On voue nos nuits à l'insomnie | Eros

Revenir en haut
Aller en bas

-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

 

- On voue nos nuits à l'insomnie | Eros -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences :: 22. Via Del Sole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alexandra LazzariLa pomme, fruit libéré
Alexandra Lazzari
https://www.ciao-vecchio.com/t9534-alexandra-lazzari https://www.ciao-vecchio.com/t8140-alexandra-o-36-ans-o-institutrice
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Shantel VanSanten © Hidden Falls
Thème·s abordé·s : deuil, nyctophobie
Messages : 728 On voue nos nuits à l'insomnie | Eros Tumblr_ny8nmb8xPo1r752xto2_400
Âge : 36 ans (24/03/1986)
Métier : Institutrice dans une école primaire, elle s'occupe d'une classe de troisième degré (8 ans)
Style RP : Pronoms RP: j'écris en elle
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

On voue nos nuits à l'insomnie | Eros Empty
# Sujet: On voue nos nuits à l'insomnie | Eros ( le Dim 24 Avr 2022 - 17:52 )
On voue nos nuits à l'insomnie @Eros Lazzari & Alexandra
L’obscurité avait envahi l’appartement et bientôt, Alexandra n’arrivait plus à discerner le peu de rayons de lumière qui pouvait émaner de l’extérieur. Les réverbères s’étaient éteints pour la nuit et seule la lumière artificielle d’une lampe pouvait maintenant être un soutien pour elle. Nichée au fond de son lit, la couette remontée jusqu’au nez, la blonde regarde les ombres danser sur les murs de sa chambre. En temps normal, elle s’endormait avec une petite lampe allumée ou alors la télé qui l’accompagnait une partie de la nuit. Mais ce soir, elle avait beau essayer de fermer les yeux, de se bercer doucement dans son lit pour faire venir le sommeil, rien ne marchait. Ses yeux inventaient des ombres cachées dans un recoin de la pièce. Une menace invisible planait au-dessus de sa tête, elle le sentait, même si d’un autre côté, elle essayait de se rassurer à l’aide de son côté rationnel : son côté imaginatif lui jouait des tours. Ce dernier prenait d’ailleurs toujours le dessus, elle avait beau essayer de rationaliser, sa peur était telle, qu’elle se mettait à trembler, l’angoisse l’empêchant de respirer convenablement. Alexandra était pétrifiée sous sa couette, bien incapable de bouger ou de sortir de son lit, imaginant déjà une main se saisir de son pied lorsqu’elle le poserait au sol. Cette idée la fait gémir d’angoisse. Dans un ultime sursaut de courage, elle s’empare de son téléphone qui éclaire un instant la pièce, mais ce n’était pas plus rassurant. Elle pianote sur son écran tactile, priant pour que son interlocuteur ne soit pas endormi à cette heure tardive. Il était près d’une heure du matin et par chance, Eros ne dormait pas, comme elle, il faisait une insomnie. Le fait de savoir qu’il était d’accord pour qu’iels se voient lui était suffisant. Elle ne prend pas la peine de répondre à son dernier message, elle savait pertinemment qu’il allait lui dire qu’il ferait le déplacement, mais elle n’en avait pas envie, elle voulait quitter cet endroit au plus vite.

La ville est endormie, peu de voitures roulent à cette heure-ci ce qui permet à Alexandra de se rendre dans le centre-ville assez rapidement. Une fois stationnée non loin de l’immeuble de son cousin, elle saute hors de la voiture, rabattant son manteau autour d’elle, réalisant seulement à cet instant qu’elle n’avait pas pris la peine de se changer. Tant pis. Affublée de son pyjama bleu aux motifs floraux, elle pénètre dans le bâtiment, puis dans l’ascenseur, la torche de son téléphone braqué sur tous les recoins sombres des pièces qu’elle traversait. L’idée de retrouver Eros la rassurait, la rendait plus courageuse, mais sa peur n’avait pas disparue pour autant. Le cœur battant, elle se précipite hors de l’ascenseur qui l’avait mené au troisième étage et appuie sur l’interrupteur près de ce dernier afin d’allumer toutes les lumières du palier, la gorge serrée. Elle y était presque désormais, plus que quelques mètres avant la délivrance, avant de retrouver les bras réconfortants de son cousin, le seul qui arrivait à comprendre ce qu’elle traversait durant ces nuits-là, tout comme elle, savait ce qu’il vivait lors de ces nuits. Alexandra approche de la porte de l’appartement et toque doucement, mais assez fort pour se faire entendre par Eros. Elle n’avait pas envie de réveiller les colocataires qui vivaient avec lui, même si dans le fond, c’était le cadet de ses soucis. La porte finit par s’ouvrir sur son aîné et une petite moue s’installe sur son visage. Une petite moue désolée afin d’adoucir l’agacement qui allait fuser, elle savait qu’Eros n’aimait pas la voir traîner dehors, mais c’était trop tard, elle était déjà là. « Me gronde pas… » Un regard suppliant, mais surtout calculé alors qu’elle tend déjà les bras, à la recherche d’une étreinte réconfortante.
Revenir en haut Aller en bas
Eros LazzariLa pomme, fruit libéré
Eros Lazzari
https://www.ciao-vecchio.com/t9493-eros-lazzari#303329 https://www.ciao-vecchio.com/t9496-eros-37-ans-infirmier-liberal#303360
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Stanley Weber
Thème·s abordé·s : pédocriminalité, meurtre, sang, terreur nocturne.
Messages : 24 Métier : infirmier libéral.
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP. Je n'écris plus avec les hommes que je ne connais pas.
On voue nos nuits à l'insomnie | Eros Empty
# Sujet: Re: On voue nos nuits à l'insomnie | Eros ( le Dim 24 Avr 2022 - 18:56 )


It's getting hard to hide this tainted lullaby. I'm talking in my sleep, the sky is falling down. It's getting closer now, It's getting hard to breathe.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandra LazzariLa pomme, fruit libéré
Alexandra Lazzari
https://www.ciao-vecchio.com/t9534-alexandra-lazzari https://www.ciao-vecchio.com/t8140-alexandra-o-36-ans-o-institutrice
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Shantel VanSanten © Hidden Falls
Thème·s abordé·s : deuil, nyctophobie
Messages : 728 On voue nos nuits à l'insomnie | Eros Tumblr_ny8nmb8xPo1r752xto2_400
Âge : 36 ans (24/03/1986)
Métier : Institutrice dans une école primaire, elle s'occupe d'une classe de troisième degré (8 ans)
Style RP : Pronoms RP: j'écris en elle
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

On voue nos nuits à l'insomnie | Eros Empty
# Sujet: Re: On voue nos nuits à l'insomnie | Eros ( le Mar 26 Avr 2022 - 13:11 )
On voue nos nuits à l'insomnie @Eros Lazzari & Alexandra
Alexandra savait pertinemment qu'Eros n'allait pas aimer la voir arriver seule ainsi, en pleine nuit. Alors que l'ascenseur grimpe les étages en grinçant légèrement, elle se doutait bien que son cousin devait être en train de surveiller son téléphone ou même qu'il était en train de ruminer comme il savait si bien le faire. La jeune femme n'allait donc pas faire la fière sur le pas de la porte, mais cela avait été plus fort qu'elle, il fallait qu'elle sorte de son appartement. Le mal étant fait, elle n'allait pas retourner chez elle pour appeler Eros à la rescousse, alors, dépitée, elle toque à la porte et attend patiemment son sort. Sort qui ne tarde pas à arriver, car elle se retrouve vite face à son cousin, une moue désolée sur le visage. Elle observe immédiatement sa contrariété, elle en avait presque l'habitude et ce n'était pas forcément quelque chose dont elle devait se vanter. Les traits saillants de sa mâchoire, son regard inquiet, c'est tout ce qu'elle voit avant qu'elle ne soit attirée à l'intérieur de l'appartement, laissant échapper un hoquet de surprise. L'institutrice ne dit pas un mot, bien consciente qu'elle pouvait être pénible et d'avoir été égoïste sur l'instant. Elle regrette désormais, elle sait l'angoisse qu'elle venait de causer, elle ressentait à la manière donc Eros la tenait contre lui. « Je suis désolée… » souffle-t-elle en évitant son regard, elle ne voulait pas faire face à sa déception pour le moment. Pourtant, elle pousse une expiration de bien-être, ses muscles jusqu'alors tendus, se décontractent au fur et à mesure où elle se niche contre son cousin qui la serre si fort contre lui qu'elle avait l'impression d'être une poupée de chiffon. Elle reste ainsi pendant un moment, la peur quittant peu à peu son esprit, ses tremblements cessent de secouer son corps et Alex lève les yeux vers Eros qui faisait bien deux têtes de plus. Elle se pince les lèvres, il disait vrai, rien ne l'empêchait de recommencer. C'était comme après une nuit de beuverie, on promet de ne jamais recommencer, mais la promesse n'était jamais tenue. « Oui, je le suis. Mais tu m'aimes quand même. » Elle ose un léger sourire avant de passer une main dans les cheveux de son aîné. « Ne m'en veux pas Eros, s'il te plaît. » Elle n'aimait pas les tensions, encore moins lorsqu'il s'agissait de lui, cela lui était vraiment peu supportable. Elle se dégage légèrement de l'étreinte et repère l'absence de l'une de ses chaussures sur son pied nu. « Tu comptais sortir comme ça ? » Elle le taquine un peu, histoire d'alléger l'atmosphère, mais elle n'était clairement pas mieux habillée de son pyjama. « On se fait un chocolat chaud ? » Un rituel lors de leur insomnie, parfois le lait chaud pouvait aider, parfois non, tous les moyens étaient bons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
On voue nos nuits à l'insomnie | Eros Empty
# Sujet: Re: On voue nos nuits à l'insomnie | Eros ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- On voue nos nuits à l'insomnie | Eros -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences :: 22. Via Del Sole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» (terminé) Athenais || Vouer ses nuits à l'assasymphonie
» EROS | burning hour