaie de leur histoire. “Merci pour le jus d’orange.” Il trinqua avec elle avant de le porter à ses lèvres. “C’est normal que tu sois dans le flou, n’essaye pas de mettre la charrette avant les bœufs hm ?” Il était sérieux : “Tu me le promets ?” Parce qu’il ne voulait pas qu’elle force alors qu’elle n’était pas prête. “Laisse le temps au temps.” Cela n’effaçait pas les blessures, il le savait, mais Clelia pourrait apprendre à vivre avec cette peur et à la dompter… En partie. Il le savait. “Tu es plus forte que tu le penses.” Son sourire ne laissait pas de place au doute, il croyait sincèrement ce qu’il venait de dire.




Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.
- Matrix, Morpheus.
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiLa cerise, fruit de la réussite
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t9336-clelia-grimaldi https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Sujets sensibles : Les relations toxiques, la zoophilie
Thème·s abordé·s : pression familiale; adoption
Stuck in a memory. // Clelia Tumblr_inline_paph1n1crx1tkzrhy_250
Âge : 31 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Messages : 1685 Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le Dim 22 Mai 2022 - 21:12 )

Stuck in a memory

Hippolyte & Clelia
Du repos. Un bien grand mot, même pour elle, mais Clelia venait de découvrir à quel point cela pouvait être bienfaiteur. Hippolyte devrait essayer un jour. Ou tout du moins essayer. Une chose qu'elle dit doucement, en souriant, la Grimaldi. Et son sourire s'attarde sur ses lèvres quand elle entend la suite de leur conversation, haussant au passage doucement les épaules. Oui, elle arrivait à prendre un peu de repos, parce qu'elle y était obligée principalement. Mais elle y prenait doucement gout, même si la plupart du temps, ce repos était hanté par les souvenirs de cette horrible nuit.

- Essayer, c'est le principal.

Murmure-t-elle simplement, souriant un peu, se retenant de dire qu'elle avait toujours pris soin d'elle. A sa manière, il est vrai, mais quand même. Et aujourd'hui encore plus. Elle devait guérir, se soigner pour mieux avancer, pour reprendre sa vie correctement en main. Une autre paire de manches. Mais elle tiendrait bon Clelia, parce qu'elle se l'était promis, parce qu'elle l'avait promis à ceux qui comptaient vraiment pour elle. Et elle avait enlevé plus ou moins complètement de sa vie ceux qui n'avaient pas le comportement nécessaire envers elle, comme ses parents. Ce qui était un véritable soulagement pour elle.

Arrêtant de laisser ses pensées dériver, Clelia propose à boire au jeune homme, un sourire sur les lèvres. Un sourire qui s'efface avec lenteur quand Hippo lui parle de son rendez-vous. Mais elle ne dit rien. Qui est-elle pour dire quelque chose ? Elle lui a brisé le coeur il y a des années, il était normal qu'il refasse sa vie. C'était de sa faute à elle, si elle, elle n'arrivait pas à avancer, trop hantée par le passé, par un amour perdu, par son choix. Un choix déraisonnable. Et elle a beau tenter de se demander ce qu'il peut se cacher derrière ses actes et ses gestes, elle comprend qu'elle se fait sûrement un film. Il a rendez-vous avec une jeune femme que Daphne souhaite qu'il rencontre. Elle devrait être heureuse pour lui. Pourtant, elle n'y arrive pas. Mais elle garde tout cela pour elle, et s'occupe de servir leur jus de fruit respectif.
Du jus d'orange pour lui, de l'ananas pour elle, son préféré. Deux verres rapidement remplis et entre les mains de leur destinataire, tandis que les yeux de Clelia se pose sur Hippolyte. Elle s'interroge quelques instants sur ce qu'il pense, avant de se reconcentrer sur la conversation.

Les courses. L'idée de sortir de chez elle ne la botte pas des masses en cet instant. Pas du tout même. Mais elle sait qu'elle ne peut rester enfermée dans son appartement, qu'elle doit réapprendre à vivre comme avant. Il y a peu de chances que l'homme ne revienne pour elle, pourtant, elle ne peut s'empêcher de se poser régulièrement la question. Et cette peur qui naît au fond de son ventre, cette boule dur et tenace, se fait ressentir violemment à chaque fois qu'elle y pense. Elle est même là, alors qu'elle discute avec Hippo... qui, comme toujours, se montre doux et attentif. Les larmes lui montent presque aux yeux, mais elle les retient vite.

- Avec plaisir ?

Ne peut-elle s'empêcher de murmurer, alors que le couteau semble tourner dans la plaie encore ouverte des sentiments qu'elle ressent pour le brun face  à elle. Comment pouvait-il être aussi adorable ? Un souffle silencieux et long franchit la barrière de ses lèvres, alors qu'elle boit une gorgée de son jus. Est-elle vraiment forte ? La question lui traverse l'esprit, mais elle la garde pour elle, et dévisage doucement Hippolyte.

- Je ne sais pas si je suis aussi forte que tu ne le penses, mais je te le promets.

Elle sourit, alors que l'envie de tendre sa main, de prendre celle du brun se fait plus que forte. Mais Clelia se retient, les yeux presque au bord des larmes. Tout cela devient trop dur. Hippo face à elle, son attention, sa douceur. Cela lui rappelle tant de souvenirs. Cela lui donne envie de tout reprendre. Car elle l'aime. Oh oui, elle l'aime encore. Elle ne peut se le cacher, bien qu'elle tente par tous les moyens. Sûrement pour ça qu'elle se redresse et part avec son verre vers le dernier sac encore au sol, contenant les produits allant dans la salle de bain. Elle s'en occupe pour se donner une contenance, pour ne pas craquer.

- Je reviens, je vais glisser ça dans la salle de bain.

Lui dit-elle pour se retrouver seule quelques instants. Reprendre son souffle. Son verre à la main, elle en boit une nouvelle gorgée, regrettant presque que ce ne soit pas de l'alcool. Puis, elle s'adosse un instant contre le chambranle de la porte de la pièce, hésitante. Une hésitation qui ne dure qu'un instant, et la voilà qui retourne vers Hippolyte, toujours dans la cuisine. Se plantant sur le pas de la porte de la pièce, ses yeux se posant sur le brun, elle prononce alors des mots qui viennent du fond du coeur. On le sent dans sa voix, autant que ça se voit dans ses yeux.

- Reste, Hippo.

Simple, mais efficace. Elle veut qu'il reste, tout simplement. Elle veut qu'il reste avec elle, qu'elle puisse se réfugier dans ses bras. Elle ne veut pas le voir partir, elle ne s'en sent pas la force de le voir partir. Maintenant, tout est entre ses mains. Et peu importe sa réponse, elle ne lui en voudrait pas s'il en venait à partir. Ca ne serait que justice. Amplement mérité même.






@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Stuck in a memory. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Stuck in a memory. // Clelia ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Stuck in a memory. // Clelia -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant