Ne me laissez pas seul.e | Eren

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -35%
Climatiseur électrique mobile – TECTRO ...
Voir le deal
114 €

 

- Ne me laissez pas seul.e | Eren -

Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Delilah ErsanLa cerise, fruit de la réussite
Delilah Ersan
https://www.ciao-vecchio.com/t9514-delilah-ersan https://www.ciao-vecchio.com/t9520-delilah-o-31-ans-o-assistant-e-de-direction-dans-une-entreprise-de-cosmetiques
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Pinar Deniz © Hidden Falls + Doriana
Thème·s abordé·s : enbyphobie, sexisme, harcèlement moral
Ne me laissez pas seul.e | Eren Fba9eb4ab175eeb7db304cf1452a30391bf48358
Âge : 31 ans (28/08/1990)
Métier : Assistant.e de direction chez ECL (Ercoli Cosmétique Laboratoire)
Messages : 79 Style RP :
Pronoms RP: j'écris en iel
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Ne me laissez pas seul.e | Eren Empty
# Sujet: Ne me laissez pas seul.e | Eren ( le Lun 30 Mai 2022 - 22:28 )
La tête posée contre la vitre du bus, Delilah pleure silencieusement, se repassant en boucle cette scène qui l’avait mis.e dans cet état de bouleversement, une heure plus tôt dans les locaux d’ECL. Installé.e tranquillement à son bureau, l’assistant.e de direction, avait vu arriver Eren Pilavci a l’étage de la direction, la démarche assurée et un air remonté sur le visage. Iel avait à peine eu le temps de répondre à sa question, à savoir si Ercoli était dans son bureau, qu’il était parti à sa rencontre, entrant dans la pièce sans se faire annoncer. Delilah n’avait rien eu le temps de faire et n’avait de toute façon pas eu envie de le retenir. Curieux.se, iel avait écouté ce qui s’était dit et ne fut malheureusement pas surpris.e du sujet de conversation. Cette note de service avait fait du mal et une employée allait en payer les frais, c’était totalement injuste. Lorsqu’Eren était reparti, Delilah ne fut pas surpris.e d’être appelé.e dans le bureau d’Andrea Ercoli. Très angoissé.e, il s’y était rendu.e d’un pas lent, la boule au ventre. « Je vous paye pour quoi au juste ? » Aussitôt la porte fermée, aussitôt les aboiements débutaient. A ce niveau, on était au stade de l’aboiement. « Vous avez une tâche en particulier, c’est de ne laisser personne entrer dans ce bureau. Est-ce que c’est trop vous demander ? » Lila se pince les lèvres afin de réprimer les larmes qui montaient très vite et qui menaçaient de tomber en cascade sur ses joues. « Vous n’allez pas encore vous mettre à pleurer, si ? J’en ai vu des sensibles, mais alors vous.. Allez sortez. » Peut-être avait-il eu pitié d’iel pour lae faire sortir sans un mot de plus ou peut-être ne supportait-il plus sa vue ? Toujours est-il que Delilah ne s’était pas fait prié.e et avait quitté le bureau en trombe pour regagner son poste. Une heure après, dans ce bus, iel ressassait, imaginant comment iel aurait pu répliquer si iel avait eu le courage. La conclusion était la même à chaque fois, iel n’aurait rien dit. Delilah continue de pleurer, les écouteurs sur les oreilles, écoutant une mélodie douce, mais triste, reflétant totalement l’état d’esprit du moment. Iel avait encore une bonne dizaine de minutes de trajet, mais sans le voir venir, Lila s’endort contre la vitre, bercé.e par le bruit sourd du moteur et les légères secousses qui font l’effet d’une berceuse. Epuisé.e, vidé.e de toute énergie émotionnelle, l’assistant.e ne se réveille pas lorsque le chauffeur s’arrête à l’endroit où iel descendait habituellement, ni au suivant d’ailleurs. Les minutes passent et bientôt, les lumières du bus s’éteignent. C’est une secousse qui réveille Delilah, en sursaut, les écouteurs encore sur les oreilles, la musique toujours en marche. Encore dans la brume du sommeil, iel met quelques secondes à comprendre ce qui se passe avant de remarquer la présence du chauffeur devant iel. « C’est le terminus, je vais vous demander de descendre. » Delilah regarde autour d’iel avant de voir qu’iel était seul.e, le soleil déclinait déjà dans le ciel, il n’y avait rien de rassurant dans ce qui l’entourait. « Vous ne pouvez pas m’emmener au prochain arrêt lorsque vous ferez demi-tour ? Quand est le prochain bus ? » Lila s’empresse de regarder l’heure, iel avait dormi un peu trop longtemps et il était près de vingt heures. « Cet arrêt n’est plus desservi en soirée et je ne suis pas habilité à transporter des passagers en dehors de mes horaires, vous allez devoir marcher. » Delilah descend du bus et regarde autour d’iel pour voir où iel était exactement. C’était apparemment le port, mais du côté industriel et non touristique, un endroit qui n’était pas tellement fréquenté à cette heure de la journée. A peine eut-iel le temps de descendre que déjà le bus s’éloignait, le chauffeur lae laissait donc seul.e, ici. La panique commence à faire battre son cœur, de manière assez douloureuse, et l’envie de pleurer est de nouveau là. A l’aide de son téléphone, Lila calcule le temps de trajet pour rejoindre son appartement : une heure, dont une partie dans l’obscurité de la soirée. Pourtant, l’assistant.e est incapable de se mouvoir, iel se sent abattu.e, abandonné.e par un chauffeur peu soucieux ou plutôt totalement inconscient, mais Delilah se fiche bien de sa conscience professionnelle à cet instant. Iel est seul.e et apeurée. Les larmes coulaient de nouveau, les mains tremblantes manipulaient le téléphone à la recherche d’une solution avant que ses doigts ne la guident vers l’une d’entre elles. Sans réfléchir trop longtemps, Lila compose un numéro et attend qu’on lui réponde, heureusement pas trop longtemps. « Bonsoir.. Je suis vraiment désolé.e de vous déranger mais.. je suis seul.e sur le port et je n’ai aucun moyen pour rentrer chez moi et je.. je commence à avoir peur. Je ne savais pas vers qui me tourner, est-ce que vous pouvez m’aider ? » Delilah soupire de soulagement lorsqu’on lui répond par l’affirmative, donnant une localisation approximative avant de raccrocher. Iel était certes soulagé.e, mais également honteux.se de demander une telle chose surtout à lui, surtout après ce qui s’est passé. Iel aurait pu demander à d’autres personnes, mais c’était la première personne à laquelle iel avait pensé.


Tears stream down your face
When you lose something you cannot replace Tears stream down your face, and I will try to fix you
Revenir en haut Aller en bas
Eren PilavciLa cerise, fruit de la réussite
Eren Pilavci
https://www.ciao-vecchio.com/t9523-eren-pilavci#303729 https://www.ciao-vecchio.com/t9530-eren-o-37-ans-o-directeur-dans-une-entreprise-de-cosmetiques#303837
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Serkan Çayoğlu
Thème·s abordé·s : homophobie, violences physiques
Ne me laissez pas seul.e | Eren C17c405d0f79f94d72bd6548feaf4f0b646e6b43
Âge : trente-sept printemps.
Métier : directeur dans l'entreprise ECL (Ercoli Cosmétiques Laboratoires). Il dirige le service Recherches et développement, ainsi que les laboratoires en formulation.
Messages : 44
Ne me laissez pas seul.e | Eren Empty
# Sujet: Re: Ne me laissez pas seul.e | Eren ( le Lun 30 Mai 2022 - 23:48 )
Revenir en haut Aller en bas
Delilah ErsanLa cerise, fruit de la réussite
Delilah Ersan
https://www.ciao-vecchio.com/t9514-delilah-ersan https://www.ciao-vecchio.com/t9520-delilah-o-31-ans-o-assistant-e-de-direction-dans-une-entreprise-de-cosmetiques
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Pinar Deniz © Hidden Falls + Doriana
Thème·s abordé·s : enbyphobie, sexisme, harcèlement moral
Ne me laissez pas seul.e | Eren Fba9eb4ab175eeb7db304cf1452a30391bf48358
Âge : 31 ans (28/08/1990)
Métier : Assistant.e de direction chez ECL (Ercoli Cosmétique Laboratoire)
Messages : 79 Style RP :
Pronoms RP: j'écris en iel
RPs hot : Selon le feeling
Longueur : Selon l'inspiration, pas de pression

Ne me laissez pas seul.e | Eren Empty
# Sujet: Re: Ne me laissez pas seul.e | Eren ( le Ven 3 Juin 2022 - 14:45 )
Le soleil déclinait lentement dans le ciel napolitain, rendant les environs plus sombres et moins accueillant pour Delilah qui s'en voulait maintenant de s'être endormi.e. Iel n'avait pas pu faire autrement, seulement, si iel se retrouvait ici, c'était entièrement de sa faute. Un échec cuisant de plus à rajouter au compteur, l'assistant.e le voyait ainsi. Un imprévu qui aurait pu en faire sourire certain.e.s, une anecdote à raconter lors du déjeuner dominical, mais pas pour Lila qui voyait cet événement comme un nouvel échec lae rendant un peu plus incapable à ses yeux. Mais ce n'était pas tellement le pire à ses yeux. Le pire restait l'appel à l'aide à Eren qu'iel aurait voulu éviter. Delilah préférait généralement se débrouiller seul.e, voyant toute aide extérieure comme un affront et non un soutien. Ses parents lui avaient toujours appris à se débrouiller par iel-même, car selon elleux, on n'était jamais mieux servi.e que par soi-même, demander de l'aide était une faiblesse. Delilah avait donc toujours fait en sorte de se gérer seul.e quoiqu'il arrive. Mais pas ce soir, c'était au-dessus de ses forces. L'heure avancée de la soirée, la pénombre qui grandissait, tous ces facteurs l'angoissaient et lui rappelaient des souvenirs qu'iel préférait oublier. Lila attend patiemment, ne bougeant pas d'un millimètre, persuadé.e que s'iel s'éloignait, le directeur ne lae trouverait pas et rebrousserait chemin. Delilah pleurait de tout son saoul, la pression retombait tandis que la honte la submergeait jusqu'à ce que la lumière des phares d'une voiture ne se montre. Lila reste immobile, espérant qu'il s'agisse d'Eren, ayant perdu toute notion de temps, iel ne savait pas combien de temps s'était écoulé depuis son appel. La voiture s'arrête à ses côtés avant que la portière ne s'ouvre, dévoilant l'homme qu'elle avait appelé. Delilah renifle et hoche de la tête, ne demande pas son reste et grimpe sur le siège passager.

Iel capte immédiatement son regard et passe ses doigts sous ses yeux pour essuyer les larmes qui coulaient encore. Lila hoche de nouveau la tête pour lui signifier que tout allait bien, incapable d'articuler le moindre mot pour le moment. Iel se sentait honteux.se et ne savait pas comment expliquer la situation sans passer pour quelqu'un d'incapable ou sans attirer la pitié sur iel. Eren était si bienveillant qu'iel avait l'impression de ne pas mériter tout cela ou alors était-ce parce qu'iel n'avait pas l'habitude qu'on lui accorde un peu d'attention comme lui le faisait ce soir ? « Je veux bien en parler.. » Delilah hésitait à lui raconter ce qui s'était vraiment passé, mais iel savait aussi qu'il pouvait être une oreille bienveillante et que le jugement ne faisait pas partie de son vocabulaire. Si iel avait réussi à lui faire part de sa non-binarité, iel pouvait bien lui confier qu'iel s'était endormi.e dans le bus. « Je vous remercie d'être venu. » Iel l'avait sûrement dérangé dans sa soirée qu'il ne passait peut-être pas seul.e, Lila commençait à culpabiliser à mesure où les secondes s'égrenaient dans cette voiture où, pourtant, iel se sentait à l'abri. Delilah l'observe et décale ses jambes alors qu'il ouvre sa boite à gants, sûrement à la recherche de mouchoirs. « A chaque fois que vous me voyez, je suis en train de pleurer. » Et ce n'était pas très flatteur pour iel. Ces derniers temps, à chaque fois qu'iel le croisait à ECL, iel avait les larmes aux yeux ou pleurait. Il était loin le temps où l'ambiance était encore bienveillante au sein de l'entreprise. « Je crois que j'ai ce qu'il me faut dans mon sac, ne vous embêtez pas pour moi. » Qu'il ne s'embête jamais pour iel. Delilah fouille dans son sac et trouve un paquet de mouchoirs, c'était le genre d'accessoires qu'iel avait toujours sur iel, les moments comme celui-ci étant très fréquents depuis quelques mois. « Je suis encore désolé.e de vous avoir fait déplacer à cette heure de la soirée, vous étiez sûrement occupé. » Lila essuie ses yeux rougis et fatigués à l'aide de son mouchoir avant de poser son regard sur Eren. « Je me suis endormi.e dans le bus. » Cela pouvait arriver, mais pas au point de louper tous les arrêts. « Le bus est arrivé à son terminus et le chauffeur a... il n'a pas été très sympathique. » Inutile de dire qu'il l'avait mis.e dehors, Eren pouvait le comprendre tout seul, c'était suffisamment affligeant et honteux comme cela. « J'ai paniqué alors je vous ai appelé, je suis désolé.e. »


Tears stream down your face
When you lose something you cannot replace Tears stream down your face, and I will try to fix you
Revenir en haut Aller en bas
Eren PilavciLa cerise, fruit de la réussite
Eren Pilavci
https://www.ciao-vecchio.com/t9523-eren-pilavci#303729 https://www.ciao-vecchio.com/t9530-eren-o-37-ans-o-directeur-dans-une-entreprise-de-cosmetiques#303837
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : Serkan Çayoğlu
Thème·s abordé·s : homophobie, violences physiques
Ne me laissez pas seul.e | Eren C17c405d0f79f94d72bd6548feaf4f0b646e6b43
Âge : trente-sept printemps.
Métier : directeur dans l'entreprise ECL (Ercoli Cosmétiques Laboratoires). Il dirige le service Recherches et développement, ainsi que les laboratoires en formulation.
Messages : 44
Ne me laissez pas seul.e | Eren Empty
# Sujet: Re: Ne me laissez pas seul.e | Eren ( le Lun 27 Juin 2022 - 0:16 )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Ne me laissez pas seul.e | Eren Empty
# Sujet: Re: Ne me laissez pas seul.e | Eren ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Ne me laissez pas seul.e | Eren -
Ciao Vecchio :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut