Circulez, y a rien à voir | Giulio

Revenir en haut
Aller en bas

-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

 

- Circulez, y a rien à voir | Giulio -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Illenia PiccoliniLa cerise, fruit de la réussite
Illenia Piccolini
https://www.ciao-vecchio.com/t9453-illenia-piccolini https://www.ciao-vecchio.com/t9459-illenia-o-35-ans-o-responsable-de-service-dans-une-parfumerie
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Teresa Palmer © Hidden Falls
Thème·s abordé·s : maladie, deuil
Messages : 70 Circulez, y a rien à voir | Giulio 61297f11d413fbe88607f90dc3200c74fcd9ac49
Âge : 35 ans (28/10/1986)
Métier : Responsable du service packaging de la parfumerie Ciezzo
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en elle
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Circulez, y a rien à voir | Giulio Empty
# Sujet: Circulez, y a rien à voir | Giulio ( le Mar 15 Mar 2022 - 12:20 )
Le pas pressant, Illenia parcourt les dernières centaines de mètres qui la séparent de la parfumerie en tentant d'échapper à l'être le plus collant qui lui était donné de voir depuis sa rupture avec Marcello. Un chat. Le genre de gros matou, les babines encore humides du jus de poisson qu'il s'était fait offrir par une habituée du quartier. Ce chat devait être sacrément gâté. Illy trouvait ces animaux, mignons, seulement, elle y était allergique. Et pas qu'un peu. Ce n'était pas le petit picotement du nez et l'écoulement qui s'arrêtait après deux minutes, non. Là, on parlait d'un gonflement du visage, des yeux rouges et irrités, la gorge qui gratte, bref une partie de plaisir. Le chat en question s'était apparemment pris d'une affection soudaine pour Illy lorsque cette dernière est descendue du bus qui l'emmenait chaque matin au travail. La poursuivant à travers la rue, il s'amusait à se faufiler entre ses jambes, prenant soin de déposer ses poils imbibés de sa sainte salive allergisante sur ses mollets nus. La jeune femme n'y fait pas tellement attention et se contente de slalomer dans la rue pour échapper aux demandes du matou qui finit par se lasser et traverse la rue, à la recherche d'une âme plus charitable. Illy se presse, elle avait déjà pris du retard même si techniquement, elle était à l'heure. Elle aimait arriver un peu en avance à la parfumerie, le temps de prendre connaissance des dernières nouvelles et de dire bonjour à son équipe dont elle était à la tête depuis assez peu de temps.

Armée de son badge, la jeune femme pousse la porte battante et passe le bout de plastique devant le boîtier noir qui lui accorde l'accès. Tout le monde ne pouvait pas entrer dans cette aile du bâtiment qui accueillait la Direction ou encore les services annexes. Illenia salue le peu de collègues qu'elle croise dans le long couloir qui la mène en direction de son service, mais sans son sourire habituel. Depuis quelques minutes, maintenant, elle ne sentait pas dans son assiette, son visage commençait à chauffer doucement. Ce qui aurait pu être une bouffée de chaleur, n'en était pas une, elle était en pleine crise. Se rappelant soudainement du chat, Illy fonce directement vers les toilettes et étouffe un cri en voyant l'état de son visage dans le miroir. Ce dernier était déjà gonflé, notamment au niveau des joues, on aurait pu croire qu'elle venait de se faire les dents de sagesse. Ses yeux étaient rouges et humides, son nez également, elle était dans de beaux draps. En quelques minutes, Illenia était devenue un hamster. Elle était habituée à ces réactions allergiques, mais jamais elle n'avait dû y faire face sur son lieu de travail, ce qui la plongeait dans un situation de stress. Honteuse et paniquée, Illy quitte les toilettes pour se réfugier dans la salle de repos qu'elle savait vide à cette heure de la journée. Par des gestes fébriles, la blonde cherche le Graal dans son sac : ses antihistaminiques. Elle fouille, retourne son sac déjà encombré de tickets de caisse et de paquets de mouchoirs vides qu'elle ne pense jamais à enlever. Perdant patience, Illenia finit par vider le contenu de son sac sur une table, pestant contre ce dernier, la gorge déjà sèche et irritée et les yeux brûlants. Angoissée, à l'idée que quelqu'un la trouve ici, dans cet état, elle voulait faire vite. Dans la panique, Illy ne trouve pas la boîte de comprimés qui est pourtant sous ses yeux, alors elle râle, remue les objets devant elle, retournant presque la table elle-même, agacée de ne pas trouver ce qu'elle veut. Après deux longues minutes, la jeune femme cède à la panique et les larmes lui montent aux yeux, d'agacement et de découragement. Elle se sentait terriblement impuissante et il lui était impossible de sortir de la pièce dans cet état, ne serait-ce que par fierté. Soudainement, la boîte d'antihistaminiques entre dans son champ de vision et elle s'empresse de prendre deux comprimés qu'elle avale immédiatement avant de soupirer de soulagement. Il lui fallait maintenant attendre un peu avant que les effets de sa crise ne disparaissent, mais elle se sentait surtout épuisée et peu encline à supporter une journée de travail. Illenia prend un moment pour elle dans la salle de repos, à l'abri des regards, mais cela ne dure pas très longtemps. La porte s'ouvre sur une personne qu'elle ne voit pas, puisqu'elle s'empresse de se tourner de façon à être dos à la porte, se faisant toute petite : si elle ne bougeait pas, peut-être qu'on ne la verrait pas, mais par pitié, que cette personne s'en aille et vite.


Can you hear me calling out your name ? You know that I'm falling and I don't know what to say, I'll speak a little louder I'll even shout, you know that I'm proud and I can't get the words out.
Revenir en haut Aller en bas
Giulio CiezzoLa cerise, fruit de la réussite
Giulio Ciezzo
https://www.ciao-vecchio.com/t9464-giulio-ciezzo#303026 https://www.ciao-vecchio.com/t9469-giulio-o-38-ans-o-pdg-d-une-entreprise-de-parfums#303085
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Michiel Huisman, itsamooncalf
Thème·s abordé·s : abandon d'enfant, disparition d'enfant, féminicide, maladie, suspicion de maltraitance
Messages : 52 Âge : trente-neuf ans.
Métier : PDG d'une parfumerie.
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Circulez, y a rien à voir | Giulio Empty
# Sujet: Re: Circulez, y a rien à voir | Giulio ( le Lun 11 Avr 2022 - 22:39 )
- Giulio.
Son associée entre dans le bureau, excédée. Son attitude est si vive qu’il relève les yeux des parapheurs qu’il signe, pour se concentrer sur elle. Doit-il s’inquiéter ? Il éteint la radio, pose son stylo et appuie son menton contre ses doigts, le regard rivé sur elle, dans l’attente de la suite des informations. C’est rare qu’elle soit dans cet état ; en général, c’est lui. La panique, la colère, les émotions parfois contraires à ce qu’il aimerait ressentir, Giulio connaît que trop bien, mais cette fois, il sent que c’est à lui d’être rassurant.
- Qu’est-ce qui se passe ? Tu sembles très remontée. Et pour une fois, je suis content de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un de mes retards, dit-il, avec un brin d’humour. Il n’y peut rien. Ou si. Il est fautif. Giulio n’est pas ponctuel, et ce n’est pas à cause de ses créneaux qui se prolongent, mais parce qu’il prend plus de temps qu’il n’en a besoin pour boire un café. C’est un moyen de décompresser, de prendre une minute pour lui, pour souffler, entre deux réunions. Il prend le risque de s’attirer les foudres des organisateurices qui ne lui disent rien, mais qui lui adressent parfois un regard mécontent. C’est son pouvoir d’assistant du PDG. Il n’en profite pas seulement parce qu’il le peut, mais surtout parce qu’il péterait les plombs. S’installer, écouter les gens parler, se concentrer, ne jamais décrocher, transmettre les désirs à soi-même, prendre des décisions et recommencer. Quand il a monté sa boîte, il n’a pas signé pour ça. Ce serait mentir que de nier l’évidence ; avec les années, Giulio y a pris goût, a su apprendre les rouages du management, les maîtriser et en cas de doute, sa formidable collaboratrice est là.
- J’ai entendu dire qu’il y avait une taupe, qui vendrait des informations sur nos futurs produits, à la concurrence.
Son sourire disparaît, l’angoisse qui sommeille en lui se réveille, mais n’explose pas. La situation lui est désagréable. Pour autant, l’italien ne souhaite pas se laisser submerger.
- Et qu’en est-il de la véracité de ce « on dit » ?
- Des rumeurs seulement.
- D’accord. Et qu’est-ce qu’on fait alors ?
Iels ne vont pas se baser sur des chuchotements qui ne sont pas vérifiés, qui peuvent être exacerbés, et paniquer. L’idée même qu’on puisse communiquer sur son nouveau parfum le met mal à l’aise, mais ce qui le blesse le plus, c’est de s’entourer de personnes qui le trahissent. Le rapport humain est important, primordial, et c’est l’une des raisons qui le poussent aujourd’hui à rester anonyme. Il a noué des liens avec des collègues, arrive à comprendre le mécanisme des employé·e·s en bas de la pyramide, apprécie de discuter avec elleux au détour du distributeur, ce qui, il est certain, serait impossible si son nom était connu de tou·te·s. Il a bien constaté le fonctionnement dans l’entreprise de son beau-père, a bien cerné la crainte dans certains regards, d’autres étaient impressionnés. Giulio n’a pas envie de tout ça. Avant, il n’était rien et ne désire pas l’oublier, même s’il est évident que sa vie a évolué, ses besoins aussi.
- Je me disais que tu pourrais éventuellement te renseigner… Tu es une taupe, toi aussi, d’une certaine manière.
- Touché.
Grimace. Ce terme, même si c’est le mot, n’est pas agréable à entendre.
- C’est différent, mais oui, je m’en occuperai.
La conclusion finale l’apaise aussitôt, elle. Quant à lui, des questions s’installent. La première ; comment va-t-il bien pouvoir en savoir plus à ce sujet ? Il est au milieu de toutes ces personnes, mais il n’en reste pas moins l’assistant du PDG qui, aux yeux de certain·e·s, est proche et pourrait bien balancer des choses. C’est une place à double tranchant.

Après le mini-point avec Kassandra, l’homme quitte la pièce, un badge dans la main et descend d’un étage pour rejoindre la salle de détente, déjà occupée par une femme à la chevelure blonde.
- Bonjour, dit-il, l’attention focalisée sur la machine. Son moment favori : le choix. Ca se joue entre le café long, le court, le très fort qu’il connaît très bien. Parfois même le chocolat chaud, ou le thé, mais ce n’est pas ce qu’il préfère. Ca ne l’empêche pas de tester une nouvelle fois, en se disant que la prochaine fois, ce sera meilleur, et ça ne l’est jamais.
Constatant aucune réaction de la part de sa collègue, l’homme penche la tête sur le côté, et reconnaît Illenia.
- Tu me conseillerais quoi Illy ? Quelle boisson est la meilleure ?
Et même s’il a intérieurement la réponse, à chaque passage, il fait semblant de ne pas savoir et de redécouvrir pour la première fois. Alors qu’il joue avec son badge magnétique, Giulio se tourne vers la blonde, puis s’en approche, sans arriver à apercevoir son visage entièrement.
- Tu as décidé de bouder aujourd’hui ? Je n'ai encore rien fait pour t'énerver.


I'm a phœnix in the water, A fish that's learnt to fly. I'm wishing, wishing further for the excitement to arrive. It's just I'd rather be causing the chaos, than laying at the sharp end of this knife.
Revenir en haut Aller en bas
Illenia PiccoliniLa cerise, fruit de la réussite
Illenia Piccolini
https://www.ciao-vecchio.com/t9453-illenia-piccolini https://www.ciao-vecchio.com/t9459-illenia-o-35-ans-o-responsable-de-service-dans-une-parfumerie
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Teresa Palmer © Hidden Falls
Thème·s abordé·s : maladie, deuil
Messages : 70 Circulez, y a rien à voir | Giulio 61297f11d413fbe88607f90dc3200c74fcd9ac49
Âge : 35 ans (28/10/1986)
Métier : Responsable du service packaging de la parfumerie Ciezzo
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en elle
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Circulez, y a rien à voir | Giulio Empty
# Sujet: Re: Circulez, y a rien à voir | Giulio ( le Dim 1 Mai 2022 - 12:08 )
Illenia pensait déjà à prévenir son équipe dans un mail qu’elle ne serait pas présente aujourd’hui, espérant que personne ne l’avait vu entrer dans les locaux de la parfumerie. Il était déjà en train de planifier le reste de sa journée quand elle est dérangée. Se retenant de grogner suite à cette intrusion, la jeune femme se tourne de façon à se mettre dos à la porte et qu’on ne la voit pas, voire qu’on l’oublie. Tout ce qu’Illy voulait à cet instant, c’était devenir invisible. Ses mains s’accrochent à son sac, attendant patiemment que l’homme qui venait d’entrer parte aussi vite qu’il était arrivé, se permettant même de ne pas répondre à ses salutations. À la voix, la blonde reconnaît celui qui venait la déranger, il s’immobilise alors un instant. Tout mais pas lui. Marzio était vraiment la dernière personne qu’elle voulait voir dans cette pièce et elle commençait à espérer qu’il ne l’ait pas reconnu. Elle n’avait rien contre lui, enfin presque, mais elle ne voulait pas qu’il la voit dans cet état lamentable car elle savait pertinemment qu’elle en entendrait parler pendant des semaines tout simplement parce qu’il aimait lui rendre la vie impossible. Elle extrapolait peut-être un peu le concernant, mais Illenia avait parfois l’impression qu’il faisait en sorte de la faire tourner en bourrique, notamment lorsqu’il cumulait les retards lors des réunions, choses qui l’agaçaient au plus haut point. Elle n’avait d’ailleurs pas hésité à lui en faire part et depuis, les retards se multipliaient. Mais soit, il lui fallait plus pour la mettre hors d’elle. Ses doigts se crispent un peu plus sur son sac lorsqu’elle entend de nouveau sa voix et le fait qu’il l’ait reconnue, ce n’était pas une bonne nouvelle. Elle tourne un peu plus la tête afin qu’il ne puisse rien voir de son visage alors qu’il se rapproche un peu plus, décidément curieux et inconscient de l’état d’Illenia. La jeune femme renifle doucement, son nez était pris, la tête comme dans un étau, elle n’avait qu’une seule envie, c’était de s’enfuir. Les mots de Marzio l’agacent sur le moment, il n’était pas question de bouder, elle voulait juste disparaître de la surface de la Terre pour éviter d’avoir honte. L’espace d’un instant, Illy, piquée par ses mots et oubliant son état, dirige un regard noir vers lui. « Un mot de ta part et je hurle. » Au moins, il était prévenu maintenant qu’il pouvait admirer le résultat d’une allergie sur son visage désormais enflé. Les antihistaminiques ne faisaient pas encore effet, il fallait compter plusieurs minutes, de trop longues minutes durant lesquelles il pouvait la taquiner. Illenia passe une main sur son visage et fait en sorte de le cacher un maximum, elle ne savait pas à quoi elle ressemblait à cet instant, mais elle en avait une petite idée. « Sinon, je te conseille un café, c’est la seule boisson buvable de la machine. Tu devrais peut-être en toucher deux mots à notre patron, histoire qu’il nous offre une meilleure machine ? » Alors oui, Illy essayait de changer de sujet, de faire en sorte que son allergie ne soit qu’un lointain souvenir, mais il suffisait de la regarder pour que cela revienne immédiatement en mémoire. Elle secoue légèrement la tête afin que ses cheveux se placent un peu plus sur son visage, notamment ses joues et sa mâchoire, zones particulièrement touchées. « Tu ne diras rien, hein ? » Dans le cas contraire, elle allait de toute manière pourrir sa vie, elle s’en faisait la promesse.


Can you hear me calling out your name ? You know that I'm falling and I don't know what to say, I'll speak a little louder I'll even shout, you know that I'm proud and I can't get the words out.
Revenir en haut Aller en bas
Giulio CiezzoLa cerise, fruit de la réussite
Giulio Ciezzo
https://www.ciao-vecchio.com/t9464-giulio-ciezzo#303026 https://www.ciao-vecchio.com/t9469-giulio-o-38-ans-o-pdg-d-une-entreprise-de-parfums#303085
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Michiel Huisman, itsamooncalf
Thème·s abordé·s : abandon d'enfant, disparition d'enfant, féminicide, maladie, suspicion de maltraitance
Messages : 52 Âge : trente-neuf ans.
Métier : PDG d'une parfumerie.
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
Circulez, y a rien à voir | Giulio Empty
# Sujet: Re: Circulez, y a rien à voir | Giulio ( le Dim 8 Mai 2022 - 21:42 )


I'm a phœnix in the water, A fish that's learnt to fly. I'm wishing, wishing further for the excitement to arrive. It's just I'd rather be causing the chaos, than laying at the sharp end of this knife.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Circulez, y a rien à voir | Giulio Empty
# Sujet: Re: Circulez, y a rien à voir | Giulio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Circulez, y a rien à voir | Giulio -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Giulio || C'est rien, c'est la rue
» Thomas | Je peux te voir un moment ?
» [Terminé] Magda | Faisons comme si de rien n'était ou comment ça se passe ?