Un caffè. // Loris

Revenir en haut
Aller en bas


 

- Un caffè. // Loris -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Lorella & Tiziano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Agatha BenucciL'abricot, fruit du bonheur
Agatha Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t8837-agatha-benucci https://www.ciao-vecchio.com/t8838-agatha-29-ans-medecin-urgentiste
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Alycia Debnam-Carey @Doriana the amazing
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Violence sur les enfants - Deuil - Alcoolisme
Messages : 1773 Âge : 29 ans
Métier : Médecin urgentiste, sa première année en tant que titulaire.
Style RP : Pronoms RP : Elle / Agatha
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Un caffè. // Loris Empty
# Sujet: Un caffè. // Loris ( le Sam 12 Mar 2022 - 21:34 )
Elio était parti avec Ban-Ryu et leurs enfants en Corée. Bien sûr, elle aurait pu y aller. Évidemment qu’elle aurait été la bienvenue dans le jet privé dans celui qui ne pourra jamais officiellement devenir son beau-frère, mais c’était tout comme. Elle était reconnaissante au fond que son frère puisse se reposer sur un homme comme lui. Agatha n’était pas assez égoïste pour souhaiter de voir Elio malheureux et seul. Comme elle. Au moins, lui était loin. Il était en sécurité, Charlie également. Il ne restait plus qu’elle. Face au serial killier qui hantait les rues de Naples, face à ce père au comportement réprobateur et contre nature. Elle tenait bon. Tant bien que mal. Agatha avait repris l’habitude de regarder par-dessus son épaule quand elle sortait, de bien vérifier que personne ne l’attendait à la sortie de l’hôpital. La peur, vieille amie, revenait lui tenir compagnie.

Malgré ses heures à l’hôpital, malgré la terreur qui sciait ses intestins et pesait dans son estomac : elle avait enfilé son jean, son t-shirt et son hoodie - des vêtements passe-partout - et s’était paré d’un bonnet noir pour couvrir ses cheveux tombant en cascade sur ses épaules. Le but ? Retrouver Loris. Une des victimes, ou plutôt, un des survivants. Ils n’étaient pas beaucoup et comme pour tous : Agatha leur donnait la possibilité de rester en contact avec elle : s’ils en ressentaient le besoin. Elle faisait son possible pour les protéger : empêchant la police de trop leur poser des questions au début. Pour sûr qu’elle n’était pas populaire dans les commissariats. On la connaissait. Le bien-être de ses patients passait avant toute chose. Que cela soit physique ou mental, Agatha serait toujours de leur côté. Son serment l’empêchait de faire autrement.

Passant la porte du café Lorella & Tiziano, elle alla au comptoir pour commander un thé à la menthe et un cookie frais avant de s’installer dans un coin. Le même. On ne pouvait pas les voir de la rue, à croire qu’elle avait déjà un mauvais pressentiment à l’époque. En attendant Loris, elle sortit son calepin et son crayon de bois pour commencer à lire ses notes. Des noms codés pour des patients. Elle étudiait constamment. Elle apprenait de ses erreurs, des erreurs des autres : Agatha ne se reposait jamais sur ses lauriers et mettait en doute ses connaissances constamment.

À chaque son de clochette, elle levait la tête. Anxieuse. À chaque fois, un long souffle sortait de ses lèvres. Agatha ne l’avait pas encore vu aujourd’hui, car oui, elle l’avait déjà vu. Plusieurs fois. De quoi confirmer cette peur qui n’était pas factice. Qui n’était pas inventé. Quand elle croisa enfin le regard de Loris, elle lui fit un petit sourire et lui fit signe. Le laissant commander, une fois proche d’elle, elle le salua en bonne et due forme :

“Bonjour Loris.” Continuant de lui offrir ce sourire qui la caractérisait, elle croisa ses bras sur la table : “Comment tu vas ?” Oui, ils se tutoyaient maintenant. Ils avaient eu la chance et le temps d’apprendre à se connaître.


Big brother
“Un frère est un ami donné par la nature.”
Gabriel Legouvé by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
- Un caffè. // Loris -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Lorella & Tiziano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Mea culpa. // Loris
» Loris || Retrouvailles
» Loris || La sauce
» [Terminé] Loris || Le cirque
» Loris ☆ à la recherche d'un emploi.