Thomas | Pris sur le fait

Revenir en haut
Aller en bas

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
8.99 € 15.09 €
Voir le deal

 

- Thomas | Pris sur le fait -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ilhan MoriLa myrtille, fruit obscure
Ilhan Mori
https://www.ciao-vecchio.com/t9239-ilhan-mori#299314 https://www.ciao-vecchio.com/t9248-ilhan-o-34-ans-o-professeur-d-arts#299537
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Ilhan Sen
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Thème·s abordé·s : élitisme, rapport de pouvoir, relation prof/étudiante, violences parentales.
Messages : 64 Thomas | Pris sur le fait Tumblr_nri2ycuUaG1tlmbsuo2_400
Âge : trente-quatre ans.
Métier : professeur d'arts.
Thomas | Pris sur le fait Empty
# Sujet: Thomas | Pris sur le fait ( le Jeu 21 Oct - 20:26 )
C’est soulagé que l’italien quitte enfin l’académie d’arts, dans laquelle il y travaille depuis quelques années déjà et celle-ci est de trop. Il sent bien, à ses réflexions, son ton acerbe, cassant, qu’il manque de plus en plus de patience. Il essaie d’être correct, de ne pas trop critiquer le travail de ses étudiant·e·s et leur donner des conseils pour les aider à avancer, mais il déteste ça. La pédagogie, oui, seulement si les gens sont déjà doués et ont un talent, ce qui n’est évidemment pas leur cas. Du moins, pas assez selon lui. Les cours débutants, ses supérieurs auraient dû les donner à quelqu’un d’autre que lui qui préfère nettement les cours intermédiaires ou expérimentés, mais il doit se taper ce qu’il aime le moins. Ce qui lui est d’autant plus pénible, ce sont ces parasites qui bavardent, murmurent pour s’échanger des plans, des petits mots… Il espère cependant qu’avec son coup de la journée, iels ont compris que ce n’était pas à faire dans sa classe. Ilhan s’est retourné en même temps qu’un papier volait et il n’a pas hésité à lire les mots doux devant tout le monde, avant de reposer la boulette sur la table de l’envoyeuse.
- Tu aurais vu sa tête, dit-il, en prenant plaisir à raconter l’anecdote. Ilhan ferme les yeux, arbore un sourire fier. C’est probablement ce qu’il préfère le plus : humilier lorsqu’on ne lui fiche pas la paix dans un travail qu’il déteste déjà. Et il n’a aucune honte, ni aucun remord. Et il sait que ce n’est pas Thomas qui le jugera. Sans doute qu’à sa place, il aurait fait la même chose. Ou alors, il en aurait souri.

C’est le karma qui pointe le bout de son nez lorsqu’un gars, qui sort d’une maison, les observe de haut en bas en posant de force un carton dans ses bras. Il le remercie de l’aider, lui montre la voiture garée quelques mètres plus loin et lui demande de le mettre dedans, avant de disparaître, probablement pour continuer son chantier. Surpris, il ne dit pas un mot, entrouvre les lèvres, d’un air ahuri. Le type réapparaît peu après et colle un deuxième carton sur les bras de Thomas. Et contre toute attente, part en courant, vers son véhicule. La surprise passée, Ilhan regarde avec dégoût le carton et ce n’est pas pour s’étonner de la scène, mais parce qu’il a la sensation d’être souillé par cette chose qui a été posée dans un endroit humide.
- C’est vraiment répugnant, lâche-t-il, en penchant la tête sur le côté et en apercevant quelques gouttes tomber sur… ses chaussures.
- Elles valent une fortune.
C’est alors qu’un couple se plante devant eux, jette un oeil sur la porte d’entrée qui est ouverte, puis les observe, un à un.
- Que faites-vous avec nos affaires ?
Nerveusement, Ilhan rit, puis tourne la tête derrière lui, afin de vérifier s’il y a la moindre caméra, mais rien, si ce n’est le ton de l’homme qui devient agressif.
- Écoutez, on n’est pas venus là pour souffrir okay ? répond-il, sur le même ton.


Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaLa pomme, fruit libéré
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t9302-thomas-o-38-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en il
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Messages : 2683 Thomas | Pris sur le fait Michiel-huisman-the-flight-attendant
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Thomas | Pris sur le fait Empty
# Sujet: Re: Thomas | Pris sur le fait ( le Lun 29 Nov - 10:46 )
Baillant aux corneilles alors qu'il écoutait l'anecdote de son meilleur ami, Thomas est interrompu par son propre rire en l'écoutant narrer son histoire. « Tu es vraiment intenable. » Il imaginait la scène et surtout les regards terrorisés de ses élèves qui devaient se demander, tous les jours, ce que leur professeur allait leur faire endurer au prochain cours. Parfois, Thomas aimerait être une petite souris pour apprécier le spectacle, en tout cas, de son côté, jamais il n'aurait voulu être professeur, dans quelque matière que ce soit. Il appréciait le calme de ses journées d'écriture, lorsque l'inspiration affluait dans son cerveau, le baignant parfois dans cette nostalgie ou ce sentiment réconfortant. Oui, mais ça, c'était avant. Cette sensation, il ne l'avait pas ressenti depuis bien trop longtemps et il se demandait s'il la ressentirait de nouveau un jour. Cette magie soudaine, les doigts qui pianotent à toute allure sur le clavier de peur que l'idée ou la tournure de phrase ne s'évapore. L'écrivain est plutôt distrait alors qu'il marche aux côtés d'Ilhan, il avait même oublié l'endroit où ils se rendaient.

Les deux hommes traversent tranquillement un endroit plus résidentiel, passant le long de jolies maisons avant que leur chemin ne croise celui de deux hommes apparemment en plein déménagement. Pensant se faufiler entre les deux hommes sans soucis, Thomas s'arrête pourtant, se retournant pour voir pourquoi son ami s'est arrêté. Il le voit un carton dans les mains et il n'a pas le temps de comprendre ce qui se passe, que déjà, il se retrouve lui-même avec un carton très poussiéreux dans les bras. L'écrivain grimace, déjà parce que sa veste d'un bleu marine impeccable était en train de devenir blanche et surtout, la poussière était en train de chatouiller son nez sensible et ses bronches par la même occasion. Tout mais pas ça ! Mais pour le moment, Thomas était en train de se demander pourquoi le type qui lui avait collé le carton dans les mains était en train de s'enfuir en courant. « Vous voulez jouer à chat ? Parce que je comprends pas les nouvelles règles là.. » lance-t-il en direction des deux fuyards. Qu'est-ce qui était en train de se passer ? Il se tourne tranquillement Ilhan qui râle avec un léger sourire. « Te plains pas, je suis sûr que tu les as en doubles celle-là. » Reprenant peu à peu ses esprits, Thomas regarde son carton, celui d'Ilhan, la porte d'entrée de la maison restée grande ouverte et un mauvais pressentiment l'assaille. Agacé par le carton et par la poussière, Tom le lâche et un bruit de casse se fait entendre à l'intérieur, tant pis. Se frottant le nez avec le revers de sa manche, il voit ce couple s'avancer avant de jeter un oeil sur le carton éventré au sol. « Oups.. » A aucun moment on lui avait dit de faire attention. Certes, il y avait marqué "Fragile", mais c'était un détail. Le ton monte doucement et Thomas comprend bien vite ce qu'il se passe et rien ne joue en leur faveur, rien du tout. « Alors.. Ce n'est pas ce que vous croyez. » Et évidemment avec ce genre de phrase, il n'arrangeait rien. « Chéri, appelle la police. » Thomas bascule la tête en arrière, soupirant de lassitude, mais réfléchissant à toute allure. Qu'est-ce qui était le pire ? Passer une journée en garde à vue pour tentative de cambriolage avant que la police ne se rende compte qu'ils n'y étaient pour rien ou une journée de garde à vue pour délit de fuite ? La période de réflexion ne s'éternise pas et tranquillement, il s'éloigne doucement. « Je sais pas toi, mais j'ai très envie de faire une course. » Thomas lance un regard furtif à Ilhan avant tout de bonnement prendre la poudre d'escampette. Se sentant assez en forme pour courir aujourd'hui, il avait décidé d'agir et vite, peut-être pas de la bonne manière, mais tant pis. Espérant qu'Ilhan suive derrière, l'écrivain court le plus vite possible avant de se cacher derrière une voiture.


Life is too short to cry for anything
by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Thomas | Pris sur le fait -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut