Douleur commune. // Elio

Revenir en haut
Aller en bas

-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

 

- Douleur commune. // Elio -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Harry LowellLa cerise, fruit de la réussite
Harry Lowell
https://www.ciao-vecchio.com/t9308-harry-lowell https://www.ciao-vecchio.com/t9337-harry-o-45-ans-o-maieuticien
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Paul Bettany @Longanis & @Sandrine
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Cancer du sein et deuil
Messages : 1632 Âge : 45 ans
Métier : Maïeuticien
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Douleur commune. // Elio Empty
# Sujet: Douleur commune. // Elio ( le Jeu 27 Jan 2022 - 19:27 )
Harry poussa la grille du cimetière. Quand ils étaient jeunes, sa sœur et lui allaient souvent visiter les morts. Découvrir de vieux prénoms. Inventer des vies à ces gens. Deviner leur métier. S'occuper des tombes depuis longtemps oubliées. Ce n'était pas grand-chose, jamais, mais c'était ce genre de moments qui étaient habituels qui manquait le plus à Harry. Jamais il ne pourra pleinement faire le deuil. Jamais. Il en était incapable. La douleur permanente dans son cœur devenait au fil des années une vieille amie dont on ne veut plus parfois, mais qui au final reste le meilleur compagnon possible. C'était comme ça.

Arpentant les allées, il ne regardait plus depuis longtemps les autres tombes. Ce n'était plus pareil. Il y avait maintenant dans cette terre sacrée une personne qui avait encore une place tout particulière dans son cœur. Comment l'oublier ? Comment revenir à une vie normale sans Maretha dedans ? Harry n'en savait rien. Dans son malheur, il avait Althea et Athena. Il avait ses nièces au quotidien même si la plus vieille pensait déjà à partir. Loin de lui. En Europe. Dans un autre pays. Est-ce que le docteur était terrifié ? Oh oui. Est-ce qu'il l'arrêterait ? Non. La soutiendrait-il ? Évidemment. Harry sera toujours là pour elles. Toujours. Elles étaient la prunelle de ses yeux et il espérait être une bonne figure paternelle.

"Hey ma sœur…" Il s'arrêta enfin. Il connaissait le chemin. Assez pour ne pas avoir à regarder devant lui. "Je t'ai apporté des Lys." Il posa le bouquet dans un des vases vides sur le côté de la tombe. "Althea n'est pas venue aujourd'hui. Elle a un examen. Athena est clouée au lit avec un mauvais rhume. Mais je prends soin d'elle ne t'en fais pas." Harry remonta légèrement son pantalon pour s'accroupir. Il posa sa main sur la pierre tombale. "Je suppose que tu as entendu parlé du fou furieux qui court les rues de Naples. Tes filles sont en sécurité. Je les accompagne le plus possible et m'assure sinon qu'on vienne les chercher." Il se démenait pour que rien ne leur arrive. Fermant ses yeux. Comme toujours. Il tentait de percevoir le moindre signe de la présence de sa sœur. "Tu me manques toujours autant." Ses paupières fermées ne pouvaient pas arrêter la sensation de brûlure à cause des larmes qui menaçaient d'apparaître à tout moment. "Mais ça aussi, tu dois le savoir…"

Harry resta ainsi de longues minutes jusqu'à ce qu'elles s'additionnent en heure. Il se redressa finalement. Il embrassa ses doigts et reposa sa main sur la stèle avant de s'éloigner. C'est en se dirigeant vers la sortie qu'il vit une personne sur un banc. Iel semblait en détresse. Lentement, les mains dans les poches, il s'approcha et s'installa à côté. Sans rien dire, il tendit un paquet de mouchoirs.

"Tenez." Un geste amical. Insignifiant. Mais pour avoir été dans un état similaire plus d'une fois, une main tendue ne faisait jamais de mal.


if you can dream it you can do it
Revenir en haut Aller en bas
Elio BenucciLa figue, fruit de l'amour
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
ID : Marie
Pronom : Elle
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Sujets sensibles : Auto-mutilation
Thème·s abordé·s : Violence sur les enfants - Deuil - Alcoolisme - Homophobie
Messages : 1073 Douleur commune. // Elio E1d33eadab8fdb2bce0ceedcb52559e3479ed0b5
Âge : 35 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
Style RP : Pronoms RP : Il / Elio
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant et après tant qu'on en discute ensemble
Longueur : Cela dépend des sujets, je m'adapte facilement. Aucune pression :)

Douleur commune. // Elio Empty
# Sujet: Re: Douleur commune. // Elio ( le Sam 12 Fév 2022 - 0:00 )
Douleur commune
@Harry Lowell & Elio Benucci
C’était acté, Elio partait en Corée avec Ban-Ryu et les enfants. Tout avait été arrangé, presque trop vite pour que l’Italien réalise vraiment ce que cela voulait dire. L’Italien savait que ce n’était pas définitif évidemment, quelques semaines afin que la tempête s’apaise et que tout rentre dans l’ordre dans sa tête. Il était totalement perdu depuis la sortie de prison de son géniteur. Autant dire que l’homme dictait toujours sa vie, ce qui le rendait malade. Il pensait avoir mit derrière lui toutes ses années de souffrance et d’humiliation, mais elles revenaient au galop et les souvenirs avec. En voyant son père dans les rues de Naples, vivant sa vie et regardant les vitrines comme un homme normal, tout son monde s’était arrêté de tourner. Sa première pensée s’était tourné vers sa sœur et évidemment il avait couru la rejoindre. Et même s’il aurait voulu prétendre que tout allait bien, qu’il gérait totalement la situation, il en était incapable. Heureusement, Ryu le faisait pour lui.

Tout était prêt mais Elio avait une dernière chose à faire : rendre visite à sa maman. Il n’avait pas beaucoup été au cimetière dernièrement, à croire qu’il était tellement heureux qu’il n’y avait pensé. Une chose qui était nouveau pour lui. C’était une chose qu’il faisait toujours seul : impossible pour lui d’y emmener sa sœur. Elio savait la culpabilité que ressentait sa cadette, pas besoin d’en rajouter en allant pleurer sur la tombe de leur défunte mère. Ban-Ryu s’occupant des enfants pour la journée, Elio passa chez le fleuriste pour acheter un bouquet. Le brun n’avait aucune idée des fleurs préférés de sa mère, il l’avait perdu bien trop jeune pour avoir ce genre d’information. Et les seules fois où il avait tenté de demander à son père, ce dernier l’avait rué de coup pour oser parler de cette femme. l’adolescent avait alors arrêté. Et aujourd’hui, il inventait des faits probablement faux pour faire au mieux. Se souvenant que sa maman portait une robe avec des tulipes : il en avait décrété que cette variété lui ferait plaisir.

Arrivant devant la stèle, il déposa le bouquet en s’accroupissant. Il passa doucement ses doigts sur l’inscription gravée et soupira longuement. « Hey maman » Il resta ainsi quelques minutes avant de continuer « Ca faisait un moment, je suis désolé »  Et une partie de lui s’en voulait vraiment, même si les visites étaient évidemment plus pour lui que pour celle lui ayant donné la vie. « J’ai un problème maman » Et il aurait aimé qu’elle soit encore là pour pouvoir le prendre dans ses bras comme lorsqu’il était petit. Ce moment où il se sentait en sécurité de tout, que le moindre problème n’en était plus un. « Papa est sorti de prison. Je sais que tu ne dois pas aimer parler de lui » C’était un homme aimant avant de perdre sa femme « Je pars en Corée avec Ryu et les enfants. Mais Agatha veut rester ici, donc on va partir sans elle. Est-ce que ça fait de moi un mauvais frère ? » Seul le vent répondit à sa question. Et même si Elio ne s’attendait pas à un miracle, il se sentit incroyablement seul à cet instant. Assez pour que sa gorge se serre et qu’il ferme les yeux un instant pour reprendre ses esprits. Pendant combien de temps ? Il n’en avait aucune idée.

Ne trouvant aucune paix, Elio se releva et alla s’asseoir sur un banc en face de la tombe. Il la fixa durant de longues minutes avant de laisser les larmes couler. Il se fichait totalement qu’on puisse le voir, c’était un cimetière pas un parc d’attraction. Plusieurs minutes passèrent et un homme s’assit à ses côtés. Elio accepta les mouchoirs et essuya ses larmes avant d’inspirer longuement pour se calmer. « Merci » Jamais on le lui avait adressé la parole dans cet endroit, qu’importe son état. Il appréciait le geste. Avalant sa salive, Elio releva les yeux vers la tombe de sa mère. « On pense qu’on avance, qu’on a fait le deuil et puis…on réalise que ce n’était qu’une mascarade » Le brun parlait presque pour lui-même, ne sachant pas vraiment si l’homme à ses côté l’écoutait. « On oublie jamais »


code by exordium.





No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Harry LowellLa cerise, fruit de la réussite
Harry Lowell
https://www.ciao-vecchio.com/t9308-harry-lowell https://www.ciao-vecchio.com/t9337-harry-o-45-ans-o-maieuticien
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Paul Bettany @Longanis & @Sandrine
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Cancer du sein et deuil
Messages : 1632 Âge : 45 ans
Métier : Maïeuticien
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Douleur commune. // Elio Empty
# Sujet: Re: Douleur commune. // Elio ( le Mer 16 Fév 2022 - 19:05 )
Harry hocha la tête, il n’avait pas besoin de le remercier : cela était normal. Laissant le jeune homme relever la tête, il garda son regard sur lui pour s’assurer qu’il tenait le coup. Dire qu’il allait bien serait une insulte qui ne se permettrait pas de faire. Puisque cet inconnu semblait vouloir parler, Harry se prêta au jeu : cela ne lui ferait pas de mal non plus d’avoir un peu de contact humain après avoir passé autant d’heures avec sa défunte sœur.

“Il y a plus de pas en arrière, que de pas en avant. Mais au final, il suffit de prendre deux secondes pour voir tout ce qu’on accomplit entre ces pas. Un pas plus un pas fait un long chemin.” Le voilà à être positif alors qu’il savait que jamais il ne pourrait tourner la page. Il détourna son regard de l’inconnu pour pouvoir regarder la tombe de sa sœur à quelques mètres de là. “On n'oublie jamais, mais on apprend à vivre avec. Les années ne rendent pas tout difficile, elles sont nos pires ennemies même : enlevant des détails qu’on voudrait garder pour toujours dans un coin de notre tête.” Harry reporta son attention sur l’inconnu : “C’est aussi parce qu’on n'oublie jamais que ces personnes continuent de vivre.” Il haussa les épaules : “C’est ce que je me dis quand je veux bien m’écouter.” Une petite boutade, nulle, certes, mais qui témoignait parfaitement son état d’esprit. “Vous voulez me parler d’elle ?” Il regardait une tombe en particulière, une tombe avec un nom de femme. “Si vous le voulez bien, naturellement, il n’y a aucune obligation.” Mais si cela pouvait aider l’homme à se raccrocher à de bons moments avec la personne six pieds sous terre : cela valait la peine de passer pour ce qu’il n’était pas. À savoir quelqu’un qui met son nez dans les affaires des autres.


if you can dream it you can do it
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Douleur commune. // Elio Empty
# Sujet: Re: Douleur commune. // Elio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Douleur commune. // Elio -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» (terminé) Weekend en famille au Lac Maggiore. // Elio