Adonis || Water under the bridge

Revenir en haut
Aller en bas

-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

 

- Adonis || Water under the bridge -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Teatro San Carlo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Esha VarmaLa myrtille, fruit obscure
Esha Varma
https://www.ciao-vecchio.com/t9457-esha-varma https://www.ciao-vecchio.com/t9466-esha-o-36-ans-o-serveuse-a-las-cuevas#303042
ID : Cilaos
Pronom : Elle
Faceclaim : Aditi Rao Hydari : longani + signa : astra
Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : précarité, maladie, rue
Messages : 362 Âge : 32 ans
Métier : Serveuse à Las Cuevas
Style RP : Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Adonis || Water under the bridge Empty
# Sujet: Adonis || Water under the bridge ( le Jeu 31 Mar 2022 - 1:18 )
Esha n’était pas du tout à l’aise au milieu de toutes ces personnes. Assise à son siège, elle sentait les regards sur elle comme si tout le monde était capable de sentir l’odeur d’imposteur qu’elle dégageait. Au creux de son ventre une boule s’était formée et continuait à grossir à mesure que s’écoulaient les secondes. Elle ne devrait pas être là. Sa place n’était pas à cet endroit. Dès le moment où elle avait acheté sa place, une petite voix lui avait soufflé qu’elle ferait mieux de changer ses plans. Chose qu’elle a pensé à faire plus d’une fois, pourtant elle était là ce soir. Elle était là pour lui. Pour le voir et le soutenir silencieusement et cachée au milieu de la foule qui continuait à remplir les places. Adonis. Malgré les années passées, elle n’a jamais cessé de penser à lui et se demandait très souvent ce qu’il devenait. Elle avait appris qu’il était sorti de prison, ce qui avait fait naître un infime espoir chez l’Indienne de peut-être renouer avec lui. Mais la réalité était qu’elle appréhendait la réaction du jeune homme s’il la voyait. A chaque fois qu’elle avait l’impression de le croiser dans la rue, Esha se tétanisait aussitôt, partagée entre l’envie d’aller à la rencontre de cette silhouette qui se dessinait au loin, et l’envie de fuir à cause de la honte qu’elle éprouvait de ne pas avoir gardé contact. Pourtant, elle avait toujours cru son innocence et avait cru bien faire de le dire à Agatha qui s’était empressée de la mettre à la rue. Même si elle mit du temps à retomber sur ses pattes, c’était sans regrets qu’elle avait quitté cet endroit. Aujourd’hui sa situation n’était pas vraiment la meilleure, mais elle était déjà mieux que lorsqu’elle vivait aux crochets du jeune couple.

Perdue dans ses pensées, elle s’obligea à y couper court lorsque les lumières clignotèrent pour annoncer le début du spectacle. Concentrée sur les moindres détails pour être sûre de ne rien rater, elle retint son souffle pendant un long moment jusqu’à le voir sur scène. Un sourire triste avait étiré ses lèvres alors que ses yeux s’emplissaient de larmes de joie, de fierté et de tristesse. La personne à côté d’elle lui lançait parfois des regards en la voyant pleurer alors qu’il n’y avait pas lieu d’être. L’Indienne sentait bien son regard sur elle, mais elle préférait ne pas y prêter attention parce qu’elle se fichait bien qu’on la remarque ou pas ce soir. A la fin de la prestation, elle fut dans les premières à se lever pour acclamer les danseurs en les applaudissant de toutes ses forces jusqu’à s’en faire mal aux mains. Son regard n’était que pour lui, au même titre que ses applaudissements. Elle était sûre que les autres avaient été biens, mais elle était là ce soir uniquement pour Adonis. Même si ce dernier n’en avait aucune idée. Elle dirait à qui voulait bien l’entendre que ça lui allait bien comme ça parce qu’elle ne cherchait pas à ce qu’il remarque sa présence, pourtant elle s’était mise à chercher son regard en restant debout le plus longtemps alors que les autres autour d’elle commençaient à se diriger vers la sortie. Pendant un court instant, son regard croisa le sien - du moins elle avait eu cette étrange impression - et prise d’une gêne soudaine, elle détourna le regard en ne bougeant pas pour autant.

Les applaudissements diminuaient petit à petit tandis qu’Esha ne bougeait pas devant son siège vide où elle savourait chaque secondes où elle pouvait être en sa présence. Même si ce soir elle devrait se contenter de ne pas être vue, tant qu’elle l’avait vu elle c’était tout ce qui lui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis ContiniLa myrtille, fruit obscure
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Henry Cavill @Proserpine & littlewolf (sign)
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Prison ; violence physique par son ancienne femme.
Messages : 485 Adonis || Water under the bridge Tumblr_inline_p3piitAfAG1t8bm8b_250
Âge : 40 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Style RP :
Pronoms RP : Il / Adonis
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Adonis || Water under the bridge Empty
# Sujet: Re: Adonis || Water under the bridge ( le Sam 2 Avr 2022 - 12:19 )
Daria et lui n'étaient plus ensemble depuis maintenant plusieurs longs mois. Elle était partie. Laissant Adonis, seul, le cœur amarouché dans cet appartement qui devait être le signe d'un nouveau départ. Est-ce qu'il lui en voulait ? Absolument pas. Le danseur n'avait pas le cœur à faire une telle chose à une personne qu'il avait tant aimé. Ses sentiments pour Daria ne partiront pas de coût, mais que pouvait-il faire ? Comme la vie le lui avait prouvé : elle ne s'arrêtait pas et pour personne. Dans son malheur, il pouvait se plonger corps et âme dans son travail. Ce contrat exaltant avait redonné un second souffle à sa carrière. Il avait déjà plusieurs contrats possibles après celui-ci. De quoi lui redonner foi en l'avenir et de le faire sourire entre deux marées de larmes. Daria avait laissé con vide, mais Adonis le défaitiste s'y attendait. C'est peut-être pour cela qu'il ne pouvait pas lui en vouloir. Car tous les matins il s'était réveillé à ses côtés ont été des moments de bonheur intenses, mais qui étaient éphémères à ses yeux. Le destin lui arrachait toujours ce qu'il donnait. Adonis était juste heureux en réalité d'avoir connu un amour aussi beau. Daria lui avait permis de tenir bon en prison. Elle lui avait donné les clés pour voir ce qu'est une relation saine, sans abus quelconque. Rien que pour cela : Adonis se devait de chérir ce qu'ils ont vécu. Il se refusait à empoisonner ces moments avec de l'amertume.

Comme tous les jours depuis maintenant quatre mois : Adonis se dirigeait vers le théâtre qui accueillait en son sein la comédie-ballet. Saluant les danseurs, il s'arrêta à la loge de sa partenaire de scène pour lui donner une rose. Tradition insufflée par sa mère, et ce, depuis des années. Des petites attentions qu'il avait également pour les autres danseurs sous forme de sucreries, gâteaux ou boissons chaudes. De quoi le rendre populaire. Ce n'était pour gagner des faveurs qu'il faisait tout cela. Le danseur était juste gentil. Même quand on lui chiait dans les bottes. Son ancienne femme en était l'exemple parfait. Bien sûr qu'il l'évitait comme la peste. Cependant, si jamais elle avait besoin : il répondrait présent. Il le savait, il ne se valait pas la face. Adonis était trop vieux pour ne pas se connaître. Cette personne n'était pas une exception. Le bougre n'en valait même pas à ceux qui l'ont cru coupable.

Pourtant, et pourtant, il y avait dans son cœur cette zone d'ombre. Ce venin qui trouve son Origine dans son passé carcérale. La prison de Naples. Une des pires d'Italie et à juste titre. Plusieurs cicatrices pouvaient témoigner de son parcours des combattants après 10 ans passés derrière les barreaux sur les 15 de prévus. Daria partit, il n'y avait plus réellement de garde-fou. Teo et  Ugo arrivaient à contenir l'animal, mais Adonis ne pouvait pas toujours les avoir à ses côtés. Eux aussi ont une vie. Le danseur savait qu'ils répondraient présent dans le pire des cas. Malgré tout : il devait ré-apprendre à se retrouver seul après tant de mois à flirter avec le bonheur de la sorte.

Recevant les applaudissements de la foule, Adonis était toujours serein à la fin d'une représentation. Toutes ces idées dépressives et négatives se tenaient tranquille quand il était sur scène : lui donnant un peu de répit. Comme toujours : son regard parcourt chaque présage alors qu'ils se serraient tous les mains pour saluer les spectateurs. C'est alors qu'il reconnut une paire d'yeux. Son cœur s'arrêta. Son souffle se coupa. Il articula son prénom. "Esha." Ils ne s'étaient pas vus, ni parler depuis 10 ans. Malgré tout, il reconnaîtrait ce regard entre mille pour l'avoir tant côtoyé longtemps. Esha et sa maman ont toujours été dans ses prières. Il savait pour elle, il savait également qu'il était un des seuls. Adonis n'avait jamais brisé la confiance de son amie. Oui. C'était une amie. Alors, ni une, ni deux : le rideau tiré, il brava ce qui n'était pas conseillé et encore en costume descendit de la scène pour aller la retrouver. "Esha." Dit-il plus fort cette fois-ci pour couvrir le brouhaha. "Viens donc !" Lui faisant signe de le suivre, il attrapa doucement sa main. Adonis ignorait royalement les demandes d'autographe si on l'appelait. Seul Esha comptait.

Il l'emmena derrière, dans les coulisses, au calme : il lâcha sa main et la regarda. "Je t'épargne l'accolade collante." Il était en sueur et n'avait pas pris le temps de faire quoi que ce soit : agissant sur un coup de tête. Pour une fois. "Je suis si content de te voir ! Ça fait si longtemps." Pas besoin de rappeler pourquoi. "Comment tu vas ? J'espère que ta maman va bien ?" Son immense sourire prouvait qu'il était sincèrement heureux de la revoir même si elle représentait un passé commun avec son ex-femme. "Tu veux aller dans ma loge peut-être ? On y sera plus tranquille pour parler." Proposa-t-il avec bienveillance.


Sans toi les émotions d’aujourd’hui ne sont que la peau morte
des émotions d’autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Esha VarmaLa myrtille, fruit obscure
Esha Varma
https://www.ciao-vecchio.com/t9457-esha-varma https://www.ciao-vecchio.com/t9466-esha-o-36-ans-o-serveuse-a-las-cuevas#303042
ID : Cilaos
Pronom : Elle
Faceclaim : Aditi Rao Hydari : longani + signa : astra
Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : précarité, maladie, rue
Messages : 362 Âge : 32 ans
Métier : Serveuse à Las Cuevas
Style RP : Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Adonis || Water under the bridge Empty
# Sujet: Re: Adonis || Water under the bridge ( le Dim 3 Avr 2022 - 22:11 )
Peut-être qu’elle aurait dû fuir au lieu de rester là. A croire qu’elle voulait qu’une chose, c’était qu’il la remarque au milieu de la foule. Assourdie par les applaudissements, Esha continuait à chercher vainement son regard et alors qu’elle le croisa en fin, elle fut prise de cette honte qui la força à baisser la tête. Dans son regard elle n’avait vu ni rancœur, ni jugement. Du moins dans sa tête, elle ne l’avait vu qu’une demi secondes, et ça lui avait suffit pour ce soir. Pendant que les autres commençaient peu à peu à vider la salle, discrètement la jeune femme se préparer à quitter elle aussi les lieux qui l’avait renoué à son passé l’espace de quelques heures. Un sourire triste aux lèvres, elle tourna le dos à l’assemblée pour récupérer sa veste qu’elle enfila et récupéra son sac qu’elle avait fait tomber par terre en se levant pour acclamer les danseurs.

Par dessus le brouhaha que faisait la foule, elle entendit crier son prénom. Tous ses gestes se figèrent alors qu’elle hésitait à se retourner. Il était impossible que quiconque ici connaisse son prénom. Si ce n’était Adonis. Mais dans la tête de l’Indienne cela était juste peu probable qu’il l’appelle. Sur le point de s’en aller pour de bon, elle se tourna tout de même pour essayer de l’apercevoir une dernière fois sur la scène. A sa grande surprise, il n’y était plus. Pendant un court instant, son regard le chercha avant de le voir plus proche d’elle qu’elle ne le pensait. Dans sa poitrine, son rythme cardiaque s’arrêta complètement avant de repartir en trombe sous l’effet de la surprise. Comme pour être sûre de ne pas rêver, elle regarda derrière elle pour s’assurer qu’il ne parlait pas à la personne qui se trouvait dans son dos. Par réflexe, elle fit un pas dans sa direction car même si sa tête lui disait qu’elle n’aurait pas dû être là, son corps avait réagit autrement. Très vite, elle se retrouva avec la main dans la sienne à traverser la salle pour aller un peu plus loin de la foule. Sans dire un mot, elle avait serré ses doigts dans les siens et en sentant la chaleur de ce simple toucher, elle en eut des frissons qui remontèrent toute sa colonne vertébrale. Autour d’elleux, des gens s’avançaient dans l’espoir d’obtenir quelques secondes d’attention de la part du danseur qui traçait sa route en n’accordant même pas un regard à ses fans. Esha en était gênée mais préférait ne pas relever.

Dans les coulisses au calme, les voix continuaient à leur parvenir bien qu’étouffées. Sa main lâcha celle du danseur avant d’agripper son sac de façon nerveuse. « Oui, ça fait longtemps. » Malgré son sourire, sa tristesse était palpable et son regard fuyant ne faisait que confirmer qu’elle était gênée. « Ca va… » Elle leva la tête en sentant ses yeux s’embuer doucement de larmes à la mention de sa mère. Il était l’une des rares personnes au courant pour son passé et la situation médicale de sa mère. Il l’avait d’ailleurs aidé plus d’une fois et elle lui en sera à jamais reconnaissante. Malheureusement, les nouvelles ne s’étaient pas améliorées depuis la dernière fois qu’elle lui en avait donné. C’est-à-dire il y avait déjà 10 ans. « Ma mère…elle tient bon. » Elle haussa doucement les épaules, certaine qu’il comprendrait ce qu’elle voulait dire. « On va dire ça comme ça. » Elle poussa un soupir. « Et toi, comment tu vas ? » S’enquit-elle du bout des lèvres, timidement. « Je crois que tu as des gens qui veulent te voir. » Elle pointa du doigt les cris qu’elle arrivait toujours à entendre et qui ne s’étaient pas arrêté malgré qu’iels se soient éloigné.e.s. « Ou te faire la peau, j’avoue que j’ai du mal à faire la différence. » Elle esquissa un mince sourire, essayait de faire un peu d’humour. « Je veux bien qu’on aille dans un endroit plus calme. A moins que tu veuilles aller saluer quelques fans ? » Chose qu’elle aurait totalement compris. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il lâche tout pour elle après dix ans sans se parler.


Mariti subsidiis nobilitas virginis cum et patris et filia liberis pauperis Valerius amicorum filia erubesceret adultae diuturnum causa amicorum cum alitur Reguli Reguli nobilitas patris liberis Scipionis cum Valerius cum Publicola diuturnum mariti uxor aerario alitur humatur liberis ille adultae.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis ContiniLa myrtille, fruit obscure
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Henry Cavill @Proserpine & littlewolf (sign)
Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Prison ; violence physique par son ancienne femme.
Messages : 485 Adonis || Water under the bridge Tumblr_inline_p3piitAfAG1t8bm8b_250
Âge : 40 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Style RP :
Pronoms RP : Il / Adonis
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Adonis || Water under the bridge Empty
# Sujet: Re: Adonis || Water under the bridge ( le Mer 18 Mai 2022 - 20:51 )
Bien trop heureux de revoir un des seuls fantômes de son passé qui manquait à la toile de présent : son corps avait agi avant que la raison ne l'empêche de faire une telle chose. S'élançant hors de la scène puis dans la foule : il cria le nom d'Esha pour la retenir. Pour qu'elle ne s'enfonce pas dans cette masse d'inconnus qui n'avait aucune valeur à ses yeux. Adonis avait passé trop de temps en dehors du monde extérieur pour perdre du temps avec celles et ceux qui ne comptaient pas. Échangeant quelques mots, il ne perdit pas une seconde de plus et attrapa sa main pour ne pas la perdre, pour ne pas la perdre à nouveau de vue. Il se le refusait.

À l'abri des regards, loin de la foule : il peut enfin prendre plus de temps pour la regarder. Esta n'avait presque pas changé. Elle avait toujours ce même regard dans lequel il s'était perdu souvent après un énième abus. Adonis demanda comment elle allait avant de s'enquérir de la maman. Le danseur n'avait rien oublié. Il savait que la situation était précaire à l'époque et de tout son cœur, il avait espéré que la situation soit meilleure. Malheureusement, en voyant le regard embrumé de son amie, il comprit que ses espoirs ont été vains, ses prières jamais exaucées par un dieu qui s'était fait absent ces dernières années. Il comprit à travers les quelques mots, coupler au comportement d'Esha qu'une réponse plus élaborée pourrait être demandée dans un endroit plus calme. Il ne fit pas l'affront d'insister.

"Je dois encore réapprendre à vivre… À m'habituer à la liberté. J'avoue que je m'attends toujours à y retourner." Esha comprendrait. Le croyait-elle réellement innocent ? Adonis l'espérait, il avait perdu tant de personnes après son séjour en prison.

Relevant la fête, il sourit doucement avant de reporter son attention sur elle. "Probablement les deux." Avoir retrouvé en partie un peu de gloire était grisant. Il ne perdait cependant pas de vue ce qui comptait. "Tu es plus importante qu'eux." Adonis lui fit signe de la suivre.

Le danseur l'emmena dans sa loge et referma la porte derrière lui. "Mets-toi à l'aise, mange et bois ce que tu veux. Je vais juste me laver et changer. Ça sera mieux pour toi et moi." Dit-il en rigolant. "À tout de suite." Et il disparut dans la petite salle de bains pour en ressortir une quizaine de minutes plus tard : une serviette autour du cou, un pull-over à col roulé et un jean. "J'espère que je n'ai pas été trop long ?" Au moins, il sentait bon maintenant. Adonis s'installa devant Esha. "Tu veux bien me dire comment tu vas… Réellement ?" S'il demandait, c'est qu'il était sincèrement interessé. "Et je te promets de faire de même." C'était toujours donnant, donnant avec lui. Jamais il ne demandait aux autres, ni ne posait une question à laquelle il ne répondrait pas.


Sans toi les émotions d’aujourd’hui ne sont que la peau morte
des émotions d’autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Esha VarmaLa myrtille, fruit obscure
Esha Varma
https://www.ciao-vecchio.com/t9457-esha-varma https://www.ciao-vecchio.com/t9466-esha-o-36-ans-o-serveuse-a-las-cuevas#303042
ID : Cilaos
Pronom : Elle
Faceclaim : Aditi Rao Hydari : longani + signa : astra
Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : précarité, maladie, rue
Messages : 362 Âge : 32 ans
Métier : Serveuse à Las Cuevas
Style RP : Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Adonis || Water under the bridge Empty
# Sujet: Re: Adonis || Water under the bridge ( le Hier à 22:52 )
Elle hocha la tête doucement, signe qu’elle savait à quoi il faisait référence. Elle ne pouvait pas dire qu’elle comprenait ce qu’il ressentait, ni même ce qu’il avait vécu. A ce jour, elle avait même du mal à croire qu’il se tenait devant elle. Il était arrivé que l’Indienne pense au jeune homme en se demandant comment il allait, est-ce qu’il arrivait à survivre cet environnement… Elle aimerait dire que oui. Qu’il avait tenu bon et que cette expérience était aujourd’hui derrière lui. Mais quelque chose dans le regard du danseur n’arrivait pas à convaincre Esha. De loin, il avait l’air d’être cette même personne qu’elle avait connu il y avait des années de ça. Pourtant lorsqu’elle regardait de plus près, quelque chose avait l’air de s’être brisé chez lui. Comme une fissure invisible à l’œil nu, mais tout de même perceptible lorsqu’on s’attardait suffisamment. A cette pensée, elle fit un petit pas dans sa direction, prête à en faire un deuxième mais se ravisa aussitôt. Pour l’Indienne, l’atmosphère était très étrange. Dans ce présent qui semblait irréel, elle avait la sensation que leur passé les avait rattrapé en quelques secondes au travers d’un échange aussi court qu’un battement de cils.

Elle essaya de détendre l’atmosphère, afficha un mince sourire mais le cœur n’y était pas. Il était gros. Plein de regrets, couverts de cicatrices que même le temps ne parviendrait pas à panser. Et quelque part, elle arrivait à sentir cette même peine chez cet ami de longue date qu’elle avait envie de prendre dans ses bras. De rassurer. De lui dire que l’avenir serait meilleur et qu’il fallait juste être patient. Mais ce serait là des paroles bateaux, probablement des mensonges parce qu’elle n’en savait rien de ce que l’avenir allait les réserver. Peut-être que ce soir serait même la seule opportunité pour la jeune femme de le retrouver. « Tu es sûr ? Je ne voudrais pas énerver un fan qui attend depuis des heures de te rencontrer… » Elle afficha un petit sourire, flattée qu’il la fasse passer avant les autres. Elle se fichait bien que des fans aient attendus des heures pour avoir un moment avec Adonis. Esha elle, avait attendu des années pour le retrouver.

Sans se faire prier, elle emboîta le pas du danseur en essayant de croiser aucun regard sur son passage qui, elle le savait, serait curieux. Dans sa loge, elle déposa son sac sur une chaise au même titre que sa veste qu’elle n’avait pas encore enfilé, laissant ses yeux balayer la pièce. « D’accord. Va, je t’attends ici. » Répondit Esha. « A tout de suite. » Dit-elle avec un petit sourire.

Pendant le temps où elle resta seule, Esha ne toucha à rien. Elle n’osait pas, même les choses qui lui donnaient pourtant envie. Elle savait qu’Adonis ne lui en voudrait pas si elle se servait ne serait-ce qu’un verre d’eau, pourtant elle préféra ne rien faire. Elle s’assit quelque part et sortit son téléphone pour vérifier qu’elle n’avait aucun message urgent. Et même en en voyant aucun, son cœur n’arrivait pas à être serein.
Lorsqu’il réapparut dans la pièce, Esha leva la tête de son téléphone pour la première fois depuis son départ, et le rangea. « Non, ne t’inquiète pas. » La vérité était qu’elle avait passé tellement de temps à s’inquiéter au court de ces dernières minutes qu’elle n’avait pas vu le temps passer.

A la question d’Adonis, elle arqua un sourcil. « J’ai déjà répondu… » Elle ne termina pas la phrase en entendant la fin de celle du danseur. Elle poussa un soupir en essayant de garder la face, un mince sourire au coin des lèvres qui trahissait déjà son état d’esprit. « Je vois. » Commença la jeune femme qui se passa une main dans les cheveux. « Qu’est-ce qui te fait croire que je ne t’ai pas déjà répondu ? » Elle essayait de gagner du temps. Esha aurait aimé qu’il ne lui pose pas cette question, qu’il ne réussisse pas à sonder aussi bien sa peine. Elle se demandait même si c’était la première chose qu’on percevait chez elle. Ou alors, il la connaissait tellement que malgré les années passées, il arrivait encore à voir lorsque ça n’allait pas. « Certaines choses ne changent pas on dirait. » Elle avait soufflé ces mots plus pour elle, pour résumer le fil de sa pensée qui continuait à défiler dans sa tête.
« A quand remonte la dernière fois qu’on s’est vues ? Des années, c’est ça… » Elle connaissait le jour exacte, cette question n’était que rhétorique. « Si je te dis que rien n’a vraiment changé depuis ça… est-ce que ça te donne une idée de comment ça va, réellement ? »


Mariti subsidiis nobilitas virginis cum et patris et filia liberis pauperis Valerius amicorum filia erubesceret adultae diuturnum causa amicorum cum alitur Reguli Reguli nobilitas patris liberis Scipionis cum Valerius cum Publicola diuturnum mariti uxor aerario alitur humatur liberis ille adultae.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Adonis || Water under the bridge Empty
# Sujet: Re: Adonis || Water under the bridge ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Adonis || Water under the bridge -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Teatro San Carlo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Adonis - Promenade
» Adonis || Big girls don't cry
» Adonis | home is just another word for you